se-sentir-legitime-trouble-alimentaire-anorexie

Êtes-vous assez malade pour être légitime à une aide extérieure pour faire face à votre TCA ?

Êtes-vous assez malade pour être légitime à une aide extérieure pour faire face à votre TCA ?

Je ne suis pas assez malade pour me sentir légitime à un traitement et soigner mes troubles alimentaires”. C’est un ressenti qui revient très fréquemment dans les troubles alimentaires

J’ai moi-même ressenti ça pendant au moins 6 mois, voire plus. Durant au moins 6 mois, je disais que j’avais quelque chose qui ressemblait à de l’anorexie, mais, chez moi, c’était différent et dans tous les cas “je gérais”. Au bout d’un an, j’ai pris rendez-vous avec un médecin spécialisé à l’hôpital. Mais même après 1 an et demi dans les TCA, j’étais encore persuadée que moi, je gérais mon TCA seule, je n’avais pas besoin d’être hospitalisée. Moi je n’étais pas assez malade, mon cas n’était pas assez grave pour justifier une hospitalisation. Un jour, le médecin a dit à mes parents qu’il fallait me faire hospitaliser à temps complet car mon corps allait bientôt me lâcher, que c’était une urgence. Dans ma tête, je me disais qu’il était fou, qu’il ne se rendait pas compte que moi je n’étais pas aussi malade que les filles qui se font hospitaliser à temps complet. J’étais majeure, alors j’ai refusé l’hôpital. Le médecin m’a dit “Dans ce cas, je vais prévenir le service de réanimation que vous allez arriver bientôt”. Et franchement, je me foutais de lui intérieurement, je me disais qu’il était complètement marteau. Mais il avait raison, ça n’a pas manqué, à peine 1 mois plus tard je suis arrivée aux urgences où j’ai été transféré en réanimation pour 15 jours. 

Alors, je peux vous assurer que je comprends ce que vous ressentez…

Dans cet article, je vais vous démontrer que ce sentiment d’illégitimité que vous avez s’explique cérébralement. Je vous expliquerai aussi pourquoi vous devriez vous faire aider le plus vite possible.

Vous souffrez (très certainement) d’anosognosie

Anosognosie. Je n’avais jamais entendu parler de ce terme, même lorsque je souffrais moi-même d’anorexie ! Avant de vous parler de ce phénomène, je précise juste que je ne suis pas neurologue. Je suis juste “experte” des troubles alimentaires grâce à ma propre expérience et je me suis documentée pour vous apporter les éléments d’informations qui arrivent. 

Anosognosie est un terme utilisé par des neurologues, dans les maladies mentales, faisant référence aux dommages cérébraux dans les zones frontale et pariétale. 

Anosognosie-trouble-alimentaire

Ces dysfonctionnements du cerveau empêchent la personne d’avoir conscience de sa maladie, ou du moins, elle en atténue sa gravité. Ce phénomène a surtout été observé pour la moitié des personnes atteintes de schizophrénie et un peu moins de la moitié des personnes bipolaires. Ce qui expliquerait d’ailleurs pourquoi ces personnes refusent souvent de prendre leurs médicaments pour se soigner. Chez les personnes atteintes de troubles alimentaires, il y a moins d’études qui ont été menées mais une étude américaine rapporte que près de 80% des patients en souffriraient.  

Et lorsque le lobe frontal et pariétal ne fonctionnent pas à 100%, la personne concernée perd (ou du moins partiellement) sa capacité à “mettre à jour” son image de soi, la perception de son corps.

Quand j’ai su ça, ça m’a paru tellement évident tout à coup ! Cela veut dire que la personne qui souffre d’anorexie mentale ou de boulimie n’a pas “mis à jour” la perception de son corps. Donc elle a beau avoir perdu des kilos, devant le miroir, elle voit toujours son corps d’avant la maladie. C’est d’ailleurs pour ça qu’une personne souffrant de TCA souffre de dysmorphophobie, c’est-à-dire qu’elle ne se voit pas comme elle est réellement. On souffre tous, plus ou moins de dysmorphophobie. Mais chez les personnes souffrant d’anorexie mentale, c’est accentué.

On parle très fréquemment de déni en début de troubles alimentaires. Mais en fait je trouve que l’anosognosie est différente du déni. Déjà parce que déni, c’est beaucoup plus simple à dire qu’anosognosie 😅 (Sans rire, j’ai dû l’écrire 15 fois en écrivant cet article, je galère toujours autant à l’écrire haha)

Blague à part, je trouve que c’est vraiment différent et ça permet de comprendre pourquoi la personne malade pense ne pas être malade ou du moins, pas assez. 

L’anosognosie est très puissante et rend l’acceptation du traitement réellement difficile. Parce que la personne est persuadée qu’elle n’est vraiment pas assez malade, que son trouble du comportement alimentaire n’est pas assez grave. 

Le déni, c’est quand on sait qu’on a un problème mais on le “nie”. Alors que l’anosognosie, on ne sait pas qu’on a un problème donc on ne peut pas nier quelque chose qu’on ignore

Du coup, la personne est tellement persuadée qu’elle n’est pas malade, qu’elle est très convaincante. C’est comme ça d’ailleurs qu’elle est capable de persuader son entourage qu’elle n’est pas malade. C’est important de savoir ça pour que vous, en tant que personne malade, vous sachiez que vous ne devez pas faire confiance à votre instinct. Mais pour les proches, c’est aussi important de savoir que vous devez inciter la personne concernée à se soigner même si elle vous dit qu’elle n’est pas malade. Moi je me souviens que la maladie arrivait à bien manipuler mon entourage, mais vraiment malgré moi. C’est pour ça que la maladie s’avère vicieuse. Elle nous ment à nous-même. 

Donc sachez que le fait de croire que vous ne semblez pas assez malade fait partie de la maladie. Même si vous perdez X kilos, vous aurez toujours l’impression de ne pas être assez malade parce que votre trouble alimentaire vous ment.   

Votre poids et IMC n’indiquent pas la gravité de votre TCA

Malheureusement, dans notre société actuelle, on donne encore trop d’importance au poids et à l’IMC dans les troubles alimentaires. Que ce soit l’entourage : ils ne comprennent pas assez le fonctionnement des TCA, donc ils se fient à l’apparence. Et si physiquement, on n’a pas l’air en insuffisance pondérale, bah ça leur semble moins grave. Et même au niveau médical, l’IMC est souvent un indicateur utilisé par les médecins pour se repérer là où on en est dans notre parcours de guérison. À l’hôpital, tout était fait en fonction de l’IMC : il fallait faire tel IMC pour faire du sport, pour avoir une permission, pour pouvoir sortir de l’hôpital, etc. Sauf que si on revient à l’origine de l’IMC, c’est un indicateur qui a été créé par un mathématicien pour des utilisations statistiques et non pas cliniques. L’IMC n’est pas fiable en tant que donnée médicale parce que cela ne prend pas en compte la génétique et l’hygiène de vie de chacun : le poids des muscles et des os est différent selon chaque personne.  

Combien de fois j’ai entendu dire qu’il fallait que j’atteigne l’IMC de 19 pour que je sois en bonne santé métabolique. Sauf qu’à 19, tout le monde n’est pas en bonne santé métabolique. La santé d’une personne ne se résume pas à son IMC. Donc si vous dépassez 19, ça ne veut pas dire que ​vous êtes guéri ! L’objectif n’est pas d’atteindre un certain IMC pour guérir.

IMC-poids-trouble-alimentaire

Il ne faut pas oublier que les TCA sont avant tout des maladies mentales, et pas des maladies physiques. Cela veut dire que même une personne avec une corpulence d’apparence “normale” (même s’il n’y a pas de normalité) peut être en détresse émotionnelle et psychique ! Les troubles de la conduite alimentaire se présentent sous toutes les formes et toutes les tailles. Il existe autant de TCA que de personnes malades. Je sais à quel point c’est difficile de se sentir légitime parce que j’ai eu la phase dans laquelle j’avais regagné du poids mais où j’étais horriblement mal mentalement. Et en effet, autour de moi, les gens semblaient penser que j’allais mieux et me traitaient comme tel. Et cela rendait encore plus compliqué à accepter mon TCA. Mais rappelez-vous que vous êtes la seule personne à ressentir le mal que vous éprouvez. Vous n’avez pas besoin de le prouver aux autres pour rendre valable votre douleur

Pourquoi vous devez vous faire aider au plus vite

Je fais souvent la comparaison avec un cancer pour faire comprendre surtout aux proches la gravité des TCA (et du fait aussi que cela ne dépend pas de la volonté des personnes concernées). Lorsqu’on diagnostique un cancer à une personne, elle ne va pas attendre d’être en phase terminale pour commencer son traitement, sans quoi elle réduit considérablement ces chances de s’en sortir. Pour un TCA c’est la même chose. L’anorexie est l’une (si ce n’est pas là) des maladies mentales les plus difficiles à guérir avec un taux de mortalité plutôt élevé pour une maladie mentale. Au plus vous agissez rapidement, au plus vous divisez par deux vos risques de rechute. Alors pourquoi attendre ? 

Je parle de ce sujet dans cet épisode de mon podcast :

Au plus vous agissez tôt, au plus vous diminuez les dommages physiques. Au plus le trouble alimentaire gagne du terrain dans votre tête, au plus il est difficile de l’arrêter et au plus les conséquences sur le long terme s’accentuent. Je suis désolée si ces propos font peur, mais c’est important de comprendre que les TCA sont dangereux. Moi-même je n’y croyais pas et j’ai fini en réanimation. Les médecins m’ont dit que j’ai eu la chance que ce soit mes intestins qui se sont arrêtés de fonctionner. Si c’était le cœur ou le foie, je ne serais pas en train de vous écrire cet article…

aide-therapie-trouble-alimentaire

Vous êtes assez malade pour vous soigner

Le terme “assez malade” ne devrait même pas exister. Il n’y a pas de “assez malade” dans les troubles alimentaires. Vous souffrez de votre trouble du comportement alimentaire et vous êtes légitime à un traitement, même si :

  • Vous avez le sentiment d’avoir déjà un poids “santé”. Ce n’est pas une question de poids, comme j’en parle juste avant dans mon paragraphe sur l’IMC ;
  • Vous vous nourrissez toujours ou vous avez l’impression que vous mangez beaucoup (Un TCA ce n’est pas forcément ne pas manger comme beaucoup le pense) ;
  • Vous n’avez pas fait de séjour à l’hôpital, vous n’êtes pas passé par la réanimation ou vous n’avez pas été sondé ;
  • Vous n’avez pas de complications médicales ou vos résultats d’analyses au laboratoire sont “normaux”. Sachez d’ailleurs que dans les troubles alimentaires, les répercussions physiques et/ou mentales se font insidieusement, petit à petit. Vous ne voyez peut-être pas encore des conséquences qui sont déjà en cours dans votre corps ;
  • Vous parvenez encore à aller à l’école ou au travail. Comme la maladie nous ment à nous même, on est capable d’avoir une force surhumaine qui s’écroule du jour au lendemain. La veille où je suis arrivée en réanimation j’étais encore au travail. Une fille avec qui j’étais à l’hôpital passait son bac la veille d’arriver en réanimation. Le cerveau sait tromper votre corps… ;
  • Vous passez encore de bonnes journées. Ce n’est pas parce que certains jours vous arrivez à battre la petite voix que vous êtes moins malade ;
  • Vous avez l’impression que les autres sont “pires”. Les troubles alimentaires sont des maladies compétitives. Vous aurez toujours l’impression que les autres mangent moins que vous, semblent plus hyperactifs, sont dans un état plus grave que vous. Mais vous comparer ne fera qu’alimenter votre TCA. Je vous propose d’aller voir mon article dédié pour vous détacher de cette habitude. 
  • Votre famille et vos amis ne paraissent pas si “inquiets” que ça pour vous. Ne vous y fiez pas. Déjà parce que, comme expliqué auparavant, votre TCA est tellement puissant que vous êtes très convaincant pour leur dire que tout va bien. Et parce que, pour vos proches, c’est parfois un moyen de protection pour eux-mêmes. Ou c’est aussi une façon de ne pas vouloir vous fragiliser encore plus, de ne pas vouloir vous impacter avec leurs inquiétudes. 
legitime-tca-anorexie

Si vous pensez ne pas avoir le droit au traitement pour votre trouble alimentaire, posez-vous ces questions : 

Est-ce que votre relation à la nourriture vous empêche de vivre correctement ?  Est-ce que vous savez accepter un repas avec des amis ou de la famille de manière fluide, sans stress ? Est-ce que lorsque vous faites vos courses vous vous prenez la tête sur les informations nutritionnelles notées sur les packagings ? Est-ce que vous avez l’impression que vous avez très souvent des pensées autour de la nourriture dans votre tête ? Est-ce que vous passez du temps à regarder du contenu sur la nourriture sur internet ? Est-ce qu’il vous arrive de mentir pour ne pas manger ? 

Il en va de même pour l’activité physique : est-ce que vous culpabilisez si vous êtes une journée tranquille dans votre canapé sans faire de l’exercice ? Est-ce que vous êtes perturbé si on vous propose une sortie qui vous ferait rater votre séance de sport ? Est-ce que vous avez ce sentiment d’être constamment en action ? Est-ce que si votre médecin vous demande de ne pas faire d’exercice pendant 1 ou 2 semaines cela vous rend nerveux.se ? 

Si vous avez répondu oui à au moins une de ces questions, alors la nourriture et/ou l’activité physique ont des conséquences négatives sur votre vie dont vous devriez en parler avec un thérapeute et/ou un médecin

Vous n’avez pas besoin de justifier votre souffrance pour être légitime à une aide extérieure. Avoir besoin d’aide pour vous sortir de votre trouble alimentaire n’est pas quelque chose dont vous devriez vous sentir coupable. Vous avez le droit de vous faire aider, et vous devriez le faire, au plus vite. 

Articles récents

Laisser un commentaire