Conseils

Livre tca : ceux qui m’ont aidé à guérir !

Livre tca : ceux qui m’ont aidé à guérir !

Livre tca : ceux qui m’ont aidé à guérir !

Je parle souvent dans mes contenus, que ce soit sur mon blog, sur Instagram ou dans mon podcast, l’importance de se créer un environnement positif pour la guérison.

Je te partage déjà quelques éléments que tu peux mettre en pratique dans ton kit de guérison. Et ça me tient à cœur de te partager dans cet article un autre conseil qui m’a beaucoup aidé : lire. Je t’ai donc préparé une liste de « livre tca » qui m’ont aidé à guérir de mon anorexie. 

Lire des livres de développement personnel m’a aidé à guérir de mon trouble alimentaire

Je ne suis pas une grande lectrice, je n’ai jamais beaucoup lu dans ma vie. Jusqu’à ce que je tombe sur des livres de développement personnel ! Je me suis intéressée de très près à ces sujets de psychologies lorsque je suis tombée dans l’anorexie. J’ai très vite compris que le fait que j’étais devenue anorexique était le résultat d’un problème beaucoup plus profond que mon reflet dans le miroir, que le chiffre de la balance ou de la quantité de graisse dans mon assiette.

Cette sélection de “livres tca” ne correspond donc pas à des livres spécifiquement sur l’anorexie ou n’importe quelle autre maladie. Ce ne sont pas des témoignages sur les troubles des conduites alimentaires qui te diront comment vaincre l’anorexie par exemple. Il s’agit vraiment d’ouvrages de développement personnel et psychologie qui te permettront de travailler sur toi, et notamment sur les causes de ta maladie. Donc c’est plus généraliste, à visée tout public. Et d’ailleurs des personnes ne souffrant pas d’anorexie, de boulimie, d’hyperphagie…peuvent trouver ces livres très inspirants !

livre-trouble-alimentaire

Ce sont souvent des livres d’auteurs reconnus dans le domaine du développement personnel, de la psychologie et/ou de la santé.

Certains passages de ces livres m’ont créé de véritables prises de consciences qui ont été des tremplins dans la guérison de mes troubles alimentaires. Après, évidemment c’est subjectif car cela dépend des blessures d’enfant de chacun, des problématiques et histoire de vie qui sont propres à toi !

Pour ma part, les prises de conscience et leçons de vie que j’ai tiré de ces livres, je les avais notés dans un carnet pour les relire de temps en temps. Parce que malheureusement, les mécanismes des troubles du comportement alimentaire sont tellement ancrés et puissants qu’on oublie les bonnes réflexions à adopter ! 

Bon allez, assez de blabla…

Je te partage ma liste !

Ma sélection de livres qui m’ont aidé dans la guérison de mon trouble alimentaire !

Avant de te présenter cette liste, je rappelle simplement que bien que de nombreuses “caractéristiques” sont communes, il y a autant de types de troubles alimentaires que de personne malade. J’entends par là que ce n’est pas parce que tu souffres aussi d’anorexie mentale, ou de TCA plus globalement, que tu auras chacun de ses manifestations. Peut-être que tu en auras certain, peut-être que tu les vivras de façon plus ou moins intensément que moi, et peut-être qu’il y en a d’autres que tu ne vivras jamais. 

Et je connais trop bien cette petite voix qui te fait culpabiliser de ne pas être “assez malade” ou qui minimise ton propre TCA en te disant que les autres sont dans un état plus grave que toi. Souviens-toi que c’est un mensonge ! C’est ton trouble alimentaire qui tente de toujours te rabaisser et de te ramener toujours plus loin dans la maladie. Mais ce n’est pas parce que tu n’as pas certains de ces signes que ton TCA est moins grave ou que tu n’es pas légitime à recevoir de l’aide. Je sais que c’est difficile parce que l’anorexie est une maladie très compétitive : mais te comparer aux autres ne fera que te faire du mal. Donc concentre-toi sur ta guérison à toi, sur ta santé 🙂

Alors je commence avec trois livres de Laurent Gounelle, j’adore cet auteur ! Et il est d’ailleurs une référence dans les livres de développement personnel ! D’ailleurs je sais que j’ai d’autres livres à lire de cet auteur qui m’ont déjà été recommandés. Je trouve que ce sont des livres qui se lisent très facilement et dans lesquels on retrouve des leçons de vie qui m’ont tellement aidé !

-> Lecture légère qui met dans une bonne humeur !

Je trouve que le personnage de Camille pourrait être n’importe qui, et dont soi-même !

Donc si elle parvient à se libérer de ses schémas de croyance, pourquoi pas nous ?

Prix : 6, 90€

Il y a des pages avec des petits exercices pratiques à appliquer tout au long du parcours du personnage principal !

J’ai vraiment beaucoup aimé cet ouvrage et je le recommande ++ !

Je me souviens qu’il fait partie des livres que j’ai lus à l’hôpital. C’est un format court et le récit dit des choses tellement “évidentes” qu’il se lit très rapidement. C’est l’un des livres qui m’a vraiment donné cet effet Whouahou, j’avais vraiment l’impression de mieux comprendre la vie !

Et d’ailleurs, la citation de l’auteur résume bien mon ressenti : « À chaque fois que vous lisez, ce n’est pas le livre qui a changé, mais vous. » Don Miguel Ruiz

C’est l’un des premiers livres que j’ai lu. Je devais avoir 19 ans.

Et à 19 ans, clairement, j’étais une fille qui se préoccupait beaucoup trop du regard des autres. Ça me pesait tellement. Je me sentais sans cesse jugé sur ce que je faisais. Et j’avais terriblement peur de rater, de mal faire les choses. C’est l’âge à la quel je suis devenue anorexique.

De nature perfectionniste, l’atteinte de la perfection est devenue maladive avec l’anorexie mentale. J’ai trouvé de précieux conseils et façons de voir les choses qui m’ont aidé dans cet ouvrage.

C’est aussi un livre que j’ai lu lors de ma deuxième hospitalisation en service de troubles du comportement alimentaire.

C’est à ce moment là où j’ai vraiment compris qu’adopter une psychologie positive était indispensable pour la guérison de mon anorexie. Et j’ai vraiment noté plein de conseils que délivrent les pages de cet ouvrage dans mon propre carnet que je relisais souvent.

C’est réellement un livre qui donne du peps ! Rien que la couverture est déjà dynamique je trouve.

Ce sont deux livres que j’ai lus de Louise Hay au tout début. Je devais avoir 19 ans.

Et à 19 ans, clairement, j’étais une fille qui se préoccupait beaucoup trop du regard des autres. Ça me pesait tellement. Je me sentais sans cesse jugé sur ce que je faisais. Et j’avais terriblement peur de rater, de mal faire les choses. C’est l’âge à la quel je suis devenue anorexique.

De nature perfectionniste, l’atteinte de la perfection est devenue maladive avec l’anorexie mentale. J’ai trouvé de précieux conseils et façons de voir les choses qui m’ont aidé dans ces ouvrages.

Ces deux livres je les ai lus en sortant de mes deux hospitalisations pour troubles alimentaires. J’avais déjà rencontré mon copain d’ailleurs ! Et je l’ai trouvé très intéressant ! Et tu n’es pas obligé de lire tout le livre, ni même dans un ordre spécifique. Tu peux commencer par la blessure où tu te reconnais le plus par exemple. Le deuxième ouvrage est “facultatif” mais c’est un peu la suite du premier, qui permet de donner des pistes pour guérir de ses blessures que l’on a généralement depuis qu’on est enfant.

C’est le livre que je lis actuellement ! Il est ULTRA intéressant ! Il est assez gros, y’a beaucoup de pages et le thème traité est l’impact des traumatismes sur le corps, le cerveau et les façons de fonctionner plus globalement. Et à la fin du livre, l’auteur donne des clés pour en sortir. Ce livre est passionnant mais assez difficile à lire, du moins pour moi, puisqu’il traite des sujets d’inceste et de viols qui ravivent des blessures d’enfant.


Mais je le recommande vraiment. Il y a toute une partie sur la mémoire traumatique qui est très intéressante ! Et je dis souvent que le corps et le cerveau sont intelligents. Et bien ce livre en témoigne à de nombreuses reprises !

Votre sélection de “livre tca” qui vous ont créé des prises de conscience

Je vous ai partagé cette sélection dans une story permanente sur Instagram en vous demandant quels livres vous ont marqué. J’avais précisé des livres de développement personnel, donc on reste dans la lignée des livres que je viens de vous présenter !

Celui-ci, plusieurs abonnés me l’ont conseillé. Donc je pense que je vais me laisser tenter !



Aujourd’hui, le thème de la psychologie et de la santé mentale me passionnent ! J’adore comprendre l’être humain, comment le corps et le cerveau fonctionne… Donc n’hésite pas à me partager en commentaire des suggestions de récit que tu aurais lu ! Je l’ajouterai à cette liste ! Et n’hésites pas à me donner tes petites critiques sur tes lectures pour m’expliquer rapidement ce que tu as aimé.

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, 0 commentaire
Ma copine est anorexique : comment l’aider ?

Ma copine est anorexique : comment l’aider ?

Ma copine est anorexique : comment l’aider ?

Cet article traite de la thématique de la vie de couple et des TCA. Il peut être lu avant ou après mon premier article que j’ai écrit sur ce même sujet qui explique davantage les impacts d’un trouble alimentaire sur les relations amoureuses

D’ailleurs, mon article s’appelle “Ma copine est anorexique”, mais il est tout aussi valable si vous êtes dans la configuration inverse, à savoir que c’est votre copain qui est anorexique ; et il ou elle peut souffrir d’un autre trouble alimentaire que l’anorexie (boulimie, hyperphagie, orthorexie, etc.) J’ai simplement choisi ce titre car j’étais moi-même dans cette configuration, à savoir que je souffrais d’anorexie. Et je me suis inspirée de ce qui a aidé mon copain ou ce que j’aurai aimé qu’il fasse pour m’aider dans mon chemin de guérison. 

Dans cet article, je vais vous donner pas mal de conseils en vrac, qui n’ont pas forcément d’ordre logique. Je me base sur mon propre vécu donc bien sûr les conseils sont à appliquer selon votre propre histoire, votre propre cas.

1. Ignorer le trouble alimentaire ou ne parler que de ça ?

L’ignorance du trouble peut être une forme de protection : ne pas voir la réalité en face est parfois plus facile que de traiter le problème. Je dis cela sans jugement car je sais que c’est difficile pour les proches, de se sentir impuissant face à une maladie qui ronge le ou la bien-aimé(e).

Mais ignorer n’est vraiment pas la solution. Vous ne pouvez pas ignorer une maladie grave parce qu’elle a besoin d’être traité pour être guéri. La laisser dans le silence, c’est lui donner de la puissance. J’avais remarqué qu’en parler lui donnait beaucoup moins de force. De plus, en ignorant la maladie de votre partenaire, il ou elle se sentira délaissé et non soutenu. 

Mais il faut trouver un juste milieu pour que la maladie ne prenne pas trop de place dans le couple. Il faut savoir garder des sujets de conversation plus légers, qui ne sont pas tournées autour de la maladie ; faire des activités qui n’ont rien à voir avec la nourriture (expl : regarder une série, s’offrir un massage, aller au cinéma, se balader, faire un spa…). 

J'aborde ce sujet dans cet épisode de mon podcast :

2. Vous ne pouvez pas guérir à sa place

guerir-tca-anorexique-copine

L’encourager à se battre, c’est vraiment génial. Mais vous ne pouvez pas vous battre à sa place. Si vous devenez trop combattif, à lui répéter sans arrêt de se battre, à l’encourager à faire face à ses peurs constamment… ça peut devenir oppressant. C’est normal qu’il/elle puisse y aller à son rythme, et que parfois il/elle rencontre des difficultés. Et si, il/elle ressent une pression, il/elle finira par vous éviter. 

Vous ne pouvez pas jouer le rôle de l’infirmière, du médecin, ni même du policier d’ailleurs. C’est difficile de rester sans rien faire parfois, vous aimeriez peut-être la/le secouer mais ce n’est pas la chose à faire. La personne malade sait qu’elle doit travailler sur de nombreuses choses mais c’est très difficile. Donc il faut la laisser faire avec patience. Essayer de faire un électro-choc à votre proche, le forcer à manger ou l’empêcher à faire quelque chose, ce n’est pas votre rôle en réalité. Forcer c’est brutaliser. La personne sait qu’elle doit manger ou diminuer le sport par exemple, mais elle est malade. Donc, elle fait comme elle peut au moment-même. Je sais que c’est difficile parce que vous vous sentez impuissant. Mais vous pouvez offrir l’écoute. Et c’est déjà tellement primordial. Écouter avec bienveillance, sans jugement, c’est déjà un support et soutien incroyable, je vous assure ! 

3. Ne lui mettez pas d’ultimatum

Cela rejoint mon point précédent lorsque je dis que vous ne pouvez pas guérir à sa place. Vous pouvez être un soutien imparable, certes. Mais la décision ne peut venir que de la personne qui en souffre. Et lui mettre un ultimatum ne fera que la braquer.

Et lorsque je parle l’ultimatum dans le couple, cela fait référence au fait de dire “si tu ne guéris pas, je te quitte” ou “si tu ne manges pas, je te quitte”. C’est très difficile d’entendre ça car elle n’a pas choisi d’être malade. Et la maladie affecte tellement sa vie qu’elle a une très faible estime d’elle-même. Elle a déjà très peur que vous la quittiez à cause de sa maladie. Elle a honte et se sent coupable de savoir que son trouble affecte autant le couple. Alors lui sous-entendre qu’elle pourrait vous perdre à cause de sa maladie l’anéantirait. Cet ultimatum fait penser à du chantage et ce n’est pas la marche à suivre pour soutenir quelqu’un même si vous pensez bien faire.

4. Informez-vous sur les TCA

C’est sans doute le premier conseil que j’aurai dû donner en fait. Car il est primordial et même indispensable. Les troubles alimentaires sont des maladies mentales très compliquées, aux mécanismes complexes. Donc pour mieux comprendre votre partenaire et donc mieux l’aider, c’est indispensable de savoir le maximum d’information que vous puissiez sur ce qu’il peut vivre. 

Les TCA sont des maladies mentales qui sont encore mal connues et qui font souvent l’objet de nombreux mythes. En vous informant, vous pourrez déconstruire les idées reçues sur ces maladies. Et vous apprendrez de ce fait les choses à ne pas dire ou à ne pas faire, qui sont parfois contre productifs pour la guérison de votre conjoint.

J’ai réalisé un article de blog qui traite les choses que votre proche aimerait que vous sachiez au sujet de son TCA. Je sais qu’il a aidé de nombreux parents, frères & soeurs, mais aussi conjoint à mieux comprendre leur proche. Il existe également au format podcast : 

5. Attention à vos commentaires sur la nourriture ou le physique

Si vous vous êtes renseignés, ou même si vous avez lu mon article précédemment cité, vous savez à quel point les commentaire sur l’alimentation, l’apparence physique corporelle et le sport sont des déclencheurs pour votre partenaire. 

Alors faites vraiment attention à ce que vous dites. Les conséquences sont parfois plus dévastatrices que vous ne l’imaginez. Peut-être, vous n’en avez pas conscience, essayez d’être honnête avec vous-même et de vous demander s’il vous arrive de juger les autres en fonction de leur apparence physique. Est-ce que, peut-être, vous vous êtes déjà vous-même interdit de manger un certain aliment que vous catégorisiez comme “mauvais” pour votre poids. Malheureusement, la société dans laquelle on vit nous conforte à catégoriser les aliments comme “bons” et “mauvais”. Mais si vous voulez que votre partenaire évolue positivement sur son rapport au corps et à l’alimentation, vous devez vous-même travailler sur votre idéal de la beauté et votre relation à la nourriture. Montrez-lui ce que c’est d’avoir une relation saine à son corps.

Si cela peut vous aider : face à un ami qui tente d’arrêter de fumer ou de boire, vous n’allez pas vous prendre une grosse cuite avec lui ou fumer un paquet de cigarettes sous son nez, ce ne serait absolument pas le soutenir, et au contraire, ça l’entrainerait vers le bas ; n’est-ce pas ? Eh bien, on est dans la même configuration 😉 

Pour la personne qui souffre de TCA, n’hésitez pas à dire à votre conjoint(e) lorsqu’il/elle a dit quelque chose de péjoratif pour qu’il/elle puisse faire attention à ne pas le redire une prochaine fois. 

6. Soyez conscient des déclencheurs

Tout comme les commentaires sur l’alimentation et l’apparence physique, il existe de nombreux déclencheurs qui diffèrent selon chaque personne. Comme je dis souvent, il y a autant de type de trouble alimentaire que de personne qui en souffre. Sous-entendu, chaque malade a des symptômes et une guérison qui lui sont propres (même si on est d’accord, il y a généralement de nombreux points communs). Le mieux est donc d’en discuter directement avec votre conjoint(e). Lui/elle-même seul(e) sera le/la mieux placé(e) pour vous dire les actions, mots, situations qui lui déclenchent des comportements néfastes. 

7. Communiquez et écoutez : vos deux plus grands soutiens

La communication et l’écoute sont pour moi les deux façons les plus puissantes dont vous disposez pour aider votre bien-aimé. Et en plus, pour ma part, c’est ce qui a sauvé mon couple face à la tempête des TCA. 

Soyez à l’écoute de ses sentiments, de ses ressentis, de ses peurs. N’hésitez pas à lui demander régulièrement comment elle/il se sent vis-à-vis de son trouble alimentaire. Même si vous prenez en face une réponse négative et fermée. Vous lui montrez que vous êtes présent(e) pour lui/elle et c’est primordial. 

L’écoute doit être sans jugement. Il n’est pas rare d’entendre des choses non sensées, ambivalentes de la part d’une personne souffrant de TCA. Lui dire que vous ne jugez pas, c’est important aussi à mon sens.

La communication est la base de toute relation saine. Mais elle est indispensable lorsqu’il y a une difficulté comme un TCA entre les deux personnes du couple. Exprimer ce que vous ressentez l’un et l’autre, demandez-lui s’il y a quelque chose que vous pouvez faire en particulier pour l’aider. Montrez-leur que vous voulez comprendre la maladie, posez-leur des questions en demandant si cela ne les gêne pas.  Mais exprimez-lui aussi que vous l’aimez, que vous êtes là pour elle ; exprimez-lui souvent ses qualités selon vous. Elle/il a besoin de se reconstruire et votre appui est vraiment important. 

Aussi, vous aurez peut-être tendance à avoir la sensation de répéter toujours les mêmes choses. Mais il faut prendre conscience du fait que la personne qui souffre de trouble alimentaire, elle a comme un filtre (celui du TCA) qui biaise sa réalité, sa façon de réfléchir de façon “logique” sur certains points (alimentation, exercice physique, perfectionnisme…). Donc en effet, parfois il faut répéter pour la rassurer, même si vous l’avez déjà dit mainte et mainte fois. Elle a besoin de recréer des schémas de penser plus cohérent et elle a besoin de votre aide pour cela. 

8. Ne vous oubliez pas

Comme je disais en début d’article, lorsqu’on accompagne quelqu’un qui souffre d’un TCA, on est impacté aussi par sa maladie. Différemment, mais sûrement. C’est épuisant mentalement et c’est pourquoi vous avez aussi besoin de soutien. Vous pouvez rejoindre des groupes destinés aux proches, ou simplement avoir votre propre thérapie. Il n’y a rien de péjoratif à cela, cela ne veut pas dire que vous gérez mal la situation ou que vous êtes faible. À mon sens, tout le monde devrait voir une thérapie. Parce qu’on a tous besoin d’une écoute attentive externe, on a tous aussi des choses à travailler. 

En plus de ça, si vous prenez soin de vous et que vous êtes favorable à prendre soin de votre santé mentale, cela encouragera inconsciemment votre bien-aimé à en faire autant.

N’oubliez pas aussi d’avoir des moments pour vous seul, de voir des amis qui vous changent les idées. Vous ne l’abandonnez pas pour autant. Au contraire, vous faites le plein d’énergie positive qui lui seront favorables. Et c’est important aussi que la personne qui est malade comprenne ça. Je sais que souvent on se coupe de sa vie sociale quand on souffre de TCA. Mais cela ne doit pas empêcher l’autre de ne pas en avoir une. Ce ne serait pas sain de l’empêcher de vivre sans vous. Et cela ne veut pas dire qu’il/elle s’amuse mieux sans vous. Juste, c’est normal qu’il/elle ait une vie indépendamment du couple. Personnellement, je trouve ça très sain même si lorsque j’étais malade, c’est quelque chose que j’avais du mal à accepter. 

9. Pensez à la thérapie familiale/de couple

Lorsque j’étais à l’hôpital, j’ai eu recours à la thérapie familiale.

Je n’étais pas en couple à ce moment-là, et lorsque c’était le cas, par chance, la communication était notre fort. Mais je me souviens qu’à l’hôpital, certaine fille avait des copains/maris et optaient pour la thérapie de couple.

Même chose, il n’y a rien de péjoratif à cela, et ça n’envoie pas un signal indiquant un problème dans le couple. C’est juste que c’est parfois difficile d’exprimer les choses calmement quand on est pris par des émotions intenses.

Et l’accompagnement d’un médecin, qui plus est impartial dans votre couple, est parfois un bon médiateur qui permet de communiquer et faire entendre les besoins d’un côté comme de l’autre.

therapie-couple-trouble-alimentaire

10. Encouragez à demander de l’aide

Pour moi, l’accompagnement des professionnels spécialisés dans les TCA est indispensable. C’est pourquoi je vous recommande d’inciter votre partenaire à trouver de l’aide. Et s’ils ont déjà eu une expérience négative avec un praticien, encouragez-le à en trouver un autre.

Malheureusement, on tombe parfois sur des thérapeutes non compétents sur le sujet ou tout simplement qui ne corresponde pas. Mais si je m’étais arrêté à ça, je serais peut-être encore malade. Il faut retenter avec d’autres thérapeutes jusqu’à trouver celui avec qui il/elle aura le bon feeling. 

Et si votre partenaire est déjà accompagné, faites confiance à l’équipe médicale qui le/la suit. Comme pour le fait de prendre soin de votre santé mentale, votre conjoint(e) vous observe inconsciemment. Si vous doutez des médecins, que vous êtes sceptiques à leurs méthodes, il/elle le sera aussi. Et croire au fait que ça va marcher, c’est déjà une grande partie du process de guérison. Donc encouragez-le/la en ce sens. 

11. N’obéissez pas à son TCA

Il est fort possible que votre bien-aimé vous demande de manger plus, de faire moins de sport, et de lui répéter qu’elle n’est pas trop grosse ou assez mince. Il/Elle vous dira que c’est pour la rassurer et l’aider dans sa guérison. Sauf qu’en réalité, c’est son trouble alimentaire qui parle lorsqu’il/elle vous dit ça. 

Je sais qu’il peut sembler plus facile d’obéir à son trouble alimentaire car vous avez la sensation de l’aider. Mais en vérité, ça alimente le TCA. 

N’allez pas contre-nature, à l’opposé de ce que votre propre corps vous demande. Je pense que la personne qui souffre de TCA me haïra en lisant ces mots, mais je vous assure que je fais ça pour votre bien. Dans le cas contraire, si votre conjoint répond à ce que votre TCA vous demande, il/elle ira contre ses besoins et finira par craquer un jour. Et ce n’est pas ce que vous voulez parce que d’un seul coup il/elle pourrait tout arrêter du jour au lendemain et le choc sera brutal.

Même chose, le fait de rassurer en disant que l’autre est beau/mince ne fait que renforcer l’idée que la minceur est un critère de beauté. Moi, quelque chose qui m’aidait, c’était que mon copain me répétait très souvent que peu importe le nombre de kilos que je prendrais et mon apparence physique, il m’aimerait tel que je suis si je m’accepte moi-même dans mon corps, que je m’y sens bien. Cela m’a beaucoup aidé à travailler sur l’acceptation de mon corps. 

12. Ne la jugez pas quand il/elle n’est pas bien

Je ne vais pas mentir, il y aura des jours vraiment pas simple.

Comme dans tous les couples mais il y aura les jours où c’est difficile de se battre. Ne jugez pas votre partenaire qui est la première victime de sa maladie. Ne la culpabilisez pas, ce n’est pas sa faute.

Et de ce fait, ne lui dites pas des choses simples comme “tu n’avais qu’à t’arrêter de manger” ou “tu n’avais qu’à manger” ou encore “tu n’avais pas besoin d’aller faire ta séance de sport, je te l’avais dit”.

couple-tca-anorexique-lgbt

La personne qui souffre de TCA sait ce qu’elle doit faire. Elle est en lutte constante contre ce petit démon culpabilisant.

Ne portez pas de jugement sur cela, elle fait ce qu’elle peut. Au lieu de ça, apportez-lui une écoute attentive qui sera d’une bien plus grande aide. 

13. Toujours croire en sa guérison.

Dernier conseil mais qui reste l’un des plus important : toujours croire en sa guérison.

Ne perdez jamais espoir et ayez toujours confiance en le fait qu’il/elle va guérir. Comme je dis, y croire est tellement important ! Et vos doutes, il/elle le sent. 

D’ailleurs, autre point, les rechutes font parties de la guérison. Une rechute ça veut pas dire qu’on repart à zéro. Ca ne dure parfois qu’une semaine, 2 mois. La guérison n’est pas linéaire et souvent les rechutes permettent d’aller plus loin dans la guérison : dans le sens où 1 pas en arrière = 2 pas en avant. Ne vous découragez pas quand vous voyez que votre partenaire éprouve des difficultés sur des choses qui avaient été dépassées depuis longtemps. Ce n’est pas forcément péjoratifs et au contraire.

J’en ai fini avec mes conseils même si en réalité il y en a bien plus mais cet article serait beaucoup trop long ! J’imagine que cela peut faire peur lorsqu’on lit cela et qu’on est en couple avec une personne malade. Mais dites-vous que tout n’est pas noir, comme dans tous les couples il y a des périodes de doute et c’est sain. Gardez en tête que la guérison est possible et que votre bien-aimé est un(e) vrai(e) combattant(e) dont vous pouvez être fière, et vous êtes un véritable support dans ce combat. Dans nos 4 ans de relation avec mon copain actuel, j’ai eu plus de la moitié de notre relation où j’étais en lutte contre mon TCA. Lui comme moi n’en gardons pas uniquement un mauvais souvenir. Au contraire, c’est quelque chose qui nous a rendu plus fort, plus proche et a vraiment développé nos capacités d’écoute et de communication.

D’ailleurs, je vous propose d’écouter directement l’interview que j’ai réalisé avec mon copain où l’on répond à vos questions. Cela vous permettra d’avoir son point de vue et de voir plus concrètement comment on a géré ça. 

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, Couple, 1 commentaire
Concilier vacances d’été avec guérison de votre trouble alimentaire

Concilier vacances d’été avec guérison de votre trouble alimentaire

Concilier vacances d’été avec guérison de votre trouble alimentaire

À partir des mois de Mai & Juin, lorsque les beaux jours reviennent, la plupart des gens sont pressés d’être en vacances d’été : ils attendent impatiemment les barbecues, les soirées au bord de la plage, les voyages prévus dans leur pays favoris, les rassemblements autour des apéros, les repas de famille… Toutes ces choses-là sont souvent très angoissantes pour les personnes avec un trouble alimentaire.

Je me souviens personnellement que lorsque j’approchais les mois d’été, j’étais partagée entre le sentiment de hâte d’être en vacances et de pouvoir me reposer ; et le sentiment d’angoisse de perdre tous mes repères et de me retrouver dans des situations où je perdrai totalement le contrôle. Je me sentais vraiment frustrée, et c’est peut-être un sentiment que vous partagez aussi d’ailleurs, parce que j’avais envie de voyager, mais en même temps je ne le pouvais pas parce que j’avais trop peur de toute la dimension alimentaire. 

Dans cet article, je vais vous expliquer les raisons pour lesquelles les vacances sont synonymes d’angoisse en guérison d’un trouble alimentaire. Mais surtout, je vous donnerai de nombreux conseils, certains dont vous pourrez mettre en place dès maintenant, pour faire en sorte que vous puissiez profiter au maximum de ces vacances et même en faire un tremplin positif dans votre guérison. 

Pourquoi les vacances d’été sont aussi redoutées pour les personnes souffrant de troubles alimentaires ?

Vous le savez, les troubles de la conduite alimentaire sont intrinsèquement liés au contrôle. Lorsqu’on souffre de TCA, on a facilement des routines très spécifiques, on vit dans une zone de confort : celle de sa maladie. C’est une zone rassurante où l’on a le sentiment de se sentir en sécurité. 

Les vacances d’été vont venir bousculer la routine implémentée, on sort totalement de sa zone de confort : il y a moins d’accès aux aliments familiers, plus de confrontation aux aliments fearfood, plus de visites imprévues de l’entourage, les horaires des repas varient et sont moins fixes, plus d’interaction sociale, etc. Certaines personnes, notamment les étudiants, ne vivent pas au domicile familial l’année et y retournent pour les vacances d’été. Même si pour certain cela représente un cocon, pour d’autres, la maison familial peut être un endroit toxique. 

Bref, le contexte des vacances, amènent des choses qui peuvent générer du stress, de l’anxiété et qui vont être des déclencheurs à des comportements néfastes.

rapport-corps-ete-troubles-alimentaire

Autre symptôme des troubles alimentaires, c’est évidemment le rapport que l’on a avec son corps. C’est souvent très fréquent de voir des personnes souffrant d’anorexie, de boulimie, d’hyperphagie… se cacher derrière des vêtements amples pour ne pas que l’on voit les lignes de leur corps. Avec les grosses chaleurs de la saison estivale, la garde-robe change et expose davantage différentes parties du corps plus “intimes” : les bras, les cuisses, le ventre, les épaules…Cela incite les patients à multiplier les vérifications corporelles ou à se comparer aux morphologies des autres.

L’épreuve du maillot de bain au bord de la piscine ou à la plage peut aussi être un véritable défi. J’en profite d’ailleurs pour vous dire que vous n’êtes pas obligé de vous montrer en maillot de bain. Vous avez toujours le choix, vous ne devez jamais vous sentir obligé de quoi que ce soit. Vous pouvez mettre une petite robe légère de plage au-dessus pour vous couvrir si vous êtes plus à l’aise ainsi.

Même si c’est malheureusement présent toute l’année, les mois d’été sont souvent les moments où la diet culture se fait davantage entendre. On entend partout dans les publicités, sur les réseaux sociaux qu’il faut préparer son corps au Summer body. Bulshit ! Le Summer body, c’est clairement un concept marketing qui a été inventé pour vendre des produits, des solutions qui vous font croire que vous avez un problème. Et forcément, c’est en achetant leurs produits miracles ou en adoptant une routine drastique que votre problème sera résolu. Vraiment ça, ce n’est que des conneries ! À l’époque des premiers hommes, ils n’avaient pas tout ça et je suis sûre qu’ils ne se disaient pas qu’ils devaient faire un régime pour l’été. Juste, ils faisaient confiance à leur corps, ils écoutaient leurs besoins primaires. Autre exemple avec les animaux : on n’est pas des animaux, mais on a un instinct primaire comme eux. Vous pensez réellement qu’une biche en pleine course poursuite avec sa proie va s’arrêter net en se disant qu’elle ne doit pas chasser, même si elle a faim, parce que le mois prochain c’est le Summer Body ?! Non franchement je ne crois pas… 

Souvenez-vous que les gens qui font des commentaires sur le poids, la nourriture, leur apparence corporelle… C’est souvent des personnes qui ont elles-mêmes un propre problème avec ça. Donc c’est pas des personnes à prendre en exemple. Dites-vous que ça ne vous concerne pas, encore plus en tant que personne en guérison d’un trouble alimentaire.

En clair, les vacances peuvent vraiment être une période angoissante et même à l’origine d’une rechute. Je vous partage donc 7 conseils pour préparer et vivre au mieux vos vacances d’été :

J'aborde ce sujet dans cet épisode de mon podcast :

7 Conseils pour concilier vacances d’été avec guérison de votre trouble alimentaire

Je vais vous donner quelques conseils qui ne vont pas forcément plaire à la petite voix de votre TCA. Je pense que c’est important d’en avoir conscience. Et c’est normal, car ça va venir mettre en danger votre trouble alimentaire, la petite voix n’aime pas ça, mais en réalité, c’est bon signe pour votre guérison. Donc il se peut qu’il y ait des conseils que je vous donne où vous vous dites “Non mais elle n’est pas bien celle-là !”. Je le sais parce que lorsque j’étais malade, les thérapeutes avec qui je travaillais me donnais des conseils et dans ma tête je me disais qu’ils étaient vraiment malades de dire des choses pareil. À vrai dire, c’était moi qui étais malade…

Petits disclaimers avant de vous énumérer les conseils :

Ces conseils ne s’appliquent pas forcément à tout le monde et surtout, cela dépend d’où vous en êtes dans votre guérison. Par exemple, le fait de partir dans un nouvel endroit, d’être face à de nombreux défis peut être contre productif parfois. Je me souviens qu’en 2017, je préparais un voyage pour partir au Portugal. Je voulais y aller avec ma mère, mon frère et ma belle-sœur. Et je sentais bien qu’ils étaient réticents à ce voyage avec moi. Et un mois après leur avoir parlé de cette envie de voyage, j’étais en réanimation. Donc en fait je ne me rendais pas compte que j’étais dans un stade très grave de ma maladie et que je n’aurais pas été capable de partir en voyage. Donc, je pense que le mieux est de parler de votre envie de partir en vacances à votre équipe de soignant, d’exprimer vos projets de vacances s’ils vous emmènent dans un endroit inhabituel à votre quotidien actuel. Ce sont eux qui vous suivent, qui vous connaissent bien, donc ils seront plus à même de savoir si vos projets sont en adéquation avec votre chemin de guérison. Et si vous n’avez pas de thérapeute qui vous accompagne, simplement en parler à vos proches aussi. En gardant en tête que ce qu’ils vous diront vous irritera peut-être puisque ça déplaira à la maladie. Mais du coup, essayez d’écouter leur conseil avec beaucoup de recul.

Toujours dans le cas où vous prévoyez de partir en voyage, évitez également de partir seul. Déjà parce que s’il vous arrive quoi que ce soit, c’est mieux que vous soyez accompagné. Mais aussi, puisque parfois, lorsqu’on souffre d’un TCA, on a tendance à se renfermer dans des comportements toxiques. On reste aussi avec ses ruminations qui tournent en boucle dans sa tête. De ce fait, c’est vraiment mieux si vous pouvez partir avec une personne qui est au courant de votre maladie, et qui peut être un véritable support tout au long de votre séjour. 

1. Associez l’été à quelque chose de positif

guerison-anorexie-vacances-ete

Premier conseil que vous pouvez appliquer avant de partir en vacances, donc dès maintenant : 

Au lieu de voir les vacances d’été comme une période où vous ne pourrez pas avoir 100 % de contrôle sur votre TCA, essayez de l’associer à quelque chose de positif. Faites une liste des éléments positifs relatifs à l’été. Par exemple : le ciel bleu, marcher à pied nu dans l’herbe, voir de jolis papillons voler, entendre les oiseaux chanter, l’eau claire de la mer, le sable chaud, l’odeur de la pluie sur le bitume, les paysages fleuris… Cela peut être également des souvenirs d’enfance. Lorsque vous angoissez à l’idée d’approcher les vacances d’été, focaliser votre attention sur cette liste positive. 

Vous pouvez aussi vous fixer un objectif à accomplir durant vos vacances. Cela vous permettra de vous focaliser sur cet objectif plutôt que sur les pensées de votre trouble alimentaire. Attention, il ne faut pas que cet objectif ait un rapport avec l’alimentation, le sport ou votre TCA. Je vous donne des idées d’objectifs : 

 

  • Faire de la méditation chaque jour
  • Finir 1 livre
  • Écrire dans son journal chaque jour
  • Reprendre contact avec des amis
  • Faire un livre photo 
  • Se mettre à la peinture, à la couture

Si cela peut vous aider, demandez-vous ce que vous souhaitez retenir de vos vacances ? Le souvenir d’un objectif sain que vous aurez réussi à atteindre, d’un accomplissement que vous aurez réalisé ? Ou de vos ruminations autour des repas, des 10 000 km que vous aurez parcouru à vous épuiser pour compenser vos repas ?

2. Attention à ce que vous emportez dans votre valise

Si vous partez dans un lieu différent de chez vous, quand vous faites vos valises, ne prenez pas d’éléments qui sont déclencheurs à des comportements néfastes. Je vous donne quelques exemples : montre connectée, balance de cuisine, balance pèse-personne, ruban à mesurer, vêtements de sport si vous êtes dans le cas où vous devez diminuer l’hyperactivité, etc. Cela vous permettra d’éviter toute tentation sur votre lieu de vacances. Les vacances sont idéales pour se sevrer d’habitudes toxiques de votre TCA.

À la place, vous pouvez emmener des activités pour des temps calmes : carnets de note, des livres, des cahiers de mandala, des feutres, etc. 

3. Réduisez au maximum toute source de stress

Lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, on a déjà une tendance à être généralement plus anxieux. Mais lorsqu’un événement imprévu vient rajouter du stress, on a tendance à vouloir se rassurer en contrôlant (c’est d’ailleurs une fausse bonne idée du trouble alimentaire). Ainsi, vous allez tenter de mettre en place des stratégies compensatoires : restriction, hyperactivité, comptage des calories, etc.

# Planifier dans la mesure du raisonnable

Pour éviter de vous faire surprendre par des stress annexes, je vous conseille de planifier (dans la mesure du raisonnable, sans chercher à tout contrôler) ce que vous pouvez. Par exemple, réservez votre hébergement en amont, regardez si vous avez un magasin à proximité où vous pourrez faire vos courses, regardez ce que propose le restaurant de l’hôtel, aller suffisamment en avance à l’aéroport… L’idée est de supprimer toute source de stress supplémentaire à votre trouble alimentaire. 

# Gardez un rythme

Lorsqu’on est hospitalisé ou en général dans le traitement des TCA, on préconise souvent, voire on instaure avec le patient, un cadre avec des heures régulières. Ce n’est pas par hasard. C’est pour vous permettre de mettre de la stabilité dans votre traitement et éviter les perturbations qui pourraient altérer à votre guérison. Tentez donc dans la mesure du possible de manger à heures régulières et de vous lever également pas trop tard. En vacances, on a tendance à vouloir faire des grasses matinées. Se reposer, c’est bien et c’est même recommandé ! Mais si vous vous levez tard, vous avez tendance à sauter un repas : le petit-déjeuner. Et d’ailleurs c’est un mensonge de votre TCA : “Je vais me lever tard pour sauter un repas”. Non, vous devez garder votre plan alimentaire, c’est vraiment important car lorsque les vacances seront terminées, ce sera plus difficile pour vous de revenir sur un rythme “normal”. Vous allez ainsi replonger dans la restriction

Dans la continuité de tenir son plan alimentaire, ne sautez pas de repas. Même si vous voyez les autres faire : ne vous comparez pas aux autres, car eux ne souffrent pas de TCA. Vous, vous êtes en guérison d’un trouble alimentaire et vos repas font partis de votre traitement. Un diabétique ne va pas diminuer ses piqures d’insulines ou ses médicaments sous prétexte qu’il est en vacances, ce serait trop dangereux pour sa santé. Vous, c’est la même chose. 

# Instaurer vous une routine, mais qui soit flexible

Je rejoins le point précédent, une routine vous aidera à garder un rythme. Le fait de s’instaurer une routine vous permettra de garder un socle de sécurité, qui évitera de perturber votre guérison. Mais attention, qui dit routine ne dit pas TOC du TCA. Votre routine ne doit pas être axée qu’autour de vos repas, et elle ne doit même pas contenir vos périodes d’hyperactivité. Je parle ici d’une routine saine, positive pour votre guérison. Je vous donne quelques exemples : 

  • Pratiquer la gratitude : noter chaque jour 3 choses positives de votre journée.
  • Répéter une liste de mantras positifs 
  • Pratiquer des exercices de relaxations.
  • Lire un livre
  • Colorier un mandala

Mais cette routine doit être flexible. Ce que je veux dire par là, c’est que la vie est parsemée d’imprévus. Il faut vous préparer à avoir des imprévus pendant vos vacances, c’est inévitable. Il faut se conditionner au fait que vous ne pourrez pas toujours appliquer votre routine et ce n’est pas grave. C’est souvent dans les moments inattendus de la vie qu’arrive les plus belles choses. 

Pour vous préparer à ces imprévus, vous pouvez écrire la liste de mantras positifs à vous répéter sur un papier que vous pourrez emmener et relire en cas de période de stress. Vous pouvez également pratiquer des exercices de relaxation qui vous permettent de vous re-focaliser sur le présent pour dé-focaliser votre attention de ce qui vous stress.

Vous pouvez retrouver ces méthodes de relaxation, ces mantras positifs et d’autres outils utiles dans votre kit de guérison :

4. Conseils autour des repas en période de vacances

repas-vacances-ete-anorexie

Durant les vacances, on est plus facilement confronté à de nombreux aliments qui nous font à la fois envie mais aussi très peur. Par exemple : les glaces, les chips, les sandwichs, des desserts spécifiques, etc. 

Ce que vous pouvez faire, et ce, dès maintenant, c’est de travailler ces aliments avec votre thérapeute. Ainsi, vous vous confrontez aux peurs que génèrent cet aliment en amont, dans un environnement sécuritaire que vous connaissez. De ce fait, lorsque vous serez en vacances, vous aurez moins de peur et vous pourrez plus facilement consommer cet aliment sans vous restreindre en amont ou en aval, ou sans le compenser autrement.

Ensuite, si vous allez être amené à prendre votre repas dans un environnement autre que chez vous, je vous conseille de l’anticiper comme je vous ai parlé dans mon article sur la gestion des repas au restaurant. Vous pouvez donc regarder le menu en avance si c’est un restaurant ou voir avec la personne qui organise le repas ce qu’elle prévoit de faire. Cela vous permettra de vous préparer psychologiquement.

Si le repas vous semble trop difficile et que vous savez que soit vous ne mangerez pas, soit cela entraînera chez vous des comportements compensatoires, emmenez votre propre repas.

Et n’ayez pas peur du regard des autres. Vous n’êtes pas obligé de raconter votre vie, vous pouvez dire que vous avez un traitement médical qui vous amène à ramener votre gamelle. 

Enfin, je vous conseille également d’avoir sur vous des collations que vous pouvez facilement emmener et qui sont des aliments qui vous rassurent. Cela vous permettra d’avoir toujours un plan B dans votre sac. Par exemple, si vous êtes invité dans un endroit où le défi vous parait trop compliqué à surmonter, où qu’aucun aliment ne vous convient, il est préférable de manger votre collation plutôt que de sauter un repas. 

Je voulais rappeler une chose : Ayez conscience aussi que pendant les vacances, la plupart des gens ont tendance à se faire davantage plaisir. Ne culpabilisez pas si vous prenez souvent des glaces, des chips… C’est complètement sain pour la santé mentale de manger par gourmandise, pare que ça vous fait plaisir. Et ne vous dites pas que vous devrez compenser lorsque vous serez rentrés chez vous : NON ! Votre corps se régule lui-même, vous pouvez lui faire confiance. Dites-vous bien que vous devez apporter beaucoup d’énergie à votre corps pour le réparer. Et rappelez-vous bien que votre ration, c’est pas un maximum à atteindre, mais bien un MINIMUM. En tant que personne en guérison d’un TCA, vous avez des besoins nettement supérieurs à une personne en bonne santé. 

Pour finir l’aspect alimentaire, quelque chose que j’ai souvent fait, et qui est davantage courant lorsqu’on est en contexte de vacances : c’est d’appliquer le “tout ou rien”. Si par exemple j’avais foiré un repas, alors je me disais “foutu pour foutu” et du coup chacun de mes autres repas étaient une compulsion. Ce qui fait que le lendemain je repartais dans l’extrême opposé, et j’étais embarquée dans le circuit infernal de la restriction/compulsion. Soyez bienveillant avec vous-même. Comme je disais précédemment, dans un contexte de guérison, on a généralement une structure solide. Cette structure est perturbée en vacances donc c’est complètement normal qu’il y ait des loupés. Et en réalité, ce ne sont pas des erreurs. Ça fait partie du chemin de la guérison. La guérison n’est pas linéaire, elle n’est pas parfaite. Donc si vous avez le sentiment qu’un repas est raté, dites-vous bien que ce n’est qu’un repas. Qu’est-ce que c’est un repas dans votre vie ? N’appliquez pas le “foutu pour foutu” et reprenez votre plan alimentaire classique au repas suivant.

5. Attention à l’activité physique

Comme le temps le permet, les activités de plein air ont tendance à augmenter votre activité physique : vélo, balade à pied, canoë, jeux sur la plage… Les personnes n’ayant pas de TCA vont intuitivement adapter leur apport énergétique à la hausse. Là où les personnes souffrant de trouble alimentaire vont avoir tendance à se limiter à leur ration habituelle. Faites vraiment attention à votre dépense énergétique. N’oubliez pas que vous êtes en phase de guérison, vous avez besoin de repos. Même si vous ne pensez pas être en sous-poids, vous êtes tout de même malade et votre mental est en souffrance, il a aussi besoin de repos.

mandala-anorexie-guerison-tca

N’hésitez pas à le rappeler également à vos proches qui veulent faire plein d’activité. Ils ne se rendent pas forcément compte car la petite voix dans votre tête va avoir tendance à leur montrer que vous êtes plein d’énergie, prêt à constamment bouger. Donc c’est pas simple pour eux de faire la part des choses. N’hésitez pas à leur dire de limiter ces activités physiques. 

Prévoyez-vous des temps calmes, où vous êtes assis. Je sais que ce n’est pas simple d’être assis lorsqu’on souffre d’hyperactivité. C’est pour cela que je vous conseillais de prendre des cahiers, des livres, des carnets de dessins, etc. dans votre valise. 

6. Communiquer avec les personnes avec qui vous partez en vacances

La communication est super importante, dans tous les aspects de la vie. Mais c’est d’autant plus vraie pour maximiser votre guérison des troubles alimentaires. Communiquez avec ceux qui vous entourent pour éviter qu’ils ne fassent des choses nuisant à votre guérison, et même pour qu’au contraire, ils vous épaulent dans cette épreuve.

Expliquez par exemple à vos proches que vous avez besoin de savoir le programme un minimum à l’avance. Pour prendre exemple sur ma vie personnelle, mon copain savait que pendant un temps, il devait me prévenir 1 semaine à l’avance pour m’inviter au restaurant. Ensuite, c’était 3 jours à l’avance, jusqu’à ce que ça puisse s’organiser le jour-même sans stress. 

Communiquez sur ce que vous avez besoin, sur ce que vous ressentez. Parfois, les proches pensent vous aider mais ils n’ont pas conscience des conséquences de leur mot parce que les troubles alimentaires sont des maladies complexes. Aidez-les à vous comprendre. Certains commentaires, comportements de vos proches peuvent être des vrais déclencheurs à des actions nocives pour vous. Essayez de les lister pour leur noter afin qu’ils puissent faire attention de ne pas le répéter. 

Vous avez le droit aussi de dire non, de mettre des limites. Par exemple, si un repas de famille vous met mal à l’aise, vous avez le droit de limiter votre temps de présence. Vous avez complètement le droit aussi de refuser d’héberger des gens si c’est trop stressant pour vous. Même chose pour le fait de cuisiner et d’accueillir du monde pour un repas chez vous, vous pouvez refuser. Pensez à vous ! N’oubliez pas que vous avez toujours le choix.

7. Attention à la nocivité des réseaux sociaux

Pendant les vacances, on a plus de temps. Et parfois, on se perd à scroller des heures et des heures sur Instagram ou Tiktok. Le problème c’est que sur les réseaux sociaux, on peut voir pas mal de photos et plus généralement d’idées qui vont être des déclencheurs à des comportements nocifs pour votre TCA. Même moi qui n’aie plus de trouble alimentaire, trop d’Instagram me met dans un mauvais mood, ça devient oppressant au bout d’un certain temps. Je vous recommande donc de vous mettre une limite de temps journalier ou une certaine plage horaire où vous vous autorisez à aller sur Instagram. C’est parfois difficile de prendre du recul quand on est seul derrière son écran mais n’oubliez pas que sur les réseaux sociaux, justement on ne sait pas ce qui se passe derrière l’écran. Les gens vous montrent bien ce qu’ils veulent que vous voyiez de leur vie… Souvent c’est idyllique. Mais ce n’est pas la vraie vie. 

Je terminerai cet article en vous soulignant l’importance d’être bienveillant avec vous-même. Les vacances sont parfois une période difficile à traverser dans la guérison et vous n’avez pas à vous juger si vous ressentez cela. C’est complètement normal. Vous êtes en lutte contre une maladie difficile et vous pouvez être fier de vous parce que vous vous battez. 

N’ayez pas peur également de demander de l’aide. J’en profite d’ailleurs pour vous encourager à maintenir un suivi régulier avec votre équipe médicale si vous le pouvez. D’autant plus que les consultations en visio se sont démocratisées avec la covid19. Donc n’hésitez pas à demander de l’aide à vos thérapeutes, même par email pour demander une consultation d’urgence si vous en avez besoin.

Enfin, je voulais vous parler d’une anecdote qui s’est passée en vacances. C’était en 2016, ça faisait 1 an que j’étais malade et je m’étais inscrite plusieurs mois en amont aux JMJ (Journées mondiales de la jeunesse). La veille du départ, j’ai pris conscience que j’allais être confronté à des repas que je ne pourrais pas préparer et que je n’avais pas d’autres options. J’étais dans tous mes états, j’avais le sentiment que j’allais en mourir tellement ça me paraissait insurmontable. Et finalement, une fois sur place, j’ai eu comme un lâcher-prise libérateur. Je pense qu’en fait la maladie était tellement en dehors de sa zone de confort que j’ai fait 1000 pas en avant : j’ai réussi à manger de nombreux aliments qui me faisaient extrêmement peur et à profiter des moments magiques que ce voyage avait à m’apporter. Tout cela pour vous dire que les vacances peuvent également être un tremplin pour votre guérison. Malheureusement, j’étais dans une sorte de déni avant de partir donc je n’avais absolument pas préparé ses vacances avec tous les conseils que je viens de vous donner. Et je n’étais pas encore suivi par une équipe médicale donc à mon retour, j’ai très vite repris tous les comportements toxiques de mon trouble alimentaire. D’où l’importance d’être accompagné et de mettre en place différentes actions favorables à votre guérison, comme je vous en donne dans le kit de guérison disponible sur les ressources de mon site internet.

Prenez soin de vous et passez de très bonnes vacances ☀️

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, 0 commentaire
Peut-on se sortir seul d’un trouble alimentaire ?

Peut-on se sortir seul d’un trouble alimentaire ?

Peut-on se sortir seul d’un trouble alimentaire ?

Moi, je vais m’en sortir seule”. J’ai pensé ça pendant longtemps lorsque je sombrais dans l’anorexie mentale : pendant 1 an à vrai dire. En fait, les premiers mois, j’allais voir une psychologue car je voyais bien que j’avais un problème. Mais je n’acceptai pas d’être “anorexique” justement, sans doute à cause de l’anosognosie dont je vous parle dans mon article sur la légitimité au traitement. Je ne lui parlais donc pas vraiment de mon trouble alimentaire. C’est vraiment lorsque j’ai appelé l’hôpital, au service TCA, pour prendre rendez-vous avec un médecin spécialisé que j’ai accepté de l’aide pour lutter contre l’anorexie mentale. Parce que j’ai réalisé que ce que je pensais “contrôler”, en réalité, je ne maîtrisais plus rien. J’ai enfin réalisé et accepté que non, je n’y arrivais pas seule. Et surtout, j’ai compris que demander de l’aide n’était pas un signe de faiblesse mais au contraire, une preuve de courage. 

Mais qui serais-je pour vous affirmer que vous ne vous en sortirez pas si vous ne vous faites pas aider ? Le parcours de chacun est tellement différent. Mais, de par mon expérience et en tant que rescapée de l’anorexie, je pense que se faire aider est primordial pour assurer une guérison définitive des TCA

Dans cet article, je vous donne 7 raisons pour lesquelles se sortir seul d’un trouble alimentaire est extrêmement compliqué (voire impossible).

1 - Votre trouble alimentaire vous manipule

Les troubles alimentaires sont des maladies vicieuses et puissantes qui manipulent l’entourage mais aussi vous-même. Si vous avez écouté mon premier épisode où je parle de mon histoire avec les troubles alimentaires, je vous explique que j’ai fait une première hospitalisation où j’acceptais avec facilité l’augmentation de ma ration de jour en jour. J’en étais moi-même impressionnée, et je me disais qu’en fait, ce n’était pas si difficile de guérir d’un trouble alimentaire. À la sortie, j’étais persuadé que j’étais en train de guérir. Mais le jour où je me suis retrouvée seule dans mon appartement, j’ai tout de suite rechuté. Les médecins, mes parents, mes proches pensaient que je les avais manipulés. Mais j’y croyais sincèrement à cette guérison. En fait, même à moi la petite voix m’a menti. 

Votre trouble alimentaire prend tellement de terrain dans votre tête, que votre voix à vous, la voix de la raison, n’a plus sa place et vous ne parvenez même plus à l’entendre. De plus, c’est une maladie qui vous coupe de votre vie sociale, de vos amis, de votre famille. Parfois vous êtes obligé de quitter votre travail ou d’arrêter l’école par manque de force dû aux dommages de la maladie. Vous vous isolez avec votre trouble alimentaire et personne ne vous aide à vous apporter la voix de la raison.

Dans mon article où je réponds à votre peur de ne pas être assez malade, je vous explique que beaucoup de personnes souffrant de TCA souffrent d’anosognosie. C’est-à-dire que certaines zones de votre cerveau ne sont pas à leur capacité maximale et vous n’avez donc pas conscience de la gravité de votre maladie, voire du fait que vous êtes malade. Il est donc difficile de se battre contre quelque chose que l’on ignore…

trouble-alimentaire-petite-voix-anorexie

Vous ne pouvez pas faire confiance à l’instinct de votre maladie car vous n’êtes plus maître à 100% de vos pensées, de vos envies, de vos actions. Vous avez comme un parasite, votre TCA, qui agit à votre place, vous faisant croire que c’est pour votre bien tandis qu’il détruit votre santé. 

Votre trouble de la conduite alimentaire déforme la réalité et atténue votre perspicacité. C’est pour cette raison que vous ne vous sentez pas toujours légitime à demander une aide extérieure. Mais sachez donc que vous ne pouvez pas faire confiance à ce que vous dit votre trouble alimentaire. D’où l’importance d’une personne externe, familière aux TCA, qui saura vous dire lorsque votre comportement ou vos pensées émanent de votre trouble.

2 - Vous ne savez plus comment manger

C’est assez dingue à imaginer dans la mesure où manger est un besoin vital auquel on répond depuis que l’on est né, mais après des semaines, des mois voire des années de maladie, vous ne savez plus comment manger. 

Moi je me souviens que je ne savais plus ce qu’était une assiette normale. Je ne savais plus si je me servais assez ou trop de tel ou tel aliment. Vous ne pouvez pas non plus faire confiance à vos signaux de faim et de satiété puisqu’ils ont été altérés lorsque vous ignoriez votre faim ou que vous compensez par de la restriction, de l’hyperactivité, des vomissements ou prises de laxatifs. Vos circuits cérébraux vous envoyant le signal de la faim ou de la satiété sont erronés. Il va falloir beaucoup de temps pour retrouver un fonctionnement “normal”.

Cela veut donc dire que vous allez devoir manger même lorsque vous n’avez pas faim, ou même lorsque vous avez mal au ventre. Si vous vous êtes restreints pendant une période, votre estomac s’est comme rétrécie. Votre fonction de digestion a été endommagée. Donc quand vous vous re-nourrissez, vous avez des sensations inconfortables au ventre. Vous pensez que vous avez trop mangé, cela peut vous faire culpabiliser mais c’est en fait une sensation complètement normale. 

Vous ne pouvez pas non plus vous fiez aux assiettes des personnes avec qui vous mangez tout simplement parce que les besoins de chacun sont différents. Et vos proches n’ont pas de troubles alimentaires. Certaines personnes en guérison ont besoin d’au moins 3000 calories, même 4000-5000 pour réparer leur corps. Vous ne pouvez pas non plus vous fier au plan alimentaire d’autres personnes en guérison que vous voyez sur Instagram. Car même si cette personne souffre de la même maladie, elle n’a pas le même corps que vous, le même passé, la même génétique.

manger-guerison-tca-anorexie-mentale

Enfin, par rapport à ce que je vous ai dit dans le premier point, votre TCA risque de vous dire que votre assiette est trop remplie, ou que vous avez assez mangé, ou que vous devriez compenser si vous avez mangé au restaurant la veille. Mais sachez que si certaines personnes (je veux dire ici sans trouble alimentaire) mangent moins, parce qu’elles ont moins faim après un repas plus “riche”, cela ne s’applique pas à vous qui êtes en guérison. 

Seriez-vous capable de contrer votre trouble alimentaire ? Malheureusement non, et ce n’est pas que vous n’êtes pas assez fort, c’est juste que vous êtes malade. Ce n’est pas de votre faute.

3 - Votre TCA est une façon de vous protéger de vos blessures

Je le dis souvent, un trouble alimentaire n’a rien à voir avec le corps ou l’alimentation. Ça en choque certain d’ailleurs… Mais la nourriture, la perception du corps… ce ne sont que des conséquences à votre TCA. Les troubles alimentaires ne sont pas des “régimes” que vous pouvez arrêter du jour au lendemain.

Votre corps a développé un trouble alimentaire pour vous protéger de quelque chose, en réponse à des blessures profondes que vous avez. En fait, un TCA est un mécanisme de défense qui a d’ailleurs fonctionné pendant un moment : souvent au début, quand les effets néfastes ne sont pas encore apparus.

J'aborde ce sujet dans cet épisode de mon podcast :

Au début, vous vivez une sorte de “lune de miel” où vous vous sentez puissant. Personnellement, je n’avais jamais eu autant confiance en moi de ma vie. Donc forcément, mon cerveau a associé la perte de poids et le contrôle (sur la nourriture et mon corps) avec quelque chose de positif. 

Votre cerveau a ainsi créé une association entre votre trouble alimentaire et une sorte de sécurité. Donc quand vous êtes en guérison, vous luttez pour sortir des mécanismes de votre trouble alimentaire. Et votre cerveau vous freine car il a peur de sortir de sa zone de confort, il pense qu’il ne sera plus en sécurité.  Lutter contre votre TCA, c’est lutter contre un mécanisme d’adaptation qui vous a aidé à survivre à un moment donné. C’est terriblement difficile, d’où l’importance de se faire accompagner par une personne qui saura vous aider à reprogrammer vos schémas de croyance. 

Le simple fait d’avoir conscience que votre TCA est un mécanisme psychologique pour vous aider à faire face à des blessures ne fera pas disparaître vos problèmes psychologiques ancrés depuis des années. Cela demande un accompagnement régulier, sur le long terme.

4 - Votre peur de guérir est parfois trop intense

Une fois, un médecin m’a dit que si je ne guérissais pas, c’est parce que je ne voulais inconsciemment pas guérir, que j’avais peur de l’après, que j’avais peur de lâcher la maladie. J’ai eu du mal à accepter cela. Comment pouvais- je avoir peur de guérir alors que cette maladie me gâchait la vie ? Oui, mais en même temps, c’était tellement omniprésent dans ma vie depuis 3 ans… Qu’est-ce que j’allais devenir sans elle ? À quoi je penserai ? Guérir, c’est comme déraciner un vieil arbre. Les racines sont tellement profondes que le trou sera immense. Et comment combler ce trou ? 

Évidemment que c’est terrifiant, et c’est complètement normal, il n’y a aucune honte à cela. Mais parfois, pour avancer vers cet inconnu, on a besoin que quelqu’un nous prenne par la main, pour nous aider à nous reconstruire. 

peur-guerir-trouble-comportement-alimentaire

5 - Les troubles alimentaires sont des maladies mentales complexes

Même si aujourd’hui on a accès à de nombreuses ressources nous expliquant ce que sont les troubles alimentaires, cela reste des maladies complexes où le fonctionnement diffère d’une personne à une autre. Il s’agit de votre santé, de votre vie. Vous n’en avez qu’une, alors prenez-en soin ♥ 

Il s’agit d’un phénomène quand même rare, mais qui peut arriver : le syndrome de réalimentation. J’ai été victime de ce syndrome, et heureusement que j’étais suivi médicalement car je ne serai peut être plus en vie aujourd’hui. En fait, j’étais tellement dénutri que mes intestins se sont arrêtés de fonctionner. Et moi je l’ignorais donc j’ai continué de manger. Et de ce fait, toute la nourriture que j’ingérais s’était bloquée. Je ne suis pas médecin, mais je pense qu’il existe énormément de types de syndrome de réalimentation. Mais ce que je veux dire, c’est que la renutrition ne doit pas se faire du jour au lendemain, ça doit être progressif. Cela m’a conduit aux urgences, puis en réanimation pendant 15 jours. J’ai ensuite été hospitalisée durant presque 3 mois où j’ai eu une ré-alimentation progressive, où j’avais des analyses médicales régulières afin de s’assurer que mon corps acceptait bien la renutrition.

D’ailleurs, autre conséquence de la réalimentation : notre corps crée des œdèmes. La plupart des cas, ils se situent au niveau des pieds et des jambes. Mais cela peut s’aggraver si ce n’est pas surveillé.

Les troubles alimentaires ont des conséquences neurologiques également importantes à prendre en compte pour mieux comprendre notre perception. Par exemple, vous ne percevez pas correctement votre corps. Vous vous voyez souvent plus gros que ce que vous n’êtes réellement, c’est le phénomène de dysmorphophobie. Un spécialiste saura vous expliquer cela. 

Personnellement, lorsque j’étais dénutrie, je n’étais plus capable de réfléchir correctement, j’oubliais certains mots, je n’avais plus de force. J’étais épuisée et je n’avais pas l’énergie pour combattre mon trouble alimentaire. Même si l’hospitalisation était très difficile et que le fait de ne plus gérer moi-même mes repas était un véritable défi, je n’avais pas le choix. Et avec du recul, je sais que cela m’a permis de me décharger de la “responsabilité” de mon alimentation le temps que je reprenne des forces, que je retrouve la raison. Attention, je ne dis pas qu’il faut forcément passer par la case hôpital pour guérir. Simplement, pour moi, c’était une étape par laquelle je n’avais pas le choix de passer.

6 - Vos proches ne sont pas impartiaux

proche-personne-malade

Bien que les proches ne peuvent pas vous faire guérir à votre place, ils ont un rôle important. Personnellement, je pense que leur rôle dans la guérison est surtout l’écoute, l’empathie, le soutien. C’est clairement très difficile d’être aux côtés d’une personne souffrant de troubles alimentaires car c’est une maladie complexe, pleine d’ambivalence. C’est d’autant plus difficile lorsque c’est son enfant ou son compagnon de vie. 

Ma mère et ma sœur ont eu un rôle central dans ma guérison. Et sans elles, je m’en serai sortie mais certainement beaucoup plus difficilement. Cependant, l’aide des proches a ses limites. Déjà, tout le monde ne parvient pas à avoir une écoute empathique et bienveillante car le fait de vous voir souffrir les affecte trop. Certaines personnes préfèrent aussi ne pas s’impliquer dans votre guérison pour se protéger. Mais la plus grosse limite est que vos proches ne sont pas impartiaux. Et pour moi, c’est primordial d’avoir un appui extérieur impartial.

Parfois, ma mère me répétait des choses dans le but de m’aider mais cela m’horripilait, m’agaçait. Ma psychiatre ou les infirmières de l’hôpital m’apportaient le même conseil, et je l’acceptais et l’appliquais. Cela énervait un peu ma mère je pense mais je lui expliquais que si cela venait d’une personne neutre, qui plus est du corps médical, cela avait beaucoup plus d’impact sur moi. Autre point, vos proches ne sont pas formés aux mécanismes des troubles alimentaires. Et c’est complètement normal.

Mais de ce fait, ils ne sauront pas forcément répondre à vos questions ou n’adopteront pas forcément le bon comportement face à une compulsion alimentaire par exemple. Ainsi, ils peuvent vous donner malencontreusement des conseils complètement inappropriés.

7 - Notre société actuelle ne vous aide pas à guérir

Notre société actuelle, bien que cela évolue, est centrée autour des diktats de la diet culture. Cela complique vraiment le rétablissement des troubles alimentaires quand on entend à la télé, à la radio, sur les réseaux sociaux tous des messages autour de l’alimentation et du corps. 

C’est assez dingue comme ce sont des paroles omniprésentes. Je le vois, à mon travail et même dans la bouche de mes proches : les gens parlent sans même se rendre compte de l’impact que tel repas aurait soi-disant sur leur poids. La société se base sur la croyance que tout est binaire : la nourriture est soit bonne ou mauvaise, soit healthy ou grasse, soit peu calorique ou fast food. 

societe-diet-culture-trouble-alimentaire

Donc lorsque votre trouble alimentaire vous dit que vous ne devez pas manger, vous allez trouver facilement un argument autour de vous qui confortera cela plutôt que le contredira : un ami qui saute un repas, une grande sœur qui fait un régime, un cousin qui a commencé un nouveau programme de sport intense, les pubs de la télé qui vous disent qu’il faut préparer le summer body… Bref, vous voyez de quoi je parle ! 

De plus, malheureusement, la société est également mal éduquée sur les TCA. Beaucoup ne perçoivent pas lorsqu’une personne souffre d’un trouble alimentaire et vont féliciter une perte de poids par exemple. Pire, certaines personnes pourraient vous demander conseil pour savoir comment maigrir ou résister devant des gourmandises… (ça m’est arrivé) : la pire chose à demander quoi.

Nous sommes tous humains et nous avons besoin de soutien. Je vous ai demandé sur Instagram les raisons pour lesquelles vous ne consultiez pas quelqu’un. Dans cet article, j’ai répondu à certaines de vos réponses. Mais la dimension financière et la difficulté de trouver le bon psy sont souvent revenus :

  • Concernant le côté financier, il vous est possible de demander d’être en ALD (affection à longue durée). Ainsi, lorsque vous consultez un médecin ou un psychiatre dans le cadre de votre TCA, cela sera pris en charge à 100%. En revanche, pour tout ce qui est médecine douce (dont les psychologues) en effet, ce n’est pas encore assez pris en charge en France… Mais il est possible de consulter gratuitement dans des CMP (Centre Médico-Psychologique). Je vous conseille cependant de rechercher des thérapeutes spécialisés dans les troubles alimentaires
  • Pour ce qui est de trouver la bonne personne : en effet, cela ne se fait pas toujours du premier coup. Mais c’est pourquoi il faut persister. Je n’ai clairement pas trouvé le bon praticien du premier coup. Mais j’ai tenté avec d’autres et j’ai trouvé plusieurs bons thérapeutes qui m’ont réellement aidé dans ma guérison. 

Je terminerai cet article en appuyant sur le fait que, bien qu’une aide extérieure soit nécessaire, être acteur de sa guérison est primordial. Cela se fait de différentes façons. Je vous partage souvent des conseils sur mon compte Instagram ou aux travers mes podcasts, mais en voici certains exemples :

  • Lire du contenu, écouter des podcasts, suivre des comptes Instagram qui vous expliquent les fonctionnements des TCA et vous partage des conseils
  • Faire des exercices concrets : de relaxation, de restructuration de vos pensées, analyser vos émotions
  • Instaurer un environnement positif : dire des mantras positifs, se créer un tableau de visualisation, s’entourer de personnes bienveillantes, faire des activités qui font sens pour vous
  • La thérapie par l’art : Écrire vos ressentis, dessiner, colorier des mandalas…

Je pense que je ferai un article bientôt pour vous faire une liste des choses concrètes que j’ai mis en place et qui m’ont aidé 😉

En attendant, j’espère que cet article vous permettra de réfléchir à votre besoin de demander une aide extérieure. Je vous invite à partager votre expérience en commentaire ou à me faire part d’autres peurs que vous avez et qui vous empêchent de sauter le cap pour demander de l’aide.

Si vous avez d’autres tips de choses que vous avez mis en place seul, n’hésitez pas aussi à les partager !

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, Thérapie, 0 commentaire
Êtes-vous assez malade pour être légitime à une aide extérieure pour faire face à votre TCA ?

Êtes-vous assez malade pour être légitime à une aide extérieure pour faire face à votre TCA ?

Êtes-vous assez malade pour être légitime à une aide extérieure pour faire face à votre TCA ?

Je ne suis pas assez malade pour me sentir légitime à un traitement et soigner mes troubles alimentaires”. C’est un ressenti qui revient très fréquemment dans les troubles alimentaires

J’ai moi-même ressenti ça pendant au moins 6 mois, voire plus. Durant au moins 6 mois, je disais que j’avais quelque chose qui ressemblait à de l’anorexie, mais, chez moi, c’était différent et dans tous les cas “je gérais”. Au bout d’un an, j’ai pris rendez-vous avec un médecin spécialisé à l’hôpital. Mais même après 1 an et demi dans les TCA, j’étais encore persuadée que moi, je gérais mon TCA seule, je n’avais pas besoin d’être hospitalisée. Moi je n’étais pas assez malade, mon cas n’était pas assez grave pour justifier une hospitalisation. Un jour, le médecin a dit à mes parents qu’il fallait me faire hospitaliser à temps complet car mon corps allait bientôt me lâcher, que c’était une urgence. Dans ma tête, je me disais qu’il était fou, qu’il ne se rendait pas compte que moi je n’étais pas aussi malade que les filles qui se font hospitaliser à temps complet. J’étais majeure, alors j’ai refusé l’hôpital. Le médecin m’a dit “Dans ce cas, je vais prévenir le service de réanimation que vous allez arriver bientôt”. Et franchement, je me foutais de lui intérieurement, je me disais qu’il était complètement marteau. Mais il avait raison, ça n’a pas manqué, à peine 1 mois plus tard je suis arrivée aux urgences où j’ai été transféré en réanimation pour 15 jours. 

Alors, je peux vous assurer que je comprends ce que vous ressentez…

Dans cet article, je vais vous démontrer que ce sentiment d’illégitimité que vous avez s’explique cérébralement. Je vous expliquerai aussi pourquoi vous devriez vous faire aider le plus vite possible.

Vous souffrez (très certainement) d’anosognosie

Anosognosie. Je n’avais jamais entendu parler de ce terme, même lorsque je souffrais moi-même d’anorexie ! Avant de vous parler de ce phénomène, je précise juste que je ne suis pas neurologue. Je suis juste “experte” des troubles alimentaires grâce à ma propre expérience et je me suis documentée pour vous apporter les éléments d’informations qui arrivent. 

Anosognosie est un terme utilisé par des neurologues, dans les maladies mentales, faisant référence aux dommages cérébraux dans les zones frontale et pariétale. 

Anosognosie-trouble-alimentaire

Ces dysfonctionnements du cerveau empêchent la personne d’avoir conscience de sa maladie, ou du moins, elle en atténue sa gravité. Ce phénomène a surtout été observé pour la moitié des personnes atteintes de schizophrénie et un peu moins de la moitié des personnes bipolaires. Ce qui expliquerait d’ailleurs pourquoi ces personnes refusent souvent de prendre leurs médicaments pour se soigner. Chez les personnes atteintes de troubles alimentaires, il y a moins d’études qui ont été menées mais une étude américaine rapporte que près de 80% des patients en souffriraient.  

Et lorsque le lobe frontal et pariétal ne fonctionnent pas à 100%, la personne concernée perd (ou du moins partiellement) sa capacité à “mettre à jour” son image de soi, la perception de son corps.

Quand j’ai su ça, ça m’a paru tellement évident tout à coup ! Cela veut dire que la personne qui souffre d’anorexie mentale ou de boulimie n’a pas “mis à jour” la perception de son corps. Donc elle a beau avoir perdu des kilos, devant le miroir, elle voit toujours son corps d’avant la maladie. C’est d’ailleurs pour ça qu’une personne souffrant de TCA souffre de dysmorphophobie, c’est-à-dire qu’elle ne se voit pas comme elle est réellement. On souffre tous, plus ou moins de dysmorphophobie. Mais chez les personnes souffrant d’anorexie mentale, c’est accentué.

On parle très fréquemment de déni en début de troubles alimentaires. Mais en fait je trouve que l’anosognosie est différente du déni. Déjà parce que déni, c’est beaucoup plus simple à dire qu’anosognosie 😅 (Sans rire, j’ai dû l’écrire 15 fois en écrivant cet article, je galère toujours autant à l’écrire haha)

Blague à part, je trouve que c’est vraiment différent et ça permet de comprendre pourquoi la personne malade pense ne pas être malade ou du moins, pas assez. 

L’anosognosie est très puissante et rend l’acceptation du traitement réellement difficile. Parce que la personne est persuadée qu’elle n’est vraiment pas assez malade, que son trouble du comportement alimentaire n’est pas assez grave. 

Le déni, c’est quand on sait qu’on a un problème mais on le “nie”. Alors que l’anosognosie, on ne sait pas qu’on a un problème donc on ne peut pas nier quelque chose qu’on ignore

Du coup, la personne est tellement persuadée qu’elle n’est pas malade, qu’elle est très convaincante. C’est comme ça d’ailleurs qu’elle est capable de persuader son entourage qu’elle n’est pas malade. C’est important de savoir ça pour que vous, en tant que personne malade, vous sachiez que vous ne devez pas faire confiance à votre instinct. Mais pour les proches, c’est aussi important de savoir que vous devez inciter la personne concernée à se soigner même si elle vous dit qu’elle n’est pas malade. Moi je me souviens que la maladie arrivait à bien manipuler mon entourage, mais vraiment malgré moi. C’est pour ça que la maladie s’avère vicieuse. Elle nous ment à nous-même. 

Donc sachez que le fait de croire que vous ne semblez pas assez malade fait partie de la maladie. Même si vous perdez X kilos, vous aurez toujours l’impression de ne pas être assez malade parce que votre trouble alimentaire vous ment.   

Votre poids et IMC n’indiquent pas la gravité de votre TCA

Malheureusement, dans notre société actuelle, on donne encore trop d’importance au poids et à l’IMC dans les troubles alimentaires. Que ce soit l’entourage : ils ne comprennent pas assez le fonctionnement des TCA, donc ils se fient à l’apparence. Et si physiquement, on n’a pas l’air en insuffisance pondérale, bah ça leur semble moins grave. Et même au niveau médical, l’IMC est souvent un indicateur utilisé par les médecins pour se repérer là où on en est dans notre parcours de guérison. À l’hôpital, tout était fait en fonction de l’IMC : il fallait faire tel IMC pour faire du sport, pour avoir une permission, pour pouvoir sortir de l’hôpital, etc. Sauf que si on revient à l’origine de l’IMC, c’est un indicateur qui a été créé par un mathématicien pour des utilisations statistiques et non pas cliniques. L’IMC n’est pas fiable en tant que donnée médicale parce que cela ne prend pas en compte la génétique et l’hygiène de vie de chacun : le poids des muscles et des os est différent selon chaque personne.  

Combien de fois j’ai entendu dire qu’il fallait que j’atteigne l’IMC de 19 pour que je sois en bonne santé métabolique. Sauf qu’à 19, tout le monde n’est pas en bonne santé métabolique. La santé d’une personne ne se résume pas à son IMC. Donc si vous dépassez 19, ça ne veut pas dire que ​vous êtes guéri ! L’objectif n’est pas d’atteindre un certain IMC pour guérir.

IMC-poids-trouble-alimentaire

Il ne faut pas oublier que les TCA sont avant tout des maladies mentales, et pas des maladies physiques. Cela veut dire que même une personne avec une corpulence d’apparence “normale” (même s’il n’y a pas de normalité) peut être en détresse émotionnelle et psychique ! Les troubles de la conduite alimentaire se présentent sous toutes les formes et toutes les tailles. Il existe autant de TCA que de personnes malades. Je sais à quel point c’est difficile de se sentir légitime parce que j’ai eu la phase dans laquelle j’avais regagné du poids mais où j’étais horriblement mal mentalement. Et en effet, autour de moi, les gens semblaient penser que j’allais mieux et me traitaient comme tel. Et cela rendait encore plus compliqué à accepter mon TCA. Mais rappelez-vous que vous êtes la seule personne à ressentir le mal que vous éprouvez. Vous n’avez pas besoin de le prouver aux autres pour rendre valable votre douleur

Pourquoi vous devez vous faire aider au plus vite

Je fais souvent la comparaison avec un cancer pour faire comprendre surtout aux proches la gravité des TCA (et du fait aussi que cela ne dépend pas de la volonté des personnes concernées). Lorsqu’on diagnostique un cancer à une personne, elle ne va pas attendre d’être en phase terminale pour commencer son traitement, sans quoi elle réduit considérablement ces chances de s’en sortir. Pour un TCA c’est la même chose. L’anorexie est l’une (si ce n’est pas là) des maladies mentales les plus difficiles à guérir avec un taux de mortalité plutôt élevé pour une maladie mentale. Au plus vous agissez rapidement, au plus vous divisez par deux vos risques de rechute. Alors pourquoi attendre ? 

Je parle de ce sujet dans cet épisode de mon podcast :

Au plus vous agissez tôt, au plus vous diminuez les dommages physiques. Au plus le trouble alimentaire gagne du terrain dans votre tête, au plus il est difficile de l’arrêter et au plus les conséquences sur le long terme s’accentuent. Je suis désolée si ces propos font peur, mais c’est important de comprendre que les TCA sont dangereux. Moi-même je n’y croyais pas et j’ai fini en réanimation. Les médecins m’ont dit que j’ai eu la chance que ce soit mes intestins qui se sont arrêtés de fonctionner. Si c’était le cœur ou le foie, je ne serais pas en train de vous écrire cet article…

aide-therapie-trouble-alimentaire

Vous êtes assez malade pour vous soigner

Le terme “assez malade” ne devrait même pas exister. Il n’y a pas de “assez malade” dans les troubles alimentaires. Vous souffrez de votre trouble du comportement alimentaire et vous êtes légitime à un traitement, même si :

  • Vous avez le sentiment d’avoir déjà un poids “santé”. Ce n’est pas une question de poids, comme j’en parle juste avant dans mon paragraphe sur l’IMC ;
  • Vous vous nourrissez toujours ou vous avez l’impression que vous mangez beaucoup (Un TCA ce n’est pas forcément ne pas manger comme beaucoup le pense) ;
  • Vous n’avez pas fait de séjour à l’hôpital, vous n’êtes pas passé par la réanimation ou vous n’avez pas été sondé ;
  • Vous n’avez pas de complications médicales ou vos résultats d’analyses au laboratoire sont “normaux”. Sachez d’ailleurs que dans les troubles alimentaires, les répercussions physiques et/ou mentales se font insidieusement, petit à petit. Vous ne voyez peut-être pas encore des conséquences qui sont déjà en cours dans votre corps ;
  • Vous parvenez encore à aller à l’école ou au travail. Comme la maladie nous ment à nous même, on est capable d’avoir une force surhumaine qui s’écroule du jour au lendemain. La veille où je suis arrivée en réanimation j’étais encore au travail. Une fille avec qui j’étais à l’hôpital passait son bac la veille d’arriver en réanimation. Le cerveau sait tromper votre corps… ;
  • Vous passez encore de bonnes journées. Ce n’est pas parce que certains jours vous arrivez à battre la petite voix que vous êtes moins malade ;
  • Vous avez l’impression que les autres sont “pires”. Les troubles alimentaires sont des maladies compétitives. Vous aurez toujours l’impression que les autres mangent moins que vous, semblent plus hyperactifs, sont dans un état plus grave que vous. Mais vous comparer ne fera qu’alimenter votre TCA. Je vous propose d’aller voir mon article dédié pour vous détacher de cette habitude. 
  • Votre famille et vos amis ne paraissent pas si “inquiets” que ça pour vous. Ne vous y fiez pas. Déjà parce que, comme expliqué auparavant, votre TCA est tellement puissant que vous êtes très convaincant pour leur dire que tout va bien. Et parce que, pour vos proches, c’est parfois un moyen de protection pour eux-mêmes. Ou c’est aussi une façon de ne pas vouloir vous fragiliser encore plus, de ne pas vouloir vous impacter avec leurs inquiétudes. 
legitime-tca-anorexie

Si vous pensez ne pas avoir le droit au traitement pour votre trouble alimentaire, posez-vous ces questions : 

Est-ce que votre relation à la nourriture vous empêche de vivre correctement ?  Est-ce que vous savez accepter un repas avec des amis ou de la famille de manière fluide, sans stress ? Est-ce que lorsque vous faites vos courses vous vous prenez la tête sur les informations nutritionnelles notées sur les packagings ? Est-ce que vous avez l’impression que vous avez très souvent des pensées autour de la nourriture dans votre tête ? Est-ce que vous passez du temps à regarder du contenu sur la nourriture sur internet ? Est-ce qu’il vous arrive de mentir pour ne pas manger ? 

Il en va de même pour l’activité physique : est-ce que vous culpabilisez si vous êtes une journée tranquille dans votre canapé sans faire de l’exercice ? Est-ce que vous êtes perturbé si on vous propose une sortie qui vous ferait rater votre séance de sport ? Est-ce que vous avez ce sentiment d’être constamment en action ? Est-ce que si votre médecin vous demande de ne pas faire d’exercice pendant 1 ou 2 semaines cela vous rend nerveux.se ? 

Si vous avez répondu oui à au moins une de ces questions, alors la nourriture et/ou l’activité physique ont des conséquences négatives sur votre vie dont vous devriez en parler avec un thérapeute et/ou un médecin

Vous n’avez pas besoin de justifier votre souffrance pour être légitime à une aide extérieure. Avoir besoin d’aide pour vous sortir de votre trouble alimentaire n’est pas quelque chose dont vous devriez vous sentir coupable. Vous avez le droit de vous faire aider, et vous devriez le faire, au plus vite. 

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, Thérapie, 0 commentaire
Gérer les repas au restaurant quand on souffre de troubles alimentaires

Gérer les repas au restaurant quand on souffre de troubles alimentaires

Gérer les repas au restaurant quand on souffre de troubles alimentaires

La plupart des gens sont super contents lorsqu’on les invite à une soirée restaurant. Certains ont même l’habitude d’y aller toutes les semaines, c’est leur petit plaisir. Aller au restaurant peut paraître banal et super attrayant ! À condition de ne pas avoir de troubles alimentaires… Pour une personne souffrant de TCA, aller au restaurant est vraiment source d’angoisse et c’est un véritable défi, un moment même difficile à passer. 

Le contrôle de notre alimentation est un symptôme très fréquent des troubles alimentaires. Il est même central pour beaucoup de malades. Aller au restaurant, c’est n’avoir aucun contrôle sur notre repas. On ne sait pas comment est confectionné le repas, quels sont les aliments qui composent le plat, l’heure à laquelle nous seront servis… Et il y a également le regard des autres à gérer. Une autre conséquence des troubles alimentaires, c’est la solitude, le fait de se couper de toute vie sociale. Aller au restaurant, c’est manger en compagnie d’autres personnes qui d’ailleurs, ne mangeront pas forcément le même repas que nous. 

Mais aller au restaurant est un excellent exercice sur le chemin de la guérison. Je le dis souvent, mais dites-vous bien que si c’est difficile, c’est parce que ça dérange votre trouble alimentaire. Et au plus vous dérangez votre TCA, au plus la petite voix est poussée hors de sa zone de confort, au plus vous vous rapprochez de la guérison totale de votre trouble alimentaire. Lorsque j’étais en hôpital de jour, le restaurant était un exercice thérapeutique. Nous avions 1 à 2 sorties restaurant organisées où nous ne savions pas quel restaurant était choisi par l’hôpital. Nous avions l’obligation de choisir un repas complet, à savoir a minima plat et dessert, en éliminant les salades de notre short list. Franchement, c’était super angoissant. Et pour être honnête, lorsque j’étais sur place, il m’arrivait de pleurer devant mon dessert. Alors, je sais à quel point cet exercice est difficile. Dans cet article, je vous partage des tips pour vous aider à mieux gérer les sorties au restau avec votre trouble alimentaire.

Accepter que l’exercice soit difficile

Vous avez extrêmement peur d’aller au restaurant et c’est parfaitement normal. Vous avez la petite voix de votre trouble alimentaire qui hurle en vous de ne pas y aller, que vous ne le méritez pas, que vous n’y avez pas le droit, que vous faites une grave erreur en acceptant ce déjeuner ou dîner, que vous allez le regretter, etc. C’est donc complètement normal d’avoir le sentiment que vous n’allez pas y arriver et de vous sentir dévaster par l’exercice. 

Acceptez ces peurs, ces angoisses avec bienveillance fait partie du processus de guérison. Félicitez-vous d’accepter le restaurant et ne soyez pas trop dur avec vous-même. Comprenez que votre corps se sent en détresse parce qu’il doit se battre avec les démons internes de la maladie. Ne soyez pas trop exigeant avec vous-même. Ne vous en voulez pas d’avoir d’être en difficulté, de ne pas accepter avec enthousiasme un restaurant comme les autres pourraient le faire. Vous n’êtes pas les autres. Vous souffrez d’un trouble alimentaire. Ce n’est pas votre faute. 

J’en profite pour dire que tout le monde n’en est pas au même stade dans les troubles alimentaires. D’où l’importance de ne pas comparer sa guérison avec celle d’autres malades. Il y a autant de troubles alimentaires que de personnes qui en souffrent. On a tous ses difficultés, ses peurs, ses angoisses… 

Lorsque j’étais en hôpital de jour, tout le monde ne pouvait pas aller au restaurant tout simplement parce qu’il s’agit quand même d’un exercice très difficile. Moi-même, lorsque j’étais au plus dénutri, et que la maladie avait une telle possession de mes pensées, les médecins refusaient que je me prête à cet exercice. Je le dis souvent, il est extrêmement important d’être accompagné par des professionnels lorsqu’on a des troubles alimentaires. Parlez-en à votre thérapeute de votre sortie restaurant pour que vous puissiez en discuter et mesurer vos capacités à cet instant pour faire face à un repas au restaurant. 

« Petit à petit, l’oiseau fait son nid »

Une chose importante en général dans la guérison des troubles alimentaires, c’est le fait de ne pas vouloir aller trop vite. Si vous allez trop vite, vous prenez le risque de ne pas être prêt, de vous brusquer et donc de rechuter plus facilement.

Cela reste un conseil personnel, mais y aller en douceur pour les repas au restaurant est judicieux. J’entends par là qu’il ne vaut mieux pas foncer direct dans un fast-food et prendre le plat avec la plus grande intensité de « peur », votre plus gros fear-food. Après, chacun est libre de faire comme il le souhaite et cela dépend tellement de où vous en êtes dans votre processus de guérison.

Personnellement, mes premiers restaurants, je les ai fait dans un Flunch ou au Salad&co. C’était plus simple pour moi de retrouver les mêmes assiettes que j’avais à la maison. C’était un petit pas : mon repas ne changeait pas tant que ça mais j’étais dans un environnement totalement étranger et je n’avais pas tant de contrôle sur mon repas puisque je ne le calculais pas ni ne le cuisinais moi-même. Ensuite, j’ai commencé à aller dans des « vrais restaurants » et au début, je prenais plutôt des assiettes qui ne me faisaient pas trop peur, ou alors une assiette « fear-food » mais un dessert plutôt simple à prendre. Puis je prenais à la fois une assiette et un dessert « fear-food », qui me donnaient envie évidemment mais dont je n’étais pas habituée d’en manger parce que c’étaient des aliments qui faisaient tout simplement peur. 

D’ailleurs au début, je regardais aussi le menu à l’avance et je choisissais même mon repas. Cela m’aidait à être moins stressée. Puis petit à petit, mon défi a été de ne plus regarder le menu en avance.

Ce que je veux dire, c’est que j’y allais vraiment petit à petit, étape par étape en fonction de ce qui me faisait moins peur au plus peur. Une fois que vous maîtriserez toutes ces étapes, vous pourrez plus facilement accepter les sorties au restaurant improvisées, où vous ne prévoyez pas en amont le restaurant et votre plat. 

Préparer votre sortie au restaurant en amont

Comme je vous disais, je pense, et notamment pour vos premiers restaurants, qu’il est important de les préparer en amont afin de s’assurer que tout se passe pour le mieux au moment-même. 

Choisir les bonnes personnes :

Commencez par choisir la ou les personnes qui vous accompagneront au restaurant. Je vous conseille de choisir des proches qui sont au courant de vos troubles alimentaires mais qui en plus, comprennent ce que c’est et la difficulté que cela représente pour vous. Il vous faut des personnes en qui vous avez confiance, qui sauront vous aider en cas de difficulté, qui seront votre véritable bouée de sauvetage. Je vous déconseille de prendre des personnes qui parlent en boucle de nourriture, de régimes et tout ce qui va avec. Vous savez qu’en tant que personne souffrant de TCA, ces discussions sont de véritables éléments déclencheurs de stress. 

restaurant-guerison-anorexie

D’ailleurs, évitez de partager vos repas avec d’autres personnes ayant des troubles du comportement alimentaire (en dehors du cadre thérapeutique évidemment). Choisissez une personne agréable, souriante, qui discutera avec vous de sujets qui vous changeront les idées. Une personne qui a une relation saine à la nourriture. C’est important que votre cerveau puisse à termes faire le lien entre sortie au restaurant et moment agréable.

Prévoyez le cadre spatio-temporel :

Prévoyez en amont le jour, la date précise où vous réaliserez cet exercice. Évidemment, la vie, c’est d’être invitée au restaurant à l’imprévu. Mais pour pouvoir accepter un restau à l’imprévu, il faut d’abord l’avoir expérimenté plusieurs fois comme un exercice thérapeutique. Vous pouvez également si vous le souhaitez et si vous le pouvez, vous rendre en amont sur le lieu du restaurant pour mieux vous projeter. Maintenant, on a internet quand même ! Et parfois le fait de visiter le site internet ou les réseaux sociaux du restaurant permet de mieux appréhender votre sortie. Prévoyez d’ailleurs au départ un restaurant plutôt calme. Vous avez déjà assez de brouhaha dans votre tête. Enfin personnellement, un endroit trop bruyant et trop mouvementé me stressait au début. J’avais besoin d’un environnement stable. 

Retrouvez cet article en épisode de podcast :

restaurant-bar-guerison-anorexie-mentale

Préparez la sortie avec votre thérapeute :

Prévoyez de faire une séance avec votre psychologue avant où vous abordez toutes vos angoisses. Vous pouvez avec le thérapeute imaginer la situation la pire qui puisse se passer pour mieux la gérer si elle se passe vraiment (d’ailleurs, la plupart du temps, le pire envisagé n’arrive jamais). Si vous le souhaitez, vous pouvez également prévoir une séance avec votre thérapeute le jour-même ou les jours suivants votre sortie au restaurant. Cela vous permettra de debriefer sur les choses qui ont été anxiogènes, mais aussi pour souligner le positif, votre pas de plus vers la guérison.

Visualiser le moment :

C’est quelque chose qui m’aide souvent personnellement, l’exercice de visualisation. Lorsqu’un événement me stress, dans ma tête je vais visualiser l’événement. Cela permet d’appréhender notre comportement face aux différentes étapes de la sortie au restaurant. Le jour même, votre cerveau aura le sentiment de l’avoir déjà vécu et se sentira plus en sécurité.

Lister les déclencheurs :

Anticipez en amont tous les déclencheurs qui pourraient se manifester le jour de l’expérience afin de mettre en place des actions pour les éviter ou pour mieux les gérer. Par exemple, je savais que je devais éviter les restaurants avec buffet à volonté parce que très généralement, je perdais le contrôle et après je culpabilisais énormément. Mes premiers restaurants n’étaient donc pas des buffets à volonté. De même, les déclencheurs étaient les conversations autour des calories, du régime, ou certaines remarques sur la nourriture. Si je le pouvais, je briefais les gens en amont sur ce qu’ils ne devaient pas dire pour ne pas me mettre en difficulté. D’où le fait de bien choisir les personnes qui nous accompagne dans les premières fois si on en a la possibilité, bien sûr…  Un autre déclencheur pour moi était également de choisir un aliment que mon TCA voulait et de me refuser ce qui me donnait envie. Je savais que si je choisissais la salade de fruit à la place de la coupe glacée qui me donnait envie, j’allais finir par compulser sur du sucré en rentrant chez moi. Je gardais ça en tête pour choisir des plats qui me donnaient vraiment envie. 

Prévoyez des sujets de conversation :

Alors clairement pour moi c’est un autre déclencheur : le silence. Je déteste manger dans le silence ou que la personne qui m’accompagne ne parle pas, tout simplement car la voix dans ma tête prendrait le dessus et j’aurai milles pensées autour de la culpabilité qui résonneraient dans ma tête. Prévoyez des petites idées de sujets de conversation en cas de « blanc » pour ne pas laisser place au trouble alimentaire.

Pratiquer un exercice de relaxation :

Afin d’instaurer un climat de sérénité, vous pouvez prévoir de faire un exercice de relaxation avant d’aller au restaurant : une méditation guidée (comme avec l’application petit bambou) ou un exercice de respiration, de cohérence cardiaque… Cela vous permettra de calmer vos peurs intérieures.

Maintenez votre plan alimentaire : ne compensez pas

Je sais que tout le monde n’a pas de plan alimentaire spécifique mais quand je parle de plan, je veux dire que vous devez maintenir vos habitudes alimentaires même le jour où vous allez au restaurant. Vous devez prendre ce jour exactement comme un jour classique. 

Je sais que ce n’est pas simple et que votre trouble alimentaire vous dit le contraire. Je sais que vous le savez mais que ce n’est pas aussi simple de manger normalement. Je le sais parce que j’ai répété cette connerie de nombreuses fois. Avant, je mangeais moins les jours précédents, le jour même et même le lendemain. J’arrivais au restaurant affamée, et le pire se produisait toujours : je mangeais énormément, je me ruais sur le pain, je culpabilisais, je me haïssais… Bref, vous connaissez la chanson. 

Vous le savez aussi bien que moi, se restreindre ou compenser par du sport plongera votre corps dans un état de stress. Et votre corps aura besoin de récupérer l’énergie qu’il n’a pas eu pendant cette phase de restriction et vous fera potentiellement compulser. Vous n’avez pas besoin de « garder de la place » pour votre repas au restaurant. Vous n’avez pas besoin de mériter ce repas. Vous n’avez pas besoin de « nettoyer » le repas après. C’est votre trouble alimentaire qui vous dit ça. Vous avez le droit au plaisir, vous avez le droit de manger sans compenser. Faites confiance à votre corps, il se régulera de lui-même. Mais ne le privez pas d’énergie car il arrivera à plat au restaurant. Et votre cerveau associera toujours le restaurant comme un événement traumatisant pour votre organisme. 

Forcez-vous à manger normalement en amont et après le repas. Souvent on s’en fait toute une montagne, on a peur de prendre du poids à cause du repas au restaurant, de perdre totalement le contrôle. Mais manger au restaurant n’est pas égal à grossir avec un gros repas. C’est une association que fait votre trouble alimentaire mais qui est faussée. 

En répétant l’exercice du restaurant tout en mangeant avant et après, on finit par se rendre compte que finalement, c’est la montagne qui accouche d’une petite souris. C’est-à-dire que ça n’a pas d’impact monstrueux de manger au restaurant. Sinon, croyez-moi il y aurait beaucoup moins de restaurant et les gens ne s’en réjouiraient pas tant que ça d’y aller !

Petite parenthèse : Je vous déconseille fortement de vous peser après. Déjà parce que la pesée doit être réservée au médecin. Mais en plus parce qu’évidemment ça pourra avoir un impact sur les jours d’après mais c’est tout à fait normal. Sachez que lorsque le corps absorbe du sucre ou des glucides, il retient deux à trois fois la quantité en eau. Donc forcément le chiffre de la balance est impacté. Mais ce n’est pas du gras et surtout ce n’est pas un poids qui va rester sur le long terme. Rappelez-vous que l’équilibre se fait sur la semaine et même sur le mois. Ce n’est pas « aussi simple » que ça de prendre du poids.

La difficulté de choisir votre plat

Lorsqu’on allait au restaurant avec mon copain et que je sortais à peine de l’hôpital, il me disait à quel point j’étais totalement différente une fois que j’avais la carte du menu dans les mains. Mon visage s’assombrissait et la petite voix dans ma tête me hurlait un tas de commentaire insignifiant : « choisi le moins calorique », « tu ne mangeras que la moitié de ton assiette », « ne prend qu’un plat sans entrée ni dessert », « choisi un plat sans féculent », « prend le plat le plus sain de la carte », etc.

J’étais complètement perdue et je pouvais prendre franchement 30 minutes pour choisir mon plat. Je changeais toujours mon choix car j’hésitais terriblement entre ce que mon trouble alimentaire voulait et ce que moi je désirais réellement. Après des mois voire des années d’anorexie mentale, c’était parfois difficile de faire la distinction.

menu-restaurant-anorexie-guerison

Mais en fait, rappelez-vous qu’il n’y a pas de « mauvais » ou « bons » aliments. Tous les aliments ont la même fonction : donner l’énergie nécessaire à votre corps pour vivre, lui donner du carburant. Tous les aliments contiennent des micronutriments et des macronutriments pour faire fonctionner votre corps. Je vous l’ai déjà dit dans mon article sur la peur de grossir, mais même la graisse est nécessaire pour votre corps. Votre corps a besoin de graisse pour vous assurer une bonne vue, des cheveux en bonne santé, pour faire fonctionner normalement votre cerveau, pour ne pas altérer vos capacités de mémorisation, etc. Malheureusement, on est dans une société qui normalise le fait de catégoriser les aliments en « bons » ou « mauvais ». Mais dites-vous bien que ces discours sont surtout à l’origine de l’industrie du régime qui brasse des millions d’euros. Leur but est de nous faire culpabiliser pour nous faire acheter des produits, des programmes minceur qui n’ont clairement pas un impact positif sur notre santé. 

De même, je ne ressentais plus mes sensations de faim ni de satiété. C’était donc difficile de savoir si j’avais faim ou si c’était juste de la gourmandise. Mais avec le temps, j’ai compris et appris que c’est normal de manger par gourmandise. La plupart des gens au restaurant mange par gourmandise. Manger pour se faire plaisir est aussi vital. C’est important pour votre santé mentale. Votre corps a besoin de se faire plaisir pur vivre. D’ailleurs, en cas de coup dur dans la vie, notre cerveau est conçu pour chercher des aliments qui vont le réconforter. Et il n’y a aucun mal à ça. Vous avez le droit de vous faire plaisir, de vous chouchouter avec des aliments que vous aimez. Ça n’a rien avoir avec la faim. C’est de la gourmandise. Mais la gourmandise n’est pas un pêché, ce n’est pas négatif. C’est juste normal, en fait (attention gros scoop) vous êtes humain ! 😉

Gardez bien en tête que ce muffin ou ce hamburger ne vous tueront pas. Ce ne sont que des aliments. Ils n’ont pas le pouvoir de déterminer votre valeur. En revanche, vous restreindre, sur le long terme, cela peut mettre votre vie en danger…

Si vous avez du mal à choisir, vous pouvez vous allouer un temps limité. Par exemple, vous vous donnez 5 minutes pas plus pour choisir. Et une fois que vous avez fait votre choix, vous refermez la carte des menus et vous ne la touchez plus. Vous vous concentrez sur les conversations de votre table pour vous changer les idées. 

Avant de refermer la carte des menus, vous pouvez vous demander : est-ce que c’est mon TCA qui veut ça ou est-ce que c’est moi ? Qu’aurais-je fait comme choix il y a X année lorsque je n’étais pas malade ?

Rappelez-vous aussi que tous vos repas n’ont pas à être parfait. Je me souviens que lorsque j’étais en guérison, il fallait absolument que je ressente du plaisir en mangeant. Je trouvais ça dingue de voir mes parents ou mon copain manger juste parce qu’ils ont faim et qu’il faut manger. Pour moi chaque repas était un événement de fou, il fallait que je mange quelque chose qui donne très envie, que je prévois quelque chose qui sorte de l’ordinaire, que ce soit une expérience unique à chaque repas. Bref je me mettais la pression. Et si je n’avais pas ressenti une immense joie en mangeant mon repas, je me sentais triste, je me disais que j’avais raté ma chance de me faire plaisir. Mais en fait, des repas, on en a 3 à 4 par jour et ce tous les jours de notre vie. Dites-vous bien que tous vos repas ne doivent pas être parfait et exceptionnels. Et que dans tous les cas, si vous hésitez entre deux plats ou que vous avez regretté d’avoir choisi le plat que vous avez mangé, ce n’est pas grave. Car vous aurez d’autres occasions de le manger, de vous faire plaisir. 

Ne vous engagez pas dans des conversations sur la nourriture

Malheureusement, on est dans une société obsédée par les calories, les aliments minceurs, les régimes. Une société qui normalise le fait de se restreindre, de s’autoflageller lorsqu’on se fait plaisir… Ce n’est clairement pas simple de guérir d’un trouble alimentaire dans un environnement pareil. Mais malheureusement, on ne peut pas contrôler les pensées, comportements et conversations des autres. En revanche, on peut changer sa réaction lorsqu’on entend ce genre de discours. 

Ce n’est pas un exercice facile et qui pas efficace dès les premières fois, mais mettez-vous tout simplement des œillères. Quand j’entends ce genre de conversation, j’ai plusieurs façons de réagir : 

  • Soit je vais couper court la conversation et changer très vite de sujet
  • Soit j’entame une conversation avec d’autres personnes sur un autre sujet
  • Soit je dis très clairement que ce genre de discours me met en difficulté et que je préfère ne pas les aborder. 

Aussi, je me dis toujours que ce genre de paroles ne me concerne pas. Que ça fait partie de mon traitement de ne pas écouter ce genre de discours destructeur. Ce sont des paroles qui alimentent votre trouble alimentaire. Donc vous êtes obligée, pour votre guérison, de vous fermer à ce genre de discussion. Dans tous les cas, ne vous engagez pas dans des débats pour démontrer qu’il ne faut pas participer à la diet culture. Ce n’est pas votre rôle. C’est leur problème s’ils croient en ces façons de penser. Vous n’êtes pas là pour les éduquer, et ils risquent de vous avancer des arguments qui vous mettront encore plus en difficulté. Si vous souhaitez, j’ai dédié un article pour vous aider à gérer les personnes qui parlent constamment de régime.

Restructurez vos pensées

En TCC (thérapie cognitivo-comportementale), j’ai appris à restructurer mes schémas de croyances, de voir les choses autrement. L’exercice consiste à noter dans une première colonne ce que votre trouble alimentaire vous dit. Dans une seconde colonne, notez votre pensée rationalisée. Le but est d’entraîner son cerveau à choisir la pensée rationalisée au lieu de la pensée de votre TCA. 

Par exemple : Lorsqu’on vous propose d’aller au restaurant

  • La pensée du TCA : « Ça va être un moment horrible. Je vais perdre le contrôle, les gens vont me regarder, je ne vais pas être dans ma zone de confort, je ne peux pas le faire ».
  • La pensée rationalisée : « En effet, mon TCA m’amène à avoir peur de cet exercice. Mais il s’agit d’une très bonne expérience pour déloger mon TCA et le pousser hors de sa zone de confort. C’est pour moi l’occasion de faire un pas de plus vers la guérison. J’ai toutes les ressources en moi pour réussir cet exercice ».

Lorsque vous entendez la première pensée dans votre tête, c’est-à-dire celle du TCA, répétez-vous la pensée rationalisée. 

Pratiquer l’exercice de la respiration ou la pleine conscience

restaurant-guerison-tca

Je le conseillais en amont de la sortie au restaurant, mais parfois, durant le repas, on peut se sentir submergé par ses angoisses. Un exercice rapide et efficace consiste à vous concentrer sur votre respiration. Inspirez lentement et expirez profondément. Ressentez l’air qui entre dans vos poumons puis qui en sort. 

Vous pouvez aussi tenter de vous mettre dans un état de pleine conscience. Prenez conscience de la chaise sur laquelle vous êtes assis, des membres de votre corps qui sont en contact avec la chaise. Ressentez la texture de la chaise, la façon dont vos pieds touchent le sol. Vous pouvez aussi boire un verre d’eau doucement, ressentir la gorgée d’eau descendre dans votre corps, ressentir la différence de température entre l’eau et la température interne du corps. 

Je profite de ces quelques mots de fin pour vous rappeler que vous pouvez y arriver. Le restaurant est un moment tellement agréable dans la vie, vous avez le droit d’en profiter aussi. Ne laissez pas votre trouble alimentaire vous enlever cela, vous faire croire que vous ne le méritez pas. Vous pouvez croire en vous, vous avez toutes les ressources pour y arriver. Ne soyez pas trop dur avec vous-même : si au début le restaurant ne se passe pas bien, ce n’est pas grave et c’est même normal. Continuez de vous battre, retournez y pour confronter votre TCA à cette peur. Voyez le restaurant comme un traitement. Cela fait partie de votre ordonnance pour pouvoir guérir de votre TCA. Avec le temps et la persévérance, vous maitriserez de mieux en mieux l’expérience du restaurant et avec le temps, vous pourrez l’accepter sans l’appréhender.

Au début de ma guérison, c’était impossible d‘aller au restaurant. Ensuite je suis passée par la phase dans laquelle je me restreignais avant et où l’expérience du restaurant était de ce fait terriblement négative pour moi. Lorsque je sautais un repas en amont, ça augmentait clairement le risque je prenne des plats très riches pour combler rapidement ma faim. Aujourd’hui, lorsque j’arrive sans être affamée, je fais des choix plus conscient et moins extrémiste. 

Ça me paraissait inconcevable il y a 1 an, mais aujourd’hui je suis à l’initiative de sortie au restaurant. Avant, je les redoutais. Qu’est-ce que ça fait du bien d’arriver au restaurant sans être affamée ! C’est un véritable plaisir de pouvoir apprécier mon assiette sans me ruer dessus. Je ne vais pas au restaurant QUE pour manger, j’y vais pour passer un bon moment en compagnie d’autres personnes. 

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, 2 commentaires
Les barrières qui vous empêchent de guérir de votre trouble alimentaire

Les barrières qui vous empêchent de guérir de votre trouble alimentaire

Les barrières qui vous empêchent de guérir de votre trouble alimentaire

Parfois, on a le sentiment d’être prête pour guérir, mais on n’y arrive pas. Vous avez peut-être l’impression d’avoir tout essayer, mais en vain, vous ne parvenez pas à remonter la pente. Peut-être qu’à travers cet article vous pourrez déceler un obstacle que vous n’avez pas encore surmonté afin de guérir définitivement de votre trouble alimentaire.

La comparaison aux autres

Se comparer aux autres malades et non malades est un obstacle à votre guérison. À ma première hospitalisation, je passais mon temps à faire des comparaisons avec les autres : « il n’y a pas de raison que je mange plus si les autres s’arrêtent à une ration à 1600 calories », me disais-je. J’entendais des filles déclarer que dès qu’elles quitteraient l’hôpital, elles recommenceraient leur restriction. Ça me rendait folle, je me disais que je ne pouvais pas guérir si elles restaient malades. Mais pourquoi ?! C’est complètement absurde ! Et même pas un moins après ma sortie, j’ai rechuté. J’ai rechuté pour un tas de raison, mais me comparer aux autres m’a poussé dans le fond du trou !

À ma deuxième hospitalisation, j’ai vu les choses différemment. J’écoutais les autres malades en me rappelant que c’était leur petite voix qui les faisait agir ainsi. Je prenais plus de recul et je me disais qu’il fallait que je fasse les choses pour moi. Car quand je sortirai de cet hôpital, c’est moi, et moi seule qui vivrai ma vie. Vous êtes l’unique personne responsable de vos choix, la seule personne à vivre votre vie. Ne vous préoccupez pas des autres malades. Ne comparez pas votre guérison à celles des autres. Chaque personne a des besoins divers, a un passé différent, a des difficultés singulières, a un environnement familial distinct de vous, etc. Et puis surtout rappelez-vous que les autres laissent paraitre ce qu’ils souhaitent qu’on sache d’eux, mais ce n’est pas forcément la réalité.

Les chiffres

Compter les calories, peser mes aliments, tracker le nombre de pas que je faisais dans ma journée, vérifier mon poids quotidiennement… Les chiffres envahissaient ma tête lorsque j’étais malade. J’en étais esclave ! Peu à peu, j’ai appris à m’en détacher jusqu’à ne plus jamais les utiliser.

Débarrassez-vous de votre balance alimentaire, de votre pèse-personne, de votre montre connectée qui estime le nombre de pas, de votre application mobile pour calculer les calories… Tous ces outils sont censés être « utile », mais sont surtout là pour soutenir votre trouble alimentaire à mieux vous contrôler ! Ne vous dites pas simplement que vous allez arrêter d’y recourir, débarrassez-en vous réellement ! Sinon, dans un moment de fragilité, vous allez vous dire « bon, je regarde mon poids juste une fois », mais c’est la fois de trop ! Ces outils ne sont pas des ressources qui vont vous aider à guérir, et au contraire ! Les outils qui vous soutiendront vraiment sont le journal alimentaire, votre journal intime, des mantras positifs, des histoires inspirantes, etc.

En parlant de se défaire de déclencheur de votre trouble alimentaire, débarrassez-vous également de vos vêtements taille 12 ans ou taille 32/34. Les apercevoir dans votre placard vous rappellera juste que vous ne rentrez plus dedans. Et au lieu de vous dire que vous êtes sur le bon chemin de la guérison, votre trouble alimentaire préfèrera vous faire culpabiliser. Alors, débarrassez-vous-en ! Donnez-les à une association ou vendez-les sur Vinted ! Mais ne les gardez pas à votre vue quotidienne. Et puis au-delà du fait de faire du rangement dans vos placards, c’est symbolique. Après ma première hospitalisation, je n’avais pas voulu m’en débarrasser « au cas où ». Cela sous-entendait que je laissais la porte ouverte à mon anorexie si elle souhaitait revenir. Mais non ! S’en débarrasser signifie que vous rejetez votre trouble alimentaire et que vous acceptez la guérison.

Les relations toxiques

Parfois, on n’a pas conscience d’avoir une relation toxique dans notre entourage. C’était mon cas. Cette personne n’est pas quelqu’un de toxique, mais elle l’était pour moi. J’aimais cette personne. Tellement que ça en devenait malsain. Cette relation me détruisait sans même que je prenne réellement conscience des dégâts que cela créait sur ma santé mentale. Ce n’était pas possible de me battre contre ma maladie tant que j’avais cette personne qui hantait mes pensées inconsciemment. Et puis un jour une psychologue m’a questionné sur mon histoire avec cette personne. J’ai raconté toute mon histoire et c’est là que j’ai compris à quel point je devais me séparer définitivement d’elle si je voulais réussir à me consacrer entièrement à ma guérison. Je ne vais pas vous mentir, c’était difficile. Rien que le fait de supprimer son profil sur Facebook, j’ai eu l’impression de me tirer une balle en plein cœur au moment de cliquer sur « Retirer de la liste d’amis ». Un petit bouton, un simple clic, mais qui venait de mettre fin au dernier moyen de communication qui me rattachait encore à cette personne. Plus jamais je ne la verrai. Plus jamais je ne lui parlerai. Plus jamais je ne saurai ce qu’il se passe dans sa vie. Je n’avais plus le choix. Je devais avancer, mais sans elle. Cela a été très difficile et ça ne s’est pas fait du jour au lendemain. Mais je suis presque certaine que si je n’avais pas fait une croix sur cette personne, je ne serais pas encore guérie aujourd’hui. Cela ne veut pas dire que cette personne était responsable de ma maladie, non. Mais mon attention pour cette personne me détruisait et m’empêchait de me battre.

Les relations toxiques peuvent toucher un(e) ami(e), un membre de la famille, un partenaire amoureux. Mais cela peut aussi concerner une personne moins proche qui parle constamment de poids, de régime et de son alimentation. Vous devez vraiment fuir ces personnes pour ne pas nuire à votre guérison. Je vous donne mes conseils pour faire face aux personnes qui parlent de régime dans cet article. Si vous en avez l’occasion, expliquez à la personne dont vous vous écartez la raison de votre prise de distance. Dites-lui que vous souffrez, que vous êtes malade et que vous avez besoin d’un environnement optimal pour vous aider à vous en sortir. Si cette personne est empathique, elle vous soutiendra afin que vous retrouviez votre santé. Ainsi, elle se détachera de vous pour votre bien.

En vous éloignant des relations toxiques, vous éviterez de déclencher des émotions négatives nourrissant votre trouble alimentaire. Mais vous libérez également de la place dans vos pensées pour vous concentrer sur votre rétablissement.

Le perfectionnisme

Beaucoup de personnes souffrant de trouble alimentaire ont pour trait de caractère commun le perfectionnisme. Le perfectionnisme c’est essayer de tout réussir parfaitement. J’ai toujours été d’une nature perfectionniste. Mais lorsque j’étais anorexique, mon perfectionnisme s’est décuplé. Il fallait que j’aie entre 17/20 et 20/20 à l’école. Si j’avais 16/20, j’étais vraiment déçue de moi-même. Il fallait que mon appartement soit impeccablement rangé. Si je n’avais pas eu le temps de ranger seulement un coin, j’avais honte de moi-même. Il fallait que je sois aimé par tout le monde. Si une collègue de travail n’avait pas l’air de m’apprécier, je me détestais moi-même. Bref, je mettais la barre très haute et cela m’épuisait.

Tant que vous maintenez votre perfectionnisme, vous ne pourrez pas guérir. Vous ne serez jamais satisfait de ce que vous accomplissez. Vous trouverez toujours ça insuffisant. Vous ne pourrez jamais atteindre la perfection tout simplement parce que c’est irréalisable. Vous vivrez une vie de déception et vous ne serez pas heureux(se). Le perfectionnisme entretient votre haine de vous-même et ce sentiment de n’être jamais assez bon. Vous avez l’impression de constamment échouer.

Pour vous détacher de ce perfectionnisme, vous devez accepter vos forces, mais aussi vos faiblesses. Vous êtes humain, pas une machine. Et même les machines connaissent des problèmes techniques. On doit comprendre leurs erreurs pour les réparer afin qu’elles puissent être de nouveau fonctionnelles. Admettez de rechuter, tolérez de ne pas tout réussir parfaitement, acceptez de progresser pas à pas. Acceptez d’être vulnérable.

Le contrôle

Je dis toujours que les troubles alimentaires sont les maladies du contrôle. Le contrôle j’essayais de l’avoir dans tout ce que j’effectuais : le contrôle sur mon travail, sur ce que je mangeais, sur le nombre de calories avalé et dépensé, sur mes émotions… et même le contrôle sur les autres ! Sauf que non, ce n’est pas possible ! Et au-delà du fait que ce soit irréalisable, c’est complètement malsain et cela ne génèrera que de la négativité dans votre vie.

Apprenez à lâcher prise. Tant que vous serez dans le contrôle, vous nourrirez votre trouble alimentaire et vous ne pourrez pas guérir. Guérir en continuant de calculer vos calories, de peser vos aliments et de faire 2 heures de sport par jour, ce n’est pas guérir. C’est continuer d’essayer de contrôler votre corps et votre alimentation, et donc c’est votre trouble alimentaire qui continue de mener la danse.

contrôle-trouble-alimentaire

La peur de grossir

Je ne sais pas si c’est la peur la plus intense, mais c’est l’une que l’on redoute tous quand on est en chemin vers la guérison : la peur de grossir. C’est vraiment l’un des plus grands défis à surmonter lorsqu’on se bat contre un trouble alimentaire.

Généralement, lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, on est persuadé que son organisme est fichu. On pense que l’on a habitué son corps à une trop petite ration calorique et que de ce fait, lorsqu’on se remettra à manger, on prendra forcément du poids, et ce de façon disproportionnée.

Mais détrompez-vous ! Même si cela s’y apparente, vous n’avez pas fait de régime, vous souffrez d’un trouble alimentaire. Il y a quand même une sacrée différence entre les deux ! Votre corps a besoin d’une restauration de son poids à la normale pour guérir, et je dirais même pour vivre ! Votre corps a besoin de retrouver une alimentation qui lui permettra de ne plus se trouver piégé par la restriction ou les compulsions de votre trouble. Votre organisme n’est pas fichu ! Il est malade.

peur-de-grossir-anorexie

On me demande souvent si j’ai repris du poids lorsque j’ai commencé à guérir. Je n’ai pas d’autres réponses que « oui ». Évidemment, j’ai regagné du poids. Mais c’est du poids qu’initialement je n’aurai pas dû perdre. De plus, on ne peut pas guérir sans démaigrir. Le mot démaigrir peut vous faire moins peur que le terme « grossir ». Mais il s’agit réellement de démaigrir, c’est-à-dire que votre corps reprend peu à peu sa forme « santé ».

Vous ne pourrez pas guérir sans regagner du poids. Je sais que c’est difficile à accepter. Je vous garantis que je le sais, car je l’ai vécu. Et chaque jour de ma guérison, tandis que je reprenais peu à peu du poids, je pleurais chaque jour pour tenir bon et continuer de me battre malgré la peur intense que j’avais que cela ne s’arrête jamais. Je vous assure que vous ne grossirez pas à l’infini. Prenez une éponge toute sèche. Mettais là sous l’eau. Peu à peu, elle récupère son aspect d’éponge avec l’eau. Lorsqu’elle est déjà suffisamment gonflée par l’eau, l’eau qui coule dessus retombe sur les côtés, car elle n’a plus besoin d’eau pour obtenir sa forme d’éponge. C’est comme votre corps, il s’arrêtera de démaigrir dès qu’il aura retrouvé confiance en vous, en vos pensées et qu’il aura atteint son poids santé. Faites-lui confiance.

La zone de confort

Cela faisait un an que j’étais malade quand j’ai entrevu une lueur d’espoir dans mon combat. Pour la première fois depuis un an j’étais partie loin de chez moi, en voyage avec des inconnus. C’était la première fois que je me détachais de ma zone de confort. Et c’était la première fois que j’ai réussi à lâcher prise sur des aliments qui me faisaient affreusement peur.

S’il y a une chose que j’ai apprise durant ma guérison, c’est que c’est réellement en quittant sa zone de confort qu’on avance parfois à pas de géant vers la guérison. C’est extrêmement difficile de sortir de sa zone de confort. C’est horrifiant et l’on ne contrôle rien. Mais c’est à cet instant que la maladie est vulnérable et que vous pouvez espérer reprendre le dessus. Et c’est en répétant l’opération que vous pourrez, pas à pas, cheminer vers la guérison.

Lorsque j’ai commencé à guérir de mon trouble alimentaire, j’ai déménagé. J’ai quitté mon appartement pour revenir m’installer chez mes parents. J’ai débuté de nouvelles activités artistiques, j’ai visité des lieux inconnus et fréquenté de nouvelles personnes. Tant de nouvelles choses qui étaient complètement inconnues pour ma maladie. Elle était vulnérable et c’est ainsi que petit à petit je suis parvenue à la maîtriser. Ce n’est pas forcément possible de faire un nouveau départ comme on le souhaite dans sa vie. Mais commencez par changer la décoration ou l’emplacement des meubles dans votre lieu de vie. Vous pouvez parallèlement choisir un chemin différent pour vous rendre sur votre lieu de travail ou à l’école. Vous pouvez également démarrer une nouvelle activité collective.

Quand vous ressentirez un moment de difficulté, que vous vous sentirez menacé, vous allez éprouver une envie oppressante de retrouver votre zone de confort. Mais c’est à cet instant précis que vous devez vous battre et tenir bon ! Votre zone de confort peut vous sembler être sécuritaire, mais c’est tout l’inverse ! C’est ce que veut vous faire croire votre trouble alimentaire. Si vous souffrez, que c’est douloureux, alors vous êtes sur le bon chemin ! C’est que votre trouble alimentaire est en difficulté. Retenez cette phrase : la guérison est un mal sur le court terme pour un bien sur le long terme. Tandis que le trouble alimentaire est un bien sur le court terme pour un mal sur le long terme.

Le manque de soin médical

Je ne le répèterai jamais assez, mais pour moi, être entouré de personnel médical spécialisé dans les troubles alimentaires est primordial. Si c’est le prix qui vous fait peur, sachez que vous pouvez bénéficier d’une Allocation à Longue Durée (ALD) qui vous permettra d’être prise en charge à 100 % pour les soins liés à votre trouble alimentaire. Quand bien même, certain praticien ne sont pas pris en charge. C’est notamment le cas des sophrologues, des kinésiologues, des psychiatres et psychologues aussi parfois. Cependant, dans certains cas, le fait de payer nous engage davantage à se donner à 100 % dans la thérapie pour qu’elle fonctionne du mieux qu’elle peut.

Selon moi, le fait que ces professionnels soient spécialisés dans les troubles alimentaires est véritablement important. Déjà parce qu’ils connaîtront votre maladie et seront plus à même de vous comprendre. Mais aussi puisque grâce à leur expérience, ils sauront vous guider pour vous sortir de là.

Enfin, le fait que le suivi soit régulier et fréquent est vraiment essentiel. Personnellement, je voyais 3 à 4 médecins par semaine. Puis au fil du temps où j’allais mieux on espaçait les rendez-vous tout en diminuant le nombre de praticiens.

Les bénéfices de la maladie

On a parfois du mal à se détacher de la maladie tout simplement parce qu’on en tire des bénéfices. Des bénéfices à souffrir d’un trouble alimentaire ?! Oui tout à fait ! On n’en a parfois pas conscience, mais c’est bien le cas.

Pour vous aider, vous pouvez dresser un tableau des pours et des contres de votre maladie. Les pours seront les bénéfices que vous en retirez. Il n’y a pas de honte à en éprouver. Cela fait partie du vice de la maladie. Pour ma part, le bénéfice que j’en retirais était d’avoir une excuse. L’excuse de ne pas être présente à des invitations, l’excuse d’être fatiguée, l’excuse de ne pas faire les choses parfaitement. J’avais également la sensation qu’on m’accordait de l’attention grâce à ma maladie. J’avais de même ce sentiment d’être unique, de me démarquer des autres et notamment de ma sœur.

En faisant la liste des bénéfices, essayez de trouver pour chacun d’entre eux un raisonnement logique provenant de vous et non pas de votre trouble alimentaire pour réfuter ces bénéfices. Ce n’est pas aussi simple que cela n’y paraît. Vraiment, prêtez-vous au jeu. Vous pouvez vous aider d’un thérapeute pour contredire ces bénéfices.

Peur de l’échec

La peur de l’échec est une peur tout aussi importante que la peur de grossir. Les personnes souffrant d’un trouble alimentaire ont souvent une faible estime d’elle-même. Tellement faible qu’elles sont persuadées de n’être bonnes à rien. Leur peur de l’échec peut quelquefois les empêcher d’essayer de guérir au cas où elles n’y arriveraient pas. Parfois, rien que le fait d’accepter de guérir confirme selon elles qu’elles ont pris « le mauvais chemin » et que donc elles se sont trompées.

Le fait d’être perfectionniste amplifie d’ailleurs souvent la peur de l’échec.

N’ayez pas peur de l’échec et admettez de « faire des erreurs ». L’échec est la clé du succès. On apprend en échouant. Vous avez appris à marcher en tombant de nombreuses fois et en vous relevant. Si chaque bébé ne se relevait plus par peur d’échouer la prochaine fois qu’il réessaie de marcher, on verrait du monde à quatre pattes dans la rue.

Votre trouble alimentaire n’est pas un échec. C’est une épreuve de la vie. Et c’est une étape qui vous aura rendue plus solide une fois que vous en serez sortie. Je vous assure que si je devais renouveler ma vie, je la recommencerais exactement telle que je l’ai vécu. Avec mon trouble alimentaire y compris ! Parce qu’aujourd’hui je me sens plus forte. Bon nombre de fois où je suis face à une difficulté et où je me dis intérieurement « Si j’ai réussi à vaincre mon trouble alimentaire, alors je suis capable de surmonter n’importe quelle épreuve de la vie ! »

Attendre le bon moment

Lorsqu’on s’apprête à se battre contre un trouble alimentaire, on dit souvent qu’on « attend le bon moment ». Sauf que le bon moment, ça n’existe pas ! Il n’y a pas de moment approprié pour guérir !

Une personne atteinte d’un cancer ne va pas attendre le bon moment pour commencer sa chimio. En attendant, les cellules contaminées auront le temps de se répandre dans son corps, amplifiant sa maladie et la rendant encore plus difficilement guérissable.

C’est la même chose pour votre trouble alimentaire ! Sachez qu’au plus le temps passe sans que vous ne vous soigniez, au plus votre trouble alimentaire se propage dans votre cerveau et au plus ce sera complexe de se battre contre lui. Plus tôt vous déciderez de vous soigner, plus vous guérirez rapidement et facilement.

L’identité du trouble alimentaire

Les troubles alimentaires sont pervers à tel point qu’ils nous volent notre identité. Lorsqu’on est atteint d’anorexie, de boulimie, d’hyperphagie, d’orthorexie ou de tous autres TCA, on s’est forgé une identité à travers sa maladie. Le trouble fait partie intégrante de notre vie. On se retrouve donc en droit de se demander « Que vais-je devenir sans mon trouble alimentaire si je guéris ? ». Je me suis moi-même posé la question. Et la réponse, on ne la trouve qu’en se laissant aller vers la guérison. Petit à petit, j’ai découvert la nouvelle Mathilde que je devenais sans mon trouble alimentaire : j’ai découvert mes goûts, mes passions, mes envies, etc.

Votre trouble alimentaire dirige littéralement votre vie : vos actions, vos pensées, vos choix, votre comportement… Votre vie entière tourne autour de la survie de votre trouble alimentaire plus que votre propre survie ! Quitter la maladie va laisser un vide qu’il faudra combler. Et c’est de ce vide qu’on a peur lorsqu’on se trouve sur le chemin du rétablissement.

En prenant en compte toutes les activités que je fais actuellement, toutes les personnes que je vois, les choses que je réalise quotidiennement, je me demande qu’est-ce qu’il pouvait bien y avoir dans ma vie avant, lorsque les troubles alimentaires occupaient mon esprit : RIEN. Vraiment, la réponse n’est « rien » ! C’était principalement des choses insignifiantes : ce qu’on va manger ce soir, ce qu’on mangera demain, le nombre de calories de notre petit-déjeuner, le repas que notre voisin a pris, le nombre de kilomètres parcourus, etc. Votre trouble alimentaire biaise totalement votre façon de voir la vie. Sans lui, vous apprendrez à vivre et ça vaut tellement le coup de vivre plutôt que de survivre !

Votre passé

Lorsque j’étais malade, je vivais constamment dans le passé. Je cherchais à connaître le coupable de ma maladie. Je me demandais si ma vie serait différente si je n’avais pas vécu mon passé. Je regardais des photos du passé avec nostalgie. Je relisais des conversations avec des personnes qui n’étaient même plus dans ma vie.

Ce qui est passé est terminé ! On ne peut plus rien modifier ! La seule chose que l’on détient réellement c’est le présent. Il est donc essentiel de se focaliser sur votre présent, sur ce que vous pouvez faire ici et maintenant pour changer votre futur.

Même lorsqu’on commence à guérir, il faut éviter de regarder son passé. Cela peut représenter des déclencheurs de rechute vers le trouble alimentaire. Débarrassez-vous des photos, des messages, des vêtements… de tout ce qui peut vous rappeler de mauvais souvenirs du temps passé.

Il est temps de remplacer les mauvais souvenirs en créant dans le présent des anecdotes positives.

Quitter son trouble alimentaire est vraiment une chose difficile. Lorsque j’étais sur le chemin de la guérison, j’avais parfois ce sentiment que l’anorexie était prête à me lâcher tandis que moi je n’étais pas encore prête à la laisser partir.

Abandonner son trouble alimentaire demande un lâcher-prise sur soi-même, sur son idéal de la beauté, sur sa peur de l’échec, sur sa peur de grossir… C’est avoir peur de devenir « ordinaire», de tomber dans la « normalité ». C’est également vouloir guérir, mais en gardant un corps maigre. Ce sont deux choses incompatibles et même irrationnelles. Ou alors, vous ne serez pas totalement guéri et votre risque de rechute sera d’autant plus élevé.

Lâcher prise sur les dernières barrières qui vous maintiennent dans la maladie. Vous vivrez une vie plus épanouie, avec des processus cognitifs rétablis et des obsessions sur la nourriture et le corps qui diminueront jusqu’à disparaître.

C’est extrêmement difficile et vous avez peut-être la sensation de ne pas avoir la force de lutter contre votre trouble alimentaire. Mais je vous promets que ça en vaut la peine et que vous serez beaucoup plus heureux(se) lorsque vous serez guéri. 

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, 3 commentaires
Ce que c’est vraiment de se battre contre un trouble alimentaire

Ce que c’est vraiment de se battre contre un trouble alimentaire

Ce que c’est vraiment de se battre contre un trouble alimentaire

logo-norainnoflower

J’ai décidé d’écrire cet article au cas où certaines personnes pensent encore que les troubles alimentaires sont juste une période passagère d’une petite fille capricieuse en pleine crise d’adolescence qui veut attirer l’attention. C’est un préjugé complètement faux ! D’autant plus que les hommes sont également touchés et les troubles alimentaires peuvent apparaître à n’importe quel âge !

Cet article sera intéressant pour les proches d’une personne anorexique ou boulimique afin de mieux comprendre l’enfer que le malade traverse au quotidien. Mais le récit qui va suivre pourra conformément aider les personnes souffrants elles-mêmes de troubles alimentaires. Peut-être qu’elles se reconnaitront et se sentiront moins seules. Mais elles devront surtout se dire que j’ai vécu tout ce que je m’apprête à raconter et surtout que j’en suis sortie ! Ainsi, si moi je l’ai fait, tout le monde peut en guérir ! La guérison est possible !

Pendant 4 ans, j’ai vécu jours et nuits avec l’anorexie mentale, et en outre, j’ai connu une période de boulimie à la fin de mes troubles alimentaires. Alors je sais ce que c’est de vivre avec un trouble alimentaire. Ce récit est propre à mon histoire mais beaucoup de patients éprouvent les mêmes peurs, sentiments et étapes dans le processus de guérison.

Manger

Manger : tout être humain mange chaque jour, et ce plusieurs fois dans la même journée. C’est un besoin primaire, tout à fait normal. Pourtant, quand on souffre d’un trouble alimentaire, manger est une épreuve terrifiante. Lorsque j’étais malade, j’étais à peine levé que je songeais à ce que j’allais manger au petit-déjeuner. Je devais connaître la contenance calorique exacte de chaque aliment pour me rassurer. Si je ne savais pas la teneur énergétique, alors je ne prenais pas le risque de manger. À peine je sortais du petit-déjeuner que je pensais déjà à ce que j’allais déjeuner le midi. Tout était préalablement planifié des heures avant chaque repas. Généralement, c’était toujours les aliments identiques, dans le même lieu et à la même heure. S’il y avait le moindre changement (un retard dans mon repas, un invité surprise, une impossibilité de manger seule dans l’endroit qui me rassurait), dès lors c’était la catastrophe. Je devenais hors de contrôle, tétanisée par la panique et l’imprévu. Comme-ci ma vie en dépendait. Et je ne dramatise pas. Vraiment, les imprévus lorsqu’on souffre de trouble alimentaire sont des véritables dangers de mort. La moitié des personnes souffrant de troubles alimentaires ont déjà fait une tentative de suicide. Et malheureusement, dans les 10 % de décès, beaucoup ont recours au suicide. C’est donc des maladies à ne pas prendre à la légère…

manger-trouble-alimentaire

Manger lorsqu’on se bat contre un trouble alimentaire, c’est s’obliger à mettre une cuillère à soupe de féculent en plus, à ajouter cette demi-cuillère de sauce qui nous fait si peur. C’est aussi devoir se nourrir plus que les autres personnes autour de soi qui elles ne souffrent pas de trouble alimentaire. J’explique dans cet article pourquoi les personnes récupérant d’un trouble alimentaire doivent manger plus pour regagner du poids. Guérir d’un trouble alimentaire c’est également se forcer à manger plus tandis que notre appareil digestif n’a plus l’habitude d’ingérer une quantité normale de nourriture. C’est continuer de se nourrir malgré les douleurs au ventre. C’est devoir manger malgré la culpabilité et la voix de l’anorexie qui nous hurle de n’avaler que de la salade et des pommes. C’est aussi finir tous ses repas en étant frustré, en se demandant s’il l’on n’aurait pas dû prendre plus ou plutôt moins. C’est ruminer quant au repas qu’on a mangé, et ce encore pendant des heures après l’avoir terminé.

Manger, lorsqu’on se bat contre un trouble alimentaire, c’est l’enfer.

Penser sans cesse à la nourriture

Lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, on parle souvent d’une petite voix. Dans mon cas, cette petite voix c’était elle, l’anorexie. Presque toutes les heures, j’entendais sa voix me faire comme un récapitulatif de ce que j’avais déjà mangé et ce que j’avais encore le droit de manger le reste de ma journée. Dès que je commençais à ne plus trop l’entendre et à me changer les idées, elle revenait au galop. Elle venait me dire que je devais culpabiliser pour tout ce que j’avais mangé. Elle me titillait pour que j’aille faire du sport, histoire de griller le maximum de calorie. 

Lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, on a faim. Oui vraiment, on a terriblement faim. Moi j’entendais mon ventre gargouiller si fort que je mettais de la musique à fond pour ne pas l’entendre. J’avais tellement faim, mais l’anorexie m’empêchait de me nourrir, car il n’était pas l’heure à laquelle elle m’autorisait de me restaurer. Parce que souffrir d’un trouble alimentaire c’est aussi se battre sans cesse pour ne pas écouter la sensation de faim de son corps. Alors je me nourrissais par procuration. Je visionnais des recettes en vidéo, des photos de nourriture… j’y consacrais bien 2 heures chaque jour pour cela sur internet. C’était totalement malsain. Autre chose complètement maladive : je m’assurais que les autres mangent bien, mais surtout plus que moi. Dès que j’en avais l’occasion, je leur proposais des gâteaux, des biscuits, des bonbons… jusqu’à cuisiner des pâtisseries pour eux afin de les regarder en manger sans en prendre une miette.

penser-nourriture-trouble-alimentaire

 C’est ça aussi souffrir d’anorexie : avoir des comportements malsains et malveillants envers ses proches. C’est avoir honte de soi, jusqu’à même se détester. Mais c’est surtout ne pas parvenir à faire différemment. C’est être sous l’emprise d’un monstre qui est invisible, que les autres ne voient pas, mais surtout qu’ils ne comprennent pas.

Et le pire, c’est que la nourriture est PARTOUT. Si vous avez enfin réussi à ne plus y songer ne serait-ce qu’une fraction de seconde, il y a toujours quelque chose pour vous y faire repenser : vous passez devant une boulangerie, votre collègue a ramené le petit-déjeuner au bureau, vos amis vous invitent à un restaurant, vous apercevez des posts de nourriture sur les réseaux sociaux, etc. Si vous ne souffrez pas de trouble alimentaire, pour mieux comprendre vous pouvez vous imaginer que vous êtes sans cesse confronté à votre pire crainte tous les jours, et ce plusieurs fois dans la journée. Par exemple, si vous avez peur des énormes mygales : Vous vous réveillez le matin et vous devez faire face à une immense mygale qui vous attend dans la cuisine. Ensuite, vous sortez et vous en croisez une dizaine dans la rue. Vous devez êtes en constante alerte et toujours faire attention. Vous arrivez au bureau, on vous a ramené des mygales servies sur un plateau. Le midi, rebelote une mygale… et je vais m’arrêter là en supposant que vous avez compris ! Vraiment imaginez-vous cette situation.

Et quand arrivait le moment de dormir, il m’était impossible de fermer l’œil sans devoir recompter mon total calorique de la journée. Des chiffres, des calories, des kilomètres, des grammes… Lorsque vous souffrez d’un trouble alimentaire, votre tête est envahie par les nombres.

Avant de dormir, je devais planifier mes repas du lendemain qui étaient pourtant similaires à ceux de la veille. Je devais préparer ma séance de sport pour être certaine de pouvoir la faire même si ça impliquait que je travaille mes cours jusqu’à minuit ou que je ne vois pas mes amis que je n’avais pas vu depuis déjà 3 mois.

Le poids et la balance

Souffrir d’un trouble alimentaire c’est monter sur la balance, dans certains cas plusieurs fois par jour, puis pleurer après avoir vu le chiffre. Même si cela n’implique que +100 grammes. La balance c’est elle qui avait le pouvoir de déterminer si oui ou non j’avais le droit de manger toutes mes tartines à mon petit-déjeuner.

se-peser-trouble-alimentaire

Lorsque vous êtes atteint d’un trouble alimentaire, vous réduisez votre vie à un seul chiffre : votre poids. C’est ce put*** de nombre qu’indiquait la balance qui me disait si j’avais le droit d’être heureuse ou non ! Souffrir d’anorexie c’est souhaiter peser un poids de plus en plus bas, tellement faible qu’on en devient presque inexistant.

Je savais que j’étais en sous-poids, je savais que je devais reprendre du poids si je ne voulais pas mourir. Et j’avais envie de regagner du poids pour guérir. Mais c’était plus fort que moi, je n’y arrivais pas. J’étais satisfaite uniquement si le poids avait diminué voire stagné. Parce que souffrir d’un trouble alimentaire, c’est aussi ça : savoir ce qu’il faut faire, mais ne pas réussir à mettre en œuvre des actions concrètes pour y parvenir.

Les autres

Avant l’anorexie, j’étais une fille sociable, souriante, qui allait toujours vers les autres. Lorsque je suis tombée malade, l’anorexie a tué ma vie sociale.

Lorsque je parle des autres, je fais d’abord référence à ma famille. Souffrir d’un trouble alimentaire c’est se rendre compte qu’on fait du mal à nos parents, à nos frères et sœurs, mais de rester impuissant face à cela. Non, je n’avais pas envie de faire pleurer ma sœur en lui déclarant qu’elle ne pouvait plus venir manger chez ses parents, car j’y vivais et que je ne supportais pas les invités. Non, je n’avais pas envie de regarder ma mère pleurer quand je lui disais que la seule chose qui pouvait m’arriver de bien c’était de ne pas me réveiller le lendemain matin. Non, je n’avais pas envie de voir mon père ruminer, culpabiliser et stresser parce qu’il voyait sa fille s’éteindre à petit feu. Lorsqu’on est atteint d’un trouble alimentaire, on voit son entourage souffrir également, mais on ne parvient pas à faire autrement. Ce n’est pas une question de manque de volonté ou d’essayer d’attirer l’attention. C’est juste qu’on a tellement peu d’estime pour soi qu’on n’arrive pas à se protéger et à s’aimer soi.

Les autres font aussi référence à mes amis. Durant mes 4 années d’anorexie, je me suis vu refuser des dizaines d’invitations à des soirées, des restaurants ou des week-ends entre copines simplement parce que je craignais de ne pas pouvoir contrôler les repas. J’avais peur que les autres fassent une remarque en ce qui concerne ma façon de manger, quant au poids que j’avais probablement perdu tandis que j’avais le sentiment d’avoir grossi. Souffrir d’un trouble alimentaire, c’est se couper de ses amis malgré soi. Non, on ne le fait pas exprès de rater toutes les invitations. Notre trouble alimentaire ne nous laisse pas le choix que de les refuser. L’isolement est le meilleur ami de l’anorexie. À deux, ils formaient un combo de choc et se trouvaient en pleine puissance pour m’anéantir.

Et enfin, les autres font référence à toutes les personnes que je pouvais croiser dans la rue. Leurs regards pesants sur la maigreur de mon corps. Leurs mots mal placés sur mon apparence ou ma manière de manger. Leur incompréhension blessante sur la maladie qui me terrassait. Et puis leur façon de manger. Une personne atteinte d’un trouble alimentaire à un comportement terriblement malsain à l’égard de l’alimentation des autres : surveiller ce qu’ils mangent, quelle quantité, à quelle heure, etc. Quand j’étais malade, mon trouble alimentaire ne me laissait jamais démarrer le repas en premier. Je devais toujours commencer de manger lorsque les autres étaient déjà à la moitié de leur repas. C’était épuisant : se nourrir en fonction des autres sans écouter les besoins de son corps.

Et si jamais ils venaient à parler de leur poids, leur alimentation ou du prochain régime qu’ils allaient essayer… cela réveillait mon trouble alimentaire et multipliait par 10 ma culpabilité et mes comportements destructeurs envers moi-même. Dans cet article, je vous donne des conseils pour gérer les personnes qui suivent un régime autour de vous

L’hyperactivité

Regarder un film Netflix à 15 : 00 un dimanche après-midi ? Faire une sieste dans l’après-midi pour se reposer ? Faire une grasse mat’ jusqu’à 10 : 00 du matin ? Ou simplement, s’assoir plus de 2 heures sans bouger ? Je n’avais plus le droit à tout ça. L’hyperactivité accompagne souvent les troubles alimentaires. L’hyperactivité c’est pas juste faire plus de 5 séances de sport par semaine. Non, l’hyperactivité c’est également aller faire ses courses au magasin de l’arrondissement d’à côté. C’est aussi faire le maximum de trajet à pied. C’est pareillement ne jamais avoir le droit d’emprunter un ascenseur. C’est aussi gigoter continuellement lorsqu’on est assis sur sa chaise. C’est aussi être constamment en train de penser ou de réfléchir à quelque chose qui nous pompe de l’énergie. L’hyperactivité, c’est ne jamais s’accorder de repos. Vraiment, jamais.

Les TOCs (troubles obsessionnels compulsifs)

Lorsque j’étais malade, ma vie était rythmée par les TOCs : les troubles obsessionnels compulsifs. Bien évidemment, cela commençait dans l’assiette : je ne pouvais pas manger si chacune des catégories d’aliments était bien distincte l’une de l’autre dans mon assiette. Il fallait que je coupe tout en petits morceaux, que je fasse des mélanges très bizarres… Ensuite, il y avait les TOCs de comptage : les calories, les grammes. C’était compter, recompter et re-recompter. J’avais également des TOCs de vérification. Je vérifiais que je sentais toujours bien les os de ma cache thoracique, que je pouvais toujours faire le tour de mon biceps avec mes doigts. Et puis il y avait les TOCs dans le ménage : je ne pouvais pas manger tant que le ménage n’était pas fait et que mon appartement était totalement propre.

Pourquoi tous ces TOCs ? Pour avoir un sentiment de contrôle. Pour se rassurer. Mais en fait, ce ne sont que des illusions. Compter les calories, toucher mes os, faire le ménage ne me mettait pas plus en sécurité. Et puis il y a le regard des autres, encore une fois. Lorsque je mangeais à des repas de famille, il m’était impossible d’abandonner mes TOCs. Je détestais la façon dont les gens m’observaient manger en me demandant ce que je pouvais bien foutre avec ces aliments ! Je savais que c’était stupide et que j’avais l’air d’une folle en faisant cela. Mais c’était plus fort que moi. C’était la maladie qui me dictait cela.

toc-trouble-alimentaire

La culpabilité

La culpabilité est le sentiment qui nous hante lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire. La culpabilité après avoir mangé évidemment : Est-ce que j’ai trop mangé ? Est-ce que je n’ai pas fait une connerie en me resservant ? Pourquoi ai-je mangé ce pain ?! Pourquoi ai-je compulsé sur ces puta*** de biscuits ?! Mais malheureusement, la culpabilité ne se limite pas à la nourriture. Il y a la culpabilité de ne pas faire assez : pas assez de sport, pas assez de travail à l’école ou en entreprise, pas assez de marche, pas assez de ménage… juste pas assez. Je me souviens combien je culpabilisais d’être assise sur une chaise en cours. Je n’avais pas d’autre choix que de rester assise et la culpabilité rongeait tellement mes pensées que je n’arrivais plus à me concentrer sur l’intervenant de mon école.

Et puis il y a la culpabilité d’être malade. Combien de fois je culpabilisais d’être anorexique. Je me disais que si je n’étais pas malade, mes parents ne seraient pas aussi inquiets, que ma sœur ne devrait pas m’envoyer un message dès qu’elle souhaitait voir ses propres parents pour ne pas me déranger pendant un repas. J’aurai sans doute était une meilleure amie pour mes copines. Bref, je me culpabilisais pour une maladie que je n’avais pas demandée et dont j’étais moi-même la première victime.

La honte

La honte est l’autre sentiment qui cohabite avec la culpabilité dans notre tête. Quand j’étais anorexique, j’avais honte de mon corps maigre. J’avais honte de porter trois couches de vêtements, même lorsqu’il faisait 30 degrés dehors. J’avais honte de ressembler à une vieille de 50 ans alors que j’en avais 22. J’avais honte d’être toujours tendue et stressée dès qu’on parlait de nourriture ou qu’il y avait quelque chose à manger à proximité.

honte-boulimie-vomitive

Lorsque je suis tombée dans les compulsions alimentaires puis dans la boulimie, j’avais honte de mes crises. Je passais de boulangerie en boulangerie, englobant des muffins, cookies, brioches et j’en passe. Je voyais déjà dans le regard des commerçants leur pitié de me voir stressé en train d’acheter une quantité astronomique de nourriture. Ils me voyaient maintenant souvent et se doutaient que ma relation avec la nourriture n’était pas saine. Et puis j’avais honte de mon comportement face aux passants dans la rue. Je mordais dans une brioche puis le balançais dans la poubelle à proximité. Aussi vite, je me ruais dans un magasin pour acheter d’autres sucreries avec lesquelles je répétais la même action. Il m’est déjà arrivé de jeter un aliment puis d’aller le récupérer dans la poubelle, devant tout le monde… Même la honte n’arrêtait pas mon trouble alimentaire. Je me haïssais plus que tout de faire des choses pareilles.

J’avais encore plus honte de moi devant mes parents. Ma mère m’a déjà surprise en train de faire une crise de boulimie, vomitive ou non. Et elle me demandait pourquoi je n’avais pas réussi à me contrôler. Cette question que moi-même je me posais, mais à laquelle je ne savais pas répondre. J’avais l’impression de terriblement la décevoir. Après chaque crise, nous discutions ensemble. On se disait toutes les deux que c’était certainement la dernière, que maintenant j’avais compris les choses. Jusqu’à ce que le lendemain une nouvelle crise survienne, voire même parfois quelques heures après notre discussion.

Ces sentiments de honte et de culpabilité étaient tellement puissants qu’ils généraient souvent des envies suicidaires chez moi. Combien de fois j’ai marché près d’une ligne de chemin de fer en me disant qu’il fallait que je trouve le courage de sauter sous le prochain train ! Parce que vivre avec un trouble alimentaire c’est aussi ça : avoir des désirs de mettre fin à sa vie en permanence. Avoir la sensation que la mort est la seule arme qui permettrait d’arrêter la petite voix dans notre tête.

Le froid

Si vous n’êtes pas ou n’avez pas été atteint.e de trouble alimentaire, vous n’imaginez pas à quel point on a froid lorsqu’on souffre de ces troubles. Le froid est là en permanence. Comme un corps sans vie. J’avais tellement froid que je me collais souvent au radiateur de ma chambre. J’avais déjà 4 couches de vêtements sur moi, mes mains sur le radiateur, mais elles restaient froides. Mettre un t-shirt sans avoir froid n’était plus possible pour moi. Même en plein été. Même lorsqu’il faisait plus de 30 degrés. Je devais toujours avoir un petit gilet sur moi parce que le froid glaçait mon corps.

La solitude

La solitude est la meilleure amie des troubles alimentaires, avec la culpabilité et la honte. Ces derniers sont en pleine puissance lorsqu’ils se trouvent isolés de tout le monde. Pendant mon anorexie, je me suis vu rejeter des dizaines d’invitations m’empêchant de profiter de mes amis, de voir ma famille. J’avais tellement besoin d’eux, mais paradoxalement je refusais de les voir. Encore une action de l’anorexie que je ne maîtrisais pas.

Mais la solitude réside même lorsqu’on se trouve accompagné en fait. Parce qu’on a beau avoir notre famille et nos amis autour de nous, aucun d’eux ne comprend réellement ce qu’on vit tant qu’ils ne l’ont pas vécu. Ils ont beau nous apporter tout le soutien du monde, nous sommes la seule personne à nous battre contre la maladie. Nous sommes la seule personne à pouvoir guérir. Et c’est vraiment difficile de se sentir seule, incomprise.

Notre reflet dans le miroir

dysmorphie

Lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, nous sommes obnubilés par notre image corporelle. Chaque matin et chaque soir, je vérifiais dans la glace que j’avais toujours mon corps squelettique. Comme-ci j’avais pris 10 kilos dans la journée. Cela peut paraître complètement insensé. Mais pourtant, j’avais parfois réellement la sensation d’avoir pris 10 kilos et qu’on ne voyait que cela.

Lorsque je marchais dans la rue, je regardais systématiquement mon reflet dans les vitrines. Non pas que j’étais narcissique. Loin de là, mais j’avais ce besoin de vérifier que j’étais toujours aussi maigre. C’était une obsession constante. Une autre obligation de la maladie.

Les moments festifs

Le jour de son anniversaire, la nouvelle année, les fêtes de Noël… ces jours-là ont toujours été mes moments préférés dans l’année. Je les attendais avec impatience. Sauf lorsque j’ai eu mes troubles alimentaires. À ces moments-là, je les craignais plus que tout.

Le jour de mon anniversaire, je redoutais qu’on m’offre des bonbons, des gâteaux ou chocolats. J’appréhendais de devoir organiser une fête et que donc j’allais devoir nourrir les invités et avoir ce besoin de tout contrôler pour obéir à mon anorexie. Pendant 4 ans, j’étais souvent seule le jour de mon anniversaire. Je pleurais parfois parce que j’avais mangé un chocolat. J’avais envie de souffler les bougies sur mon gâteau pour faire un vœu. Mais je ne pouvais pas manger mon gâteau, je n’y arrivais pas. Alors on ne faisait pas de gâteau.

Les fêtes de fin d’année je les redoutais dès le début novembre. Je me souviens de mon Noël 2017. J’ai pleuré du début à la fin. Je voyais toute ma famille me regarder, complètement démunie. Et moi j’étais terrifiée par toute cette nourriture qui m’apeurait, que je désirais, mais que l’anorexie m’interdisait. Je n’avais plus le droit de simplement manger et célébrer Noël et la nouvelle année. Je devais résister, me contrôler pour ne pas craquer sur un aliment. Lorsque j’arrivais à la table de Noël, je ne voyais pas ma famille, j’additionnais mentalement toutes les calories qui se trouvaient sur la table. Je ne pouvais plus profiter de ceux qui m’entouraient et que j’aimais. J’étais esclave de mon anorexie.

Me battre contre l’anorexie est la chose la plus compliquée que j’ai surmontée. C’est une bataille quotidienne, constante, à chaque seconde de chaque journée. C’est comme avoir un démon en soi qui critique chaque chose que l’on réalise, mange ou pense. Vivre avec un trouble alimentaire c’est comme tomber d’un bateau qui nous maintenait dans une stabilité générale dans la vie. Et à chaque fois que vous êtes sur le point de remonter sur le bateau, vous vous prenez une grosse vague qui vous renvoie loin du navire. Vous avez envie d’arrêter de nager, vous êtes épuisé et vous voulez abandonner pour vous laisser couler.

Vivre avec un trouble alimentaire c’est comme essayer de respirer dans un tout petit bocal où il n’y a presque pas d’air. À chaque respiration, on a l’impression qu’on se rapproche un peu plus de la mort. C’est une bataille difficile, mais je suis la preuve que l’espoir existe et est réel. Continuez de vous accrocher. Continuez de respirer peu à peu jusqu’à ce que vous sortez de ce petit bocal qui vous empêche de vivre. Le rétablissement consiste à respirer de mieux en mieux, et tellement mieux qu’un jour vous réussirez à faire exploser le couvercle du bocal pour en sortir. Il se pourra que le couvercle tente de se révisser par lui-même. Mais votre respiration aura déjà affronté des épreuves qui l’auront rendue plus forte. Elle sera donc capable de rouvrir le couvercle d’autres fois encore. Tenez-bon. Je vous assure que ça en vaut la peine.

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, Couple, Mieux connaître, Parents, 8 commentaires
Comment gérer les personnes qui suivent un régime durant la guérison d’un trouble de l’alimentation ?

Comment gérer les personnes qui suivent un régime durant la guérison d’un trouble de l’alimentation ?

Comment gérer les personnes qui suivent un régime durant la guérison d’un trouble de l’alimentation ?

logo-norainnoflower

Quand j’étais anorexique, je n’avais plus de vie sociale. Les fois où je voyais ma famille ou mes amis devenaient rares… Lorsque j’étais sur le chemin de la guérison, que j’augmentais ma ration alimentaire, ma vie sociale s’est relancé petit à petit. Cela fait d’ailleurs partie du processus de guérison. Et c’est alors que je me suis confronté à une épreuve de taille : faire face aux conversations parlant de poids et d’alimentation.

Les discussions sur les régimes alimentaires nous impactent tous négativement, avec ou sans trouble alimentaire. Mais si en plus on souffre d’un trouble alimentaire, ces discussions deviennent une vraie épreuve à surmonter et qui nous hantent encore longtemps après que le dialogue ait eu lieu.

Qu’ils soient positifs ou négatifs, les commentaires sur la nourriture ou le corps sont de véritables déclencheurs du trouble alimentaire, pouvant entraîner une rechute. On a tous dans notre entourage quelqu’un qui est obsédé par son poids ou son alimentation. Et même si ces propos ne vous sont pas destinés, ils vous déstabilisent complètement et vous renvoi à des peurs ancrées en vous : celle de grossir, de ne pas bien faire les choses, de mal manger, etc. 

Ce que vous devez savoir pour mieux accepter les commentaires autour de l’alimentation et du poids :

On vit malheureusement dans une société où le régime est mis en avant et la perte de poids est félicitée. Il n’est donc pas étonnant que nous fassions face à des discussions abordant le poids et l’alimentation quotidiennement ! Avant de vous donner des conseils pour gérer ces discussions, il me semble important que vous lisiez ces réflexions pour vous aider à mieux accepter les commentaires négatifs de ceux qui vous entourent.

Personne ne comprend ce que vous vivez

Ce n’est pas pour les excuser, mais la plupart des gens qui vous entourent ne comprennent pas ce que vous vivez. Même ceux qui vous disent qu’ils ont compris. Combien de personnes que je connais sont venues me demander des conseils nutrition et sport pendant que j’étais en guérison, tout simplement parce que je regagnais du poids et que du coup, j’avais l’air « guérie ». S’ils s’imaginaient ce que je vivais, jamais ils ne m’auraient parlé de ces sujets.

Même les membres de votre famille ou vos amis les plus proches ne comprennent pas à quel point il est éprouvant de combattre un trouble alimentaire. Pour eux, les difficultés sont là lorsqu’il y a de la nourriture. Mais même avant les repas, vos pensées vous angoissent. La culpabilité après les repas est paralysante. Et même lorsqu’il n’est pas question d’alimentation, vous êtes en lutte constante contre votre trouble alimentaire. Tout cela, il l’ignore.

Même si leurs conversations déclenchent chez vous des sentiments stressants liés à votre trouble alimentaire, je suis presque certaine qu’ils ne se rendent pas compte de l’impact de leurs propos. Ils n’ont pas conscience à quel point la guérison est difficile. C’est pourquoi il est important de leur expliquer. Je vous parle de cela un peu plus loin dans l’article. 

Beaucoup de personnes sont victimes de l’industrie du régime

jennifer-burk-ECXB0YAZ_zU-unsplash-2

L’industrie du régime est malheureusement puissante et ses messages sont répétés et rabâchées des centaines de fois par jour via les publicités, les médias, certains influenceurs et par des milliers d’habitants de cette Terre. C’est pourquoi énormément de monde a subi un lavage du cerveau leur inculquant une véritable culture du régime.

Vous vous demandez pourquoi tous ces gens parlent sans cesse de nourriture et de poids. Parce qu’ils sont biaisés par la culture du régime, consciemment ou inconsciemment, comme vous l’avez sans doute été à un moment donné.

Je trouve cela personnellement malheureux, mais vous ne pourrez pas changer une société entière. Ainsi, tentez de prendre du recul en vous disant que ces personnes sont victimes d’une industrie. Et ce n’est pas parce qu’elles ont une opinion sur l’alimentation et le poids qu’elles ont raison. Bien au contraire. Alors si vous sentez que dans leur discours, elles ont tort, c’est leur problème, pas le vôtre. Vous avez déjà assez de soucis à vous faire avec votre guérison. 

N’acceptez pas tout pour éviter le rejet

L’une de mes plus grandes peurs est le rejet. J’ai depuis longtemps eu cette peur d’être rejeté par les autres. C’est pourquoi j’ai toujours adopté une stratégie du caméléon : celle d’être d’accord avec tout le monde pour me faire accepter. Sauf que dans ce cas-ci, si j’étais d’accord avec des discussions qui m’étaient néfastes, j’allais repartir en arrière renforçant mon trouble alimentaire. Pour me protéger, je n’ai pas eu d’autre choix que d’appliquer des techniques pour lutter contre les conversations négatives.

N’admettez pas tout par peur du rejet. Vous devez accepter que beaucoup de personnes ne comprendront jamais ce que vous vivez et continueront de parler de régime et de poids. Vous devez penser à votre santé, à votre bien-être et pas aux autres. N’allez pas à l’encontre de votre guérison pour faire plaisir aux autres. Car il y a de forte chance que ces autres personnes ne pensent plus à vous une fois rentré chez elles. Tandis que vous, vous allez ressasser ces conversations encore longtemps dans votre tête.

Si ces gens sont néfastes pour vous, alors ils n’ont pas leur place dans votre vie. Vous verrez avec le temps que seules les personnes qui ont envie de vous aider et de vous comprendre resteront à vos côtés. 

Vous ne pouvez pas changer les autres

C’est l’une des leçons que j’ai apprises de mon anorexie, on ne peut pas changer les autres. C’est vraiment difficile d’entendre son amie vous parler de comment elle réussit à sauter son petit-déj ou le sport qu’elle pratique tous les jours pour rentrer dans sa robe. Vous avez envie de la secouer et de lui demander d’arrêter son obsession à son corps qui est nuisible pour vous, mais aussi pour elle. Mais tant qu’elle-même n’en aura pas conscience elle-même, vous allez juste gaspiller de l’énergie et du temps pour quelque chose dont vous êtes impuissante.

Ce n’est pas parce que vous pensez d’une façon que tout le monde doit adopter le même système de croyances. Quand bien même vous auriez raison. Chaque personne est libre de ses choix, de sa façon d’être et de penser.

Mes conseils pour gérer les personnes parlant de poids et de nourriture

Les réflexions que je vous ai partagées peuvent certes vous aider à accepter les commentaires négatifs autour de l’alimentation et du poids. Mais je vous ai également listé 6 conseils plus concrets pour faire face aux personnes obsédées par leur corps et la nourriture :

Avoir conscience du danger de ces personnes durant la guérison

Je le dis souvent, la prise de conscience est une première étape primordiale. Avoir conscience qu’être entouré de personnes parlant de poids et d’alimentation pendant la guérison peut vous être préjudiciable est important. Si vous en avez conscience, vous allez vous préparer à y faire face, notamment avec les conseils qui vont suivre.

Vous combattez un trouble alimentaire. De ce fait, le dernier régime à la mode ne vous est clairement pas adapté. Ne prenez pas en compte les habitudes alimentaires et sportives qu’applique votre entourage. Cela ne vous concerne pas. Et à moins qu’il s’agisse de votre équipe médicale référente qui suit votre état de santé et connaît vos antécédents psychologiques, personne n’est en droit de vous dire ce que vous devez faire. Le pire, c’est que ces gens qui sont actuellement satisfaits des résultats de leur régime draconien ne sont pas à l’abri de développer un trouble alimentaire. Une analyse a été effectuée par des chercheurs et démontre que certaines règles alimentaires des régimes drastiques sont similaires aux astuces qu’on retrouve sur les sites pro-anorexie.

Or, en tant que guerrier qui se bat contre un trouble alimentaire, vous devez éviter tout conseil pouvant déclencher ce trouble. Sinon, malheureusement, vous pourriez bien rechuter

Exprimez ses besoins

Ce n’est pas toujours facile à faire, car vous avez certainement peur de vous retrouver face à un mur d’incompréhension voire à du rejet. Mais c’est pourtant primordial si vous voulez espérer un changement de la part de votre entourage : il s’agit d’exprimer vos besoins.

Comme je vous le précisais un peu plus haut, les autres ne s’imaginent pas ce que vous vivez. Il est donc important de leur expliquer afin qu’ils puissent davantage vous comprendre et ainsi adopter le bon comportement. Surtout s’il s’agit de vos parents, frère et sœur ou ami que vous voyez très souvent. Il vaut mieux leur exprimer plutôt que d’endurer leur discours prônant des régimes amaigrissants à tout bout de champ. Voici une méthode efficace pour formuler vos besoins :

  • Donner des exemples concrets : donner des phrases que cette personne vous a déjà dites. Par exemple, dites-lui : « Lorsqu’on mange ensemble, tu commentes toujours ton assiette en disant que ça va te faire grossir ou que tu vas devoir faire une bonne séance de sport après ».
  • Dites-lui ensuite vos ressentis vis-à-vis de ses propos. Si l’on continue avec le même exemple, cela donnerait : « Moi lorsque tu dis ça, je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser, car je n’ai pas le droit de faire du sport. Ou pire, cela me déclenche une envie de faire du sport alors que c’est contre-indiqué par mon médecin »
  • Affirmez alors ce que vous voulez. « J’ai vraiment besoin qu’on ne parle pas d’alimentation ni de poids. Même si cela ne me concerne pas et que tes commentaires te sont adressés, il est préférable de ne pas en parler du tout. Ce sont des déclencheurs qui peuvent me faire rechuter. C’est déjà très complexe pour moi de manger et de ne plus faire de sport »
  • Soulignez enfin les effets positifs qu’il y aura d’appliquer ce que vous demandez. « Si l’on n’en parle pas, ce sera plus simple pour moi de manger sans culpabiliser et d’accepter mon repas. Cela me permettra de guérir sans avoir des difficultés supplémentaires. Et puis on pourra discuter de choses qui seront plus joyeuses pour toi comme pour moi. »

Sachez que vous allez devoir exprimer plusieurs fois vos besoins. Les conversations sur les régimes sont tellement banalisées que vos proches ne s’aperçoivent même plus qu’ils en parlent. N’imaginez pas qu’ils le font exprès. C’est ce que je pensais. Mais en leur disant, je me suis rendu compte que vraiment ils n’avaient pas conscience de leurs propos.

N’ayez pas peur de gêner en exprimant vos ressentis. Voyez cela comme une façon pour vous d’expliquer à votre entourage comment gérer votre maladie et vous protéger.

Vous pouvez par exemple dire « Je le rappelle, je préfère qu’on ne parle pas de nourriture ou de corps s’il vous plaît ». Puis vous redirigez vers un sujet qui n’a aucun rapport avec ces deux thématiques.

Filtrez les informations négatives

Parfois, vous vous retrouvez engagez dans une conversation sur les régimes avec des personnes que vous ne connaissez à peine. C’est donc plus compliqué d’exprimer ses besoins. Vous n’avez peut-être pas envie de commencer à raconter vos soucis avec l’alimentation. Sachez quand même que vous n’êtes pas obligé de vous justifier. Vous pouvez tout simplement dire que vous ne préférez pas aborder ces sujets.

Mais si vous choisissez de ne rien dire, alors vous allez devoir apprendre à filtrer les informations que vous ne voulez pas entendre.

Pour cela, vous allez devoir vous déconnecter de la discussion, et ne plus vraiment y participer, ni même écouter. Vous allez utiliser la restructuration cognitive. C’est-à-dire que vous allez vous défocaliser de la conversation pour refocaliser votre attention sur autre chose. Il s’agit d’une stratégie de pleine conscience, car vous allez vous concentrer sur des éléments et/ou ressentis dans l’instant présent.

Je vous propose un exercice qui s’appelle le « 5-4-3-2-1 » :

Dans votre tête, nommez :

  • 5 choses que vous voyez
  • 4 choses que vous entendez
  • 3 choses que vous ressentez
  • 3 choses que vous pouvez sentir
  • 1 chose que vous pourriez goûter dans la pièce où vous vous trouvez

C’est un exemple d’exercice qui vous permet de vous recentrer sur l’instant présent. Vous allez ainsi quitter la conversation tout en restant présente physiquement. Vous pouvez retrouver d’autres exercices en téléchargeant ma nouvelle ressource sur les techniques de détente.  

Si vous n’aimez pas ces exercices de pleines consciences, vous pouvez à la place vous répéter en boucle des affirmations de ce style : « Ce qui est valable pour eux ne l’est pas pour moi », « Ce n’est pas parce qu’elle a une opinion qu’elle a raison », « Ces personnes sont biaisées par l’industrie du régime », etc.

Vous pouvez également vous rappeler les raisons pour lesquelles vous souhaitez guérir. Je vous en ai fait une liste de 50 raisons que vous pouvez télécharger dans l’onglet Ressource de mon blog.

S’éloigner de ces personnes

Dans certains cas, vous avez beau répéter vos besoins, votre entourage ne le respecte pas. Vous avez également essayé de vous défocaliser de ces conversations, mais cela ne fonctionne pas totalement et vous ressentez toujours des déclencheurs vous replongeant dans votre trouble alimentaire.

Ainsi, parfois il est nécessaire de faire des choix qui peuvent s’avérer difficiles. Il s’agit de s’éloigner de certaines personnes qui entravent à votre guérison.

Mais si vous n’êtes pas prêt à vous séparer de certaines personnes, vous pouvez réaliser des activités avec elles sur lesquelles vous avez un certain « contrôle ». Par exemple, si vous proposez de faire un cinéma avec elles, vous allez davantage parler du film plutôt que de nourriture. Parallèlement, évitez d’aller manger au restaurant ou d’aller faire du shopping avec elles. Ce sont des occasions où elles pourront discuter d’alimentation ou de la façon dont elles ne sentent pas bien dans leur corps.

Ensuite, vous pouvez d’abord commencer par vous éloigner des conversations perturbantes avant de vous isoler de ces personnes. Par exemple, lorsqu’elles abordent les sujets négatifs, profitez-en pour vous éclipser aux toilettes ou pour passer un coup de téléphone.

Enfin, si vous avez une personne dans votre vie qui est trop présente et qui aborde sans cesse tous ces sujets de conversations néfastes, alors vous pourrez penser à vous séparer d’elle. Pour ma part, je me souviens qu’au début de ma guérison, je n’exprimais pas mes besoins. Et cela me rongeait de l’intérieur même des heures après, j’en pleurais, je culpabilisais. Puis j’ai décidé d’en parler. J’ai des amis qui persévéraient d’aborder ses sujets sans même s’en rendre compte. J’ai fini par envoyer un long message leur disant que cela avait tendance à me faire rechuter. Et que si cela continuait, pour me préserver, je me verrais contrainte de me séparer d’elles, au moins pour un temps. Cela a été efficace. Elles ont fait très attention à ne plus parler de ces sujets qui fâchent et j’ai pu les garder dans ma vie. 

Dites-vous bien que rien n’est définitif. Vous pouvez vous éloigner de certaines personnes temporairement. C’est pour votre bien, pour vous protéger. Votre santé et votre guérison passent avant tout.

S’entourer de personnes positives

Le fait de devoir vous séparer temporairement de certaines personnes ne signifie pas que vous devez rester seule. Non, et au contraire ! Je trouver personnellement que la vie sociale est l’un des médicaments pour se sortir de son trouble alimentaire (avec la nourriture et le repos).

Vous allez devoir vous rapprocher des personnes qui ont une influence positive sur vous. Lorsque j’étais dans ma phase de guérison et que je parlais de ma maladie, je sentais bien les personnes qui comprenaient ce que je vivais et celles qui ne comprenaient rien. Je me rappelle parfois de certaines personnes qui me disaient « Ah je comprends ! Moi c’est pareil j’arrive pas à m’arrêter de manger quand je prends un carré de chocolat ». Oui, bah non, ce n’est absolument pas pareil… Bref !

Alors, je mangeais plus fréquemment avec ma sœur qui ne parlait jamais des sujets autour de l’alimentation ou du corps. Je vous en parlais dans l’article sur les comparaisons sociales durant la guérison, mais il est préférable également de cesser de suivre des personnes néfastes sur les réseaux sociaux. Ainsi, lorsque j’ai réalisé cela, j’ai commencé à suivre des comptes positifs, non liés au régime alimentaire. Je me suis comme créé une bulle anti-régime pour me protéger de la culture de l’alimentation. J’écoutais par exemple les InPower podcasts de Mybetterself qui sont très inspirants. J’ai lu les livres de Laurent Gounelle qui sont une véritable source de motivation délivrant des messages forts sur la vie. Entourez-vous au maximum de tout ce qui vous fait du bien et qui n’a pas de rapport avec l’alimentation et le corps.

Tentez d’inculquer chez ces personnes une culture « anti-régimes »

Ce dernier conseil n’est pas un conseil à forcément appliquer. Cela dépend des choix de chacun. Il s’agit de choisir de rester engager dans les conversations et de tenter de persuader votre entourage d’adhérer à une culture « anti-régime ». Cela sous-entend que ces personnes parleront davantage positivement du corps au lieu d’aborder les sujets de poids et de régime.

Vous pouvez choisir de vous engager dans cette lutte anti-régime. Mais personnellement, je ne vous le conseille pas. Ce n’est pas votre travail de convaincre les autres. De plus, la plupart des gens ont des idées bien arrêtées, et parce qu’ils voient que tout le monde agit de cette façon, ils préfèrent rejoindre la majorité. Ainsi, vous allez utiliser du temps et de l’énergie pour rien. Vous engager dans un débat du pour et contre la culture de l’alimentation pourrait vous faire plus de mal que de bien.

Par ailleurs, en ne répondant pas à leur conversation sur le poids et l’alimentation, votre entourage se rendra compte que vous n’êtes pas réceptif à ces sujets. Ils verront que vous sortez de votre trouble aliment, que vous évoluez positivement sans suivre les diktats de la société. Vous partagerez donc un message subliminal préconisant qu’on puisse être heureux sans suivre la culture de la minceur

Pour conclure, n’oubliez pas de fixer vos propres limites. Mais sachez que les gens ne changent pas du jour au lendemain et que vous pourriez être contraint de vous séparer de certaines personnes temporairement pour vous protéger. Malheureusement, vous allez être constamment face à des signaux prônant les régimes minceur. Cela fait partie de notre société actuelle. Mais vous observerez qu’au plus vous ferez face à ce genre de message, au plus vous serez renforcé pour les affronter.

De même, au plus vous cheminez vers la guérison, au moins ces messages auront d’impact sur vous. Me concernant, pendant longtemps ce type de conversation me rongeait, et ce jusqu’à récemment. Depuis le déconfinement, j’ai revu certains amis qui parlent sans cesse de ces sujets. Et je me suis rendu compte que cela m’impacte beaucoup moins qu’avant le confinement. Je sais donc que j’ai encore avancé personnellement.

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, 1 commentaire
Comment arrêter de se comparer aux autres durant son trouble alimentaire ?

Comment arrêter de se comparer aux autres durant son trouble alimentaire ?

Comment arrêter de se comparer aux autres durant son trouble alimentaire ?

logo-norainnoflower

Se comparer aux autres : tout le monde le fait et je suis certaine que vous l’avez déjà fait. La comparaison existe dans tous les domaines : le travail et le salaire qu’on gagne, la vie de couple, le matériel qu’on possède, la voiture, le logement, etc. Cependant, dans cet article je vais me concentrer sur la comparaison à notre apparence, notre poids et ce qui se trouve dans notre assiette lorsqu’on souffre de trouble alimentaire.

Avant même de tomber dans l’anorexie, je me comparais sans cesse à mes copines et aux autres élèves de mon collège et lycée. Pendant l’anorexie, je passais mon temps à me comparer à mon entourage, mais aussi à d’autres personnes également souffrant d’anorexie. Ça en devenait vraiment malsain et ça aidait mon trouble alimentaire à détruire mon estime de moi qui était déjà bien faible. Depuis que je suis guérie, je ne me compare plus du tout aux personnes atteintes de troubles alimentaires. Mais je vous avoue qu’il m’est encore difficile de ne pas mesurer ma vie professionnelle et amoureuse par rapport aux succès de ceux qui m’entourent. Dans cet article je vais vous expliquer à quel point il est toxique de se comparer aux autres lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire. Je vous partage également quelques conseils pour vous détacher de la comparaison.

Pourquoi se compare-t-on ?

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne c’est que la comparaison est un comportement normal. La mauvaise, c’est que vous allez continuer de le faire, car c’est humain. C’est Leon Festinger qui a mis en lumière la théorie de la comparaison sociale en 1954. Il déclare que tout être humain est amené à mesurer ses capacités, son opinion et ses émotions avec le seul moyen concret qu’il dispose, c’est à dire avec les individus qui l’entoure. En effet, on se compare à ceux avec lesquels on s’identifie le plus, et c’est généralement nos proches (notre famille, nos amis, nos collègues, nos voisins, etc.).

En réalité, ce n’est pas vraiment une mauvaise nouvelle si l’on continue de se comparer. Et oui, la comparaison n’est pas forcément négative. Elle nous aide à nous inspirer, à nous motiver, à nous faire devenir la meilleure version de nous-mêmes. Mais le problème, c’est que dans la plupart des cas, la comparaison aux autres est davantage dévalorisante que gratifiante

La comparaison lorsqu’on est atteint de trouble alimentaire est destructrice. Des études prouvent d’ailleurs que les patients souffrant de troubles alimentaires ont une tendance supérieure à se comparer qu’une personne en bonne santé. Elles se comparent même plus que des personnes souffrant de dépression. C’est pour dire à quel point la comparaison est présente dans la vie d’une personne anorexique, boulimique, orthorexique ou encore hyperphagique.

Les médias sociaux : une cause de comparaison malsaine

Il me semble que beaucoup de personnes souffrant de trouble alimentaire sont présentes sur les réseaux sociaux. Et malheureusement, les médias sociaux représentent un véritable danger perpétuant constamment la comparaison avec les autres. Même si les réseaux sociaux ont de bons côtés, notamment celui de rester en contact régulier avec ses proches, ils peuvent s’avérer néfastes dans certains cas.

Lorsque l’on scroll son flux Instagram, on a parfois l’impression d’être entourée de personnes « parfaites », qui ont des corps subliment et qui ont l’air d’avoir une vie remplie d’instants bonheur. À force de voir ça sur Instagram, mais aussi sur tous les médias en général (comme à la télé, dans les magazines et les séries…), on finit par croire qu’avoir un corps de rêve et vivre des moments inoubliables à chaque instant de sa vie c’est une vie normale. Mais en réalité, les médias nous révèlent seulement une façade. C’est rare qu’on voit une grande influenceuse partager une photo d’elle en train de pleurer, ou qu’on nous montre les grandes stars à la télévision déprimant au fond de leur lit. Les posts publiés sur Instargam par les influenceurs sont bien souvent rayonnants et ne reflètent pas leurs difficultés ou leurs faiblesses. Mais en réalité, est-ce que le fait qu’ils aient un corps de rêve et un super beau feed Instagram signifie qu’ils sont heureux ? Non.

réseaux-sociaux-instagram-anorexie

Je vais vous donner un exemple concret qui m’est arrivé. Lorsque j’étais anorexique, j’inscrivais dans ma bio Instagram de mon compte perso « En guérison de l’anorexie ». Je suivais une petite influenceuse que j’aimais beaucoup : elle publiait des photos magnifiques d’elles, des bons plats colorés et des moments palpitants de sa vie. C’était une fille qui m’inspirait. Je commentais et likais chacun de ses posts. Un jour, elle est venue discuter avec moi en privé en me disant qu’elle avait vu dans ma biographie que j’étais atteinte d’anorexie. Elle m’a avoué qu’elle l’était également et me demandait comment je gérais la situation. J’en suis restée bouche-bée. Je suis vraiment tombée de haut. Elle n’en parlait jamais à sa communauté de sa maladie. C’est là que j’ai véritablement compris qu’il ne s’agit que d’apparence sur Instagram. Avoir un corps idéal ne signifie pas être en bonne santé mentalement. Preuve en est dans l’anecdote que je viens de vous raconter.

Je ne dis absolument pas que toutes les personnes avec un corps parfait sur Instagram sont atteintes de trouble alimentaire. Non, évidemment. Mais sachez qu’une personne qui suit un régime en étant constamment préoccupée par son apparence physique et le nombre de calories que son plat contient a très probablement des problèmes d’image de soi similaire à vous. Ne vous fiez pas aux apparences. Vous ne connaissez pas la vie d’une personne ni ce qui se passe dans sa tête à travers une photo.

La toxicité de se comparer à d’autres personnes souffrant de trouble alimentaire

Lorsque j’étais atteinte d’anorexie, j’ai souvent suivie des comptes de filles en train de lutter contre l’anorexie. Je pensais que cela m’aidait, et parfois c’était sans doute le cas. Mais cela était néfaste également puisque je me comparais à elle, sans même en avoir conscience. À l’hôpital, on vivait à 11 patients tous malades à se comparer sans cesse. C’était vraiment usant et nocif pour chacun d’entre nous. Ainsi je sais à quel point cette comparaison aux autres personnes souffrant de trouble alimentaire est toxique : « Est-ce qu’elle est plus maigre que moi ? » « Elle mange beaucoup moins que moi là, non ? » « Quoi ? Elle fait encore du sport alors que moi j’ai complètement arrêté ?! ». Vous vous reconnaissez dans ces phrases ? 

Lorsqu’une personne atteinte d’un trouble alimentaire se compare, elle ne voit qu’une seule option à la comparaison : soit elle « gagne », soit elle « perd ». Si elle perd, les sentiments négatifs qu’elle va ressentir vont venir alimenter son trouble alimentaire, l’entrainant à continuer ses comportements néfastes. Si elle gagne, elle va se sentir satisfaite, temporairement. Mais au final, gagner signifie qu’elle a réussi à avoir le corps le plus mince, à manger le moins, à être la plus malade. Donc la finalité est la même : cela va également enrichir son trouble alimentaire.

En fait, même si vous n’en avez pas conscience ou que simplement vous ne préférez pas le dire, quand vous souffrez d’anorexie, vous êtes très compétitrice. Votre trouble alimentaire cherche à faire de vous la personne qui sera la plus mince, la plus malade, là plus près de la mort. Il vous mène à être en quête constante de nouveaux moyens de maigrir toujours plus. C’est pour ces raisons que j’essaie au maximum de ne pas utiliser de chiffres indiquant un poids lorsque je m’exprime dans mon blog ou sur Instagram : pour vous protéger.

Évitez de vous comparer, car dans tous les cas, votre trouble alimentaire trouvera sans cesse que les autres sont plus minces et plus malades que vous, et vous incitera à vous détruire davantage. Les comparaisons aux autres malades vont toujours émaner chez vous des émotions et sentiments négatifs qui nuiront à votre relation corporelle.

Souvenez-vous que vous n’êtes pas tous au stade identique de la maladie. Lorsque vous voyez une autre personne souffrant du même trouble que vous et qu’elle continue de faire du sport ou de se restreindre, ne l’enviez pas. Vous avez déjà surpassé cette épreuve, vous. Chaque personne va à son rythme et vit les différentes étapes du processus de guérison à d’autres moments que vous.

La comparaison à son entourage pendant la guérison

Quand on se restreint physiquement mais aussi mentalement, soit qu’on qualifie un aliment de mauvais et qu’on s’empêche d’en manger, des modifications s’effectuent dans notre cerveau. Au plus on s’interdit un aliment, au plus notre cerveau va le vouloir. C’est comme un enfant, lorsqu’on lui dit de ne surtout pas faire une bêtise, il va tout faire pour réaliser cette bêtise. Ici, c’est le même fonctionnement.

Ainsi, tandis que vous souffrez de restriction maladive, vous allez en permanence vous concentrer sur votre assiette, mais également sur l’assiette des personnes avec qui vous mangez. Je me souviens à quel point c’était difficile lorsque je sortais à peine de l’hôpital. J’avais envie que mes parents adoptent la même ration que moi, mais en mangeant encore plus pour me faire déculpabiliser. Mais non, ce n’est pas possible. Déjà, car on ne peut pas contrôler le repas des autres, c’est contre-productif pour la guérison. Mais aussi parce que mes parents n’ont pas souffert de trouble alimentaire !

Lorsqu’on sort d’un trouble alimentaire et que le corps a été plongé dans une restriction, l’apport journalier n’est pas le même qu’une personne   »normale ». Cet apport peut aller entre 3000 et 5000 calories selon votre état de dénutrition et votre métabolisme. J’explique pourquoi l’apport quotidien doit être supérieur pour une personne en guérison dans cet article.

Si cela peut vous aider, voyez votre repas comme un traitement pour vous guérir de votre maladie. Si vous étiez atteinte d’un cancer, vous n’allez pas demander à vos parents de réaliser les mêmes chimios que vous. Cela n’aurait aucun sens.

Je sais à quel point c’est difficile de devoir s’alimenter plus que votre sœur, vos parents ou votre ami quand vous êtes en guérison. Combien de fois j’ai pleurées et je culpabilisais parce que mon père ne mangeait qu’une pomme au goûter tandis que moi je devais prendre 4 tartines avec du beurre, un yaourt et un fruit. Oui, mais mon père approche les 70 ans. Il n’a pas les mêmes besoins que moi et surtout il ne sortait pas d’une période d’anorexie sévère.

Vous devez vous donner la permission de manger plus que les autres. Vous en avez besoin, c’est vital pour votre santé. Vous ne pouvez pas vous comparer à quelqu’un qui est en pleine santé. Tout comme vous ne pouvez pas non plus vous comparer à quelqu’un qui est malade, par exemple d’une gastro. Je dis cela, car je me souviens qu’une fois ma sœur était souffrante d’un virus passager. Et de ce fait, elle n’avait plus faim du tout et se sentait constamment ballonnée. Elle n’a pas fait de vrai repas pendant près de 3 jours. Et je lui reprochais de ne pas manger, de vouloir rendre ma guérison encore plus difficile. Mais absolument pas, la pauvre, elle n’y était pour rien et je ne pouvais pas la forcer à se nourrir alors que son estomac avait besoin de ne plus absorber de plats consistants pour lutter contre le virus.

Sachez de plus que c’est en acceptant de vous alimenter davantage, et ce plus que les autres, que votre obsession pour la nourriture baissera sur le long terme. Cela vous fait peur, mais affrontez votre peur et vous verrez qu’avec du temps cette peur diminuera jusqu’à disparaître totalement.

Se comparer aux autres malades pendant la guérison

Un peu plus haut, je vous parlais de la toxicité de se comparer aux autres personnes souffrant d’un trouble alimentaire. Mais cette remarque est d’autant plus importante durant votre phase de guérison. Par exemple, lorsque vous êtes sur Instagram et que vous lisez des posts de personnes qui sont encore dans le déni tandis que vous êtes dans une étape supérieure de guérison : rien que le fait de voir certains TOC, les aliments que cette personne consomme ou son état d’esprit… tout cela peut vous faire rechuter.

Si vous comparez votre propre guérison à celle d’une autre, cela peut vous être préjudiciable. Je me souviens que moi-même j’essayais de trouver sur Instagram des filles qui étaient dans la même phase de guérison pour avoir un élément de repère. Sauf qu’en fait, ma guérison est passée par une période de compulsion alimentaire. Alors que les filles que je suivais avaient une guérison beaucoup plus lente sans compulsion alimentaire. J’avais donc l’impression que je ne guérissais pas « de la bonne façon », que je ne faisais pas ce qu’il fallait. Du coup, j’essayais davantage de me restreindre après mes compulsions pour suivre leur trace. Mais en fait, chaque guérison est différente.

Même si l’anorexie est une seule et même maladie, elle se manifeste diversement chez chacune des personnes qui en est atteinte. Il en est de même pour la guérison : chaque anorexique trouve son propre chemin de guérison qui lui est singulier. Votre corps est unique. Il ne réagira jamais exactement de la même façon que le corps d’une autre. Votre guérison est la vôtre. Ce n’est pas parce qu’une fille que vous connaissez a rechuté que vous devez également rechuter. Imaginez deux personnes atteintes toutes les deux d’un même cancer. Malheureusement, une seule d’entre-elles s’en sort totalement. Cette dernière ne va pas souhaiter rechuter et retomber malade parce que l’autre n’est pas guérie. Vous êtes complètement impuissant face à la guérison ou non des autres. Cela ne vous regarde pas. Concentrez-vous uniquement sur VOTRE guérison. Une fois que j’ai compris cela, j’ai largement ralenti les réseaux sociaux qui m’étaient néfastes.

Comment je fais si ma famille fait un régime à côté de moi ?

Déjà que manger avec d’autres personnes n’est pas évident quand on se bat contre un trouble alimentaire, mais alors manger à côté d’un entourage qui suit un régime : c’est juste complètement déstabilisant ! C’est un exercice de taille, on ne va pas se mentir. Les commentaires, qu’ils soient positifs ou négatifs, sur le poids, l’apparence ou l’alimentation sont des facteurs aggravant des troubles alimentaires. Et notamment la comparaison que va réaliser la personne atteinte de ce trouble. Alors, comment faire si vos amis ou votre famille suivent un régime pour perdre du poids et ne parle que de ça ? Je vous propose de lire mes 6 conseils pour face à ces conversations autour du poids et de l’alimentation

Mes conseils pour arrêter de se comparer aux autres

Je sais bien que tout ce que je viens de vous exprimer est bien plus facile à dire qu’à faire. C’est pour cela que je vous ai préparé une liste de conseils que vous pouvez essayer d’appliquer du mieux que vous pouvez pour déjà limiter l’impact de la comparaison sociale dans votre vie et notamment sur votre trouble alimentaire :

Prenez conscience que la comparaison est néfaste

Avoir conscience que la comparaison est nocive pour votre trouble alimentaire est déjà une première étape primordiale pour changer ce comportement. Lorsque vous vous comparez aux autres, posez-vous la question « Est-ce que cela m’aide à guérir ou aide plutôt mon trouble alimentaire à me détruire ? » Si cela aide plutôt votre trouble alimentaire, c’est que vous devez cesser de vous comparer aux autres. C’est bien plus simple à dire qu’à faire, on est d’accord. Mais dès que vous vous êtes posé cette question, vous êtes en état de conscience. Ainsi, essayez de contourner vos pensées négatives en vous focalisant sur quelque chose de positif. Par exemple, pour moi, il s’agissait de repenser à mes neveux avec qui j’avais déjà passé de merveilleux moments. Vous pouvez penser à votre animal de compagnie que vous aimez tant par exemple. Le but est de vous défocaliser de la comparaison que vous venez de faire.

Répétez-vous fréquemment la question « Est-ce que cela m’aide à guérir ou aide plutôt mon trouble alimentaire à me détruire ? ». Pour le moment, votre cerveau reproduit un schéma inconsciemment qui est celui de la comparaison. Vous devez vous entraîner à changer de mentalité face à la comparaison dès que vous l’utilisez. Avec la pratique, votre cerveau prendra conscience par lui-même que cette comparaison est néfaste. Ainsi, par automatisme, il vous renverra une pensée plus positive à la place. C’est comme lorsque vous avez appris à faire du vélo. Vous avez dû répéter, répéter et répéter encore pour savoir en faire. Maintenant lorsque vous montez sur un vélo, c’est un réflexe. Vous ne tombez pas 5 fois avant de savoir rouler. Ici, c’est la même chose.

Acceptez que le perfectionnisme n’existe pas

J’en parle dans le point 3 de mon article résumant les leçons que j’ai apprises de mon anorexie : la perfection n’existe pas. C’est inatteignable, alors ne perdez pas votre temps et votre énergie pour quelque chose d’irréalisable.

C’est vraiment quelque chose que j’ai encore du mal moi-même à accepter. Ainsi je comprends que vous ayez du mal à lâcher-prise là-dessus. Mais rien que de me le répéter souvent, que la perfection n’existe pas, cela m’aide énormément à relativiser.

Il est important de bien savoir une chose, c’est qu’avec 7.6 milliards d’habitants sur cette Terre, il y aura constamment quelqu’un de meilleur que vous. Alors est-ce que cela fera de vous quelqu’un de malheureux ? Je ne l’espère pas. Et pour cela, il faut bien avoir en tête que le perfectionnisme est irréaliste et mène à la souffrance. Même lorsque vous aurez atteint vos objectifs en termes de poids, d’alimentation ou autre… il y aura toujours quelque chose à améliorer. Et c’est un cercle infernal qui ne se terminera jamais. Lorsque j’étais au poids le plus bas, je n’étais pas heureuse. J’étais même plus que malheureuse. Tant que vous n’aurez pas appris à vous aimer pour qui vous êtes, vous ne serez jamais satisfait de la personne que vous êtes.

La clé, c’est l’amour-propre. Et c’est quelque chose de très difficile à cultiver. Aimez vos défauts, acceptez-les. Avoir des défauts c’est ce qui rend humaine, authentique et unique une personne. Lorsque je réfléchis ce que j’aime chez mes parents, ma sœur, mon frère et même mon copain, c’est leur personne dans son ensemble, et ça avec leur défaut. J’aime vraiment leur défaut, je trouve personnellement que c’est ce qui fait leur charme.

Vous ne pourrez jamais être parfait dans tout. Et puis, qu’est-ce que cela vous apporte réellement ? Je vais vous parler de ma propre expérience avec ma scolarité. Mon BAC je l’ai eu mention très bien. J’étais tellement fière à ce moment-là. Oui, mais après ? Aujourd’hui, plus personne ne vous demande votre mention au BAC. Ensuite, j’ai fait des écoles de commerce prestigieuses où j’ai toujours été major de promo. J’ai été très heureuse de faire de belles études, mais avec du recul, je me rencontre que je me suis tuée à la tâche pour pas grand-chose… Je passais mes soirées à travailler et mes weekends entiers au point de ne plus voir ma famille ni mes amis. Et aujourd’hui, est-ce que j’ai trouvé un emploi plus facilement que les derniers de classe ? Non. Est-ce que j’ai un meilleur salaire que les élèves de fac public ? Non, et parfois c’est d’ailleurs le contraire. Est-ce que j’ai une vie plus heureuse que les autres de ma classe ? Non, pas particulièrement. Je ne néglige pas les études et au contraire je trouve même cela très important. Mais ce que j’essaie de vous dire, c’est que chercher à atteindre la perfection vous rendra peut-être satisfaite momentanément. Mais sur le long terme, vous vous rendrez compter que cela a causé plus de dommages que des bénéfices.

Évitez les déclencheurs

Évitez les situations qui vont enclencher chez vous la comparaison aux autres. Par exemple, les médias sociaux sont un des grands facteurs de la comparaison. Alors, limitez votre exposition à ces derniers. Moi j’avais limité ma connexion à Instagram et j’avais même supprimé certains comptes que je jugeais nocifs pour moi.

Même si vous dites que vous savez que les photos de mannequins sont retouchées ou sublimées grâce à un éclairage soigné, vous vous sentirez quand même mal à la vue de ce qui est pour vous un corps parfait. Alors, évitez également de regarder les photos dans les magazines féminins exposants des mannequins.

Un autre élément qui pour moi était un gros déclencheur lorsque j’étais anorexique était la présence d’une personne qui était obsédée par son poids ou son alimentation. C’est simple, si j’avais une personne comme ça en face de moi, j’étais focalisée sur son comportement, ce qu’elle mangeait, son corps et ses propos. Face à cette situation, il faut faire des choix. J’ai décidé de me couper de certaines personnes qui nuisaient selon moi à ma guérison. Non, vous n’êtes pas égoïste. Votre santé est juste votre priorité. Sans la santé, on ne peut pas faire grand-chose dans la vie.

Comparez-vous à vous-même

S’il y a bien une personne avec qui vous pouvez vous comparer, c’est vous-même. Au lieu de gaspiller votre énergie à tenter de ressembler à quelqu’un d’autre, concentrez davantage cette énergie à devenir la meilleure version de vous-même. Quand je parle de devenir la meilleure version de vous-même, ce n’est pas devenir encore plus maigre ou contrôler encore plus votre alimentation. Non, ça c’est ce que votre trouble alimentaire veut. Mais vous, demandez-vous ce que vous souhaitez vraiment avoir et faire dans votre vie ? Utilisez votre temps pour apprendre à vous connaître et à vous aimer. Apprenez par exemple à avoir un mental plus positif, plus souple.

Quand j’étais malade, je me comparais à l’ancienne-moi. Je me disais qu’effectivement j’étais malade actuellement. Mais lorsque je repensais à ce que j’avais auparavant traversé, je me disais que je pouvais m’en sortir. J’avais déjà survécu à du harcèlement scolaire, à la perte de certains proches qui m’étaient chers, et à d’autres événements dans ma vie qui me sont plus personnels mais qui ont été véritablement des épreuves à surmonter. Des épreuves qui me paraissaient des montagnes à ces moments-là, mais que j’ai réussi à les surpasser. Repensez à tout ce que vous avez déjà accompli dans votre vie. Vous avez déjà un bagage solide qui va vous permettre de combattre la maladie. Soyez vos propres sources d’inspiration.

Il n’existe malheureusement pas de recettes miracles pour guérir des troubles alimentaires. Par contre, je peux vous dire une chose qui est certaine c’est que la comparaison n’a jamais aidé à guérir une personne souffrant de ces troubles, et au contraire. La comparaison renforce la maladie en lui donnant davantage de pouvoirs.

C’est plus simple à dire qu’à faire, mais essayez au maximum de vous focaliser sur vos côtés positifs, sur les personnes que vous adorez et les activités que vous aimez faire. Vous centrer sur le négatif ne générera que du négatif. Au lieu de chercher à devenir quelqu’un d’autre, concentrez-vous sur qui vous êtes et qui vous pouvez devenir.

Articles récents

Publié par Norainnoflower dans Conseils, 2 commentaires