trouble-alimentaire-qui-consulter

Trouble alimentaire : Qui consulter ?

Trouble alimentaire : Qui consulter ?

Les troubles alimentaires sont des maladies complexes et parfois, quand on y est confronté, on ne sait pas ou plus vers qui se tourner. Dans cet article, pour t’aider à savoir qui consulter pour t’accompagner dans la guérison de tes troubles alimentaires, je vais essayer de présenter le maximum de types de praticiens que tu peux essayer de consulter, ainsi que ce qu’ils peuvent t’apporter. 

L’important, c’est de savoir que la guérison des troubles alimentaires passent par un accompagnement pluri-disciplinaire. Donc l’idée est de coupler les différentes thérapies. Je ne te parle pas forcément en même temps, tu ne peux pas tout essayer au même moment (financièrement et en termes d’énergie). Mais tu peux parfois coupler 2 thérapies si elles n’agissent pas sur les mêmes dimensions. Ou alors, tu peux tester différentes thérapies tout au long de ton chemin de guérison. 

Mais les causes sont souvent issues de plusieurs facteurs et c’est bien de travailler à la fois sur les causes mais aussi les conséquences, soit les symptômes du TCA.

D’ailleurs, « tester », c’est un terme à retenir aussi. Il faut que tu testes toi-même différentes thérapies pour voir ce qui te convient. Parce que ce qui m’a aidé, ne t’aidera pas forcément et vice versa. On est tous différents et chacun a son propre chemin de guérison. Je sais que c’est pas simple et même éprouvant de devoir toujours raconter son histoire du début à une nouvelle personne. Mais ça fait partie du chemin de guérison. Et parfois, il faut répéter, s’acharner pour trouver la bonne personne, le bon thérapeute qui te correspondra. J’ai tellement de choses à dire sur ce sujet, que pour éviter que cet article fasse 10 km, je te renvoie sur mes 6 conseils pour une bonne thérapie dans un article dédié. 

Tout au long de cet article, je te dirai ce que moi j’ai testé ou non, si ça m’a aidé et quand j’y ai recouru.

Qui consulter : généraliste ou spécialiste ?

Pourquoi le médecin généraliste n’est pas forcément le mieux placé ?

Je n’ai absolument rien contre les médecins généralistes. D’ailleurs, c’est un beau métier et on en a clairement besoin. Mais, ils sont GÉNÉRALISTES. Et de ce fait, ils ne peuvent pas connaître les spécificités des troubles alimentaires. Et combien de témoignage j’ai reçu m’exprimant un rendez-vous avec un généraliste qui a mal tourné. Combien sont allés voir leur médecin pour suspicion de TCA et qu’on leur a répondu que leur IMC était trop élevé ou que le poids était trop élevé pour avoir un TCA. Ou alors qu’on leur a même conseillé un régime. Ou qu’on leur a dit de faire attention à leur poids… Bref, des conseils qui n’ont fait qu’empirer la situation, plus que d’aider en tout cas. 

Et j’ai moi-même expérimenté ça. Donc c’est vrai que c’est pas le médecin généraliste que je recommande forcément, du moins en premier.

Après, c’est mieux que ton médecin traitant soit tout de même informé. Déjà parce que parfois on peut tomber sur une personne familière aux troubles du comportement alimentaire. Mais en plus, parce qu’il pourra te donner des médicaments pour les inconforts digestifs par exemple. Ou plus globalement, il pourra surveiller tes prises de sang, etc. 

Consulter des professionnels spécialisés en trouble alimentaire

Je sais que ce n’est pas simple d’en trouver partout, et j’espère sincèrement qu’un jour, peu importe où l’on se trouvera, on pourra trouver un spécialiste en TCA à proximité de chez soi. Pourquoi ? Parce que les TCA sont des maladies mentales vraiment complexes. Et ça demande vraiment de très bien connaître pour pouvoir accompagner des personnes qui en souffrent. Car il s’agit de mécanisme spécifique, très difficilement compréhensible quand on ne l’a pas vécu ou qu’on ne connait pas bien. Et malheureusement, parfois, un médecin non spécialisé peut donner des conseils vraiment pas adaptés, qui peuvent empirer le trouble. 

Comment on trouve des spécialistes en trouble alimentaire ?

En regardant si autour de toi, il y a des hôpitaux ou centres de soin qui disposent d’une unité spéciale trouble du comportement alimentaire. Par exemple à Lille il y avait Fontan 2 au CHU de Lille. 

Tu peux également chercher sur Internet avec la fonction de géolocalisation activée. Et tu tapes le type de praticien + le mot-clé “TCA” ou “trouble alimentaire”. 

Qui consulter pour la prise en charge des troubles alimentaires ?

Toi-même

Un peu facile cette réponse. Mais pourtant tellement vrai. En fait, au départ je voulais le mettre en dernier mais c’est TELLEMENT important, que je te le mets en premier finalement. 

Quand je dis toi-même, c’est juste que, il faut vraiment comprendre que tu auras beau faire appel aux meilleurs spécialistes du monde, si tu n’es pas prêt⸱e à t’impliquer à 200% dans ta guérison, alors, ça sera beaucoup moins voire pas efficace.

Ce n’est pas un grief ce que je dis là parce que je sais que c’est pas toujours simple : parce que la guérison fait peur, parce que ton TCA peut être une façon de te protéger et que du coup il y a beaucoup de résistance aux changements. C’est normal, ne t’en veut pas. Mais vraiment, aies conscience que même si oui, tu dois demander de l’aide autour de toi, tu es la personne qui pourra réellement te sortir de ça, du moins tu es la seule à pouvoir décider de te battre contre celle maladie.

Unité spéciale trouble alimentaire en milieu hospitalier

Cela peut te faire peur car il y a le moment “hôpital”. Mais c’est pas parce que tu fais appel à un centre hospitalier que tu vas être hospitalisé. Généralement, ils proposent également des consultations en journée avec les psychiatres spécialisés en trouble du comportement alimentaire. Moi personnellement j’ai commencé par là. Et ils m’ont réellement aidé ! Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un centre de soin spécialisé à proximité. Mais si tu l’as, vraiment, profites-en. Je recommande ++. 

En unité TCA ou centre de soin spécialisé, tu as aussi la possibilité d’avoir l’hôpital de jour. Alors ça pareil, ça ne veut pas dire que tu vas passer toutes tes journées là-bas. Généralement déjà, c’est pas journée complète (c’est 8h-16h environ). Et en plus, c’est pas toute la semaine. Souvent, tu commences avec 1 ou 2 journées. Et c’est presque rare d’y être toute la semaine. Moi, j’ai commencé avec 1 et après j’en avais 2 journées. Même chose c’est vraiment intéressant dans le sens où tu partages des repas avec d’autres, tu peux être amené à manger avec des soignants qui peuvent être un soutien au moment même des repas. Et tu as la possibilité d’avoir des activités thérapeutiques (cuisine ensemble, groupe de parole, art thérapie, consultation psy…). Donc pareil, ça je recommande ++. Au moins tester. 

Après évidemment, tu as aussi l’hospitalisation à temps complet. J’ai fait 2 articles à ce sujet où je parle de mes 2 hospitalisations. Donc je te laisse les lire si c’est quelque chose qui t’intéresse : 

Psychiatre

Pour vulgariser, la différence du psychiatre par rapport au psychologue c’est le fait qu’il a la possibilité de te faire des ordonnances, de te prescrire des médicaments. Il surveille la santé générale de ton corps, physique et mentale. Il s’occupe aussi de s’assurer que ton corps réagisse bien, qu’il n’y ait pas de complication, etc.

J’ai eu un suivi psychiatre dès la première année après le début de l’anorexie. Et pendant 3 ans approximativement. Vu que j’avais un traitement médicamenteux, j’ai eu à nouveau une psychiatre plus tard. Mais pour le coup, elle faisait que les ordonnances. Je dis ça car c’est un peu “au petit bonheur la chance”. Je pense que y’a certains psychiatres qui sont vraiment tournés “ordonnance” / “santé du corps”. Et il y en a d’autres qui font vraiment aussi l’accompagnement psychologique. Lorsque je suis sortie de ma deuxième hospitalisation, j’ai eu une psychiatre en or. Vraiment, une perle ! Elle m’a tellement aidé ! Elle comprenait très bien les TCA, elle avait une très bonne écoute, me faisait réellement avancer psychologiquement. 

psychiatre-trouble-alimentaire

Psychologue

L’accompagnement psychologique est pour moi indispensable. Surtout si tu n’as pas de psychiatre qui te fait l’accompagnement psychologique. 

Les troubles alimentaires sont parfois (et même souvent) des stratégies d’adaptation. C’est-à-dire que c’est une maladie (= “mal à dire”) que le corps exprime, car c’est le seul moyen qu’il ait trouvé pour dire “Il y a quelque chose qui ne va pas. Donc, il faut le travailler”. De façon imagée bien sûr… Et surtout inconsciente.

Et le psychologue va t’aider à travailler sur l’origine de tes troubles alimentaires. Il va t’aider à surmonter aussi des problématiques de ta vie courante (manque de confiance et d’estime de toi, trouble anxieux, etc.) mais aussi que tu rencontres dans ta guérison. Il va t’aider à te donner des outils pour mieux gérer les situations stressantes et trouver des alternatives saines à ta santé plutôt que les comportements destructeurs que tu peux avoir envers toi-même.

Même chose, je recommande d’avoir un psychologue qui connait assez bien quand même les TCA. Après, s’il ne connait pas mais que tu as d’autres praticiens qui connaissent, ne te bloque pas non plus. Ils peuvent tout de même t’aider sans être expert des conduites alimentaires. 

Pour ma part, j’avais un accompagnement psychologique depuis le début de mes TCA. Et même avant. Et même toujours aujourd’hui haha. Mais pour te dire qu’il ne faut pas forcément aller mal pour aller voir quelqu’un. Je dirai même que tout le monde a besoin d’un psy dans le sens où tout le monde a des choses à travailler, sur lesquelles avancer. 

Diététicien

Tu peux travailler la dimension alimentaire avec un diététicien. Et là pour le coup, c’est presque primordial pour moi qu’il soit spécialisé en TCA. Parce que sinon, les conseils de perte de poids ou de restriction peuvent être vraiment dommageables… 

Le diététicien n’a pas seulement pour rôle de te faire un plan alimentaire. D’ailleurs, ce n’est pas systématique. Il t’aide également à travailler sur tes croyances alimentaires erronées. Il t’aide à incorporer des aliments qui te font peur (fearfoods), à t’instaurer une fréquence dans tes repas. Il t’aide à comprendre comment la nutrition affecte ton corps. Il t’aide à avoir une relation plus saine globalement avec la nourriture.

Pour ma part, j’avais vu une diététicienne au tout début, avant même d’aller voir n’importe qui pour trouble alimentaire. À ce moment-là, j’étais dans un “déni” et je n’admettais pas encore avec de TCA, tout simplement, je ne comprenais pas ce qui se passait. De ce fait, ça ne m’a pas aidé. J’ai fait 2 ou 3 séances. Et après, je ne suis pas retournée en voir spécifiquement. Par contre, ayant été suivi à l’hôpital, j’ai eu “par la force des choses” un plan alimentaire que j’ai utilisé de façon momentanée et qui m’a aidé. 

Troubles alimentaires : les thérapeutes auxquels on pense parfois moins

… Mais à tort 😉 Parce que ce sont vraiment des aides intéressantes dans la prise en charge des troubles alimentaires.

En revanche, tous les praticiens que je citerais dans cette partie sont à complémentariser avec un médecin et/ou psychiatre/psychologue. 

Kinésiologue

Alors, la kinésiologie, on n’y pense pas forcément et c’est même pas très connu. Moi, je connais parce que j’en ai fait justement. La kinésiologie ça veut littéralement dire “étude du mouvement”. Et en fait, c’est en gros évaluer la santé du corps via des tests musculaires. C’est assez particulier et très difficile à expliquer par écrit. Mais en gros, un choc émotionnel ou le stress d’une manière générale va affaiblir certains muscles. Quand je dis test musculaire, en fait le praticien va effectuer des pressions très douces, indolore sur un muscle, et souvent, il s’agit des bras (poignées) ou jambes (chevilles). Moi qui n’étais pas à l’aise avec mon corps, ça ne me mettait pas mal à l’aise. Et du coup en gros le but de la kinésiologie, c’est de “rééquilibrer” le corps et l’esprit. Grosso modo. 

Pourquoi j’ai choisi la kinésiologie ? J’ai rencontré une dame dans le village de mes parents qui pratiquait ça et qui avait déjà accompagné des jeunes filles souffrant d’anorexie. Donc j’ai voulu essayer. Dire que ça a été efficace, je ne peux pas parce qu’en fait, il n’y a aucune thérapie qui a un effet magique. Je trouve que la guérison, c’est une accumulation de petites choses. Mais en tout cas, oui, ça m’a aidé. Ça me faisait du bien, je me sentais plus détendue après. 

Sophrologue

Encore une fois pour vulgariser, la sophrologie, c’est des techniques de relaxation pour aider à diminuer ton état de stress général, et donc les tensions dans ton corps. Le but étant, in fine, d’avoir des impacts positifs sur ton mental. 

La sophrologie s’appuie sur la respiration, la relaxation des muscles et la visualisation mentale. Il y a différentes façons de faire, je pense que ça dépend aussi du praticien. 

Cela peut se pratiquer en individuel ou en groupe. 

Alors moi j’ai fait de la sophrologie, à la fois en individuel et en groupe. En individuel, j’avais une thérapeute dédiée. En groupe, c’était à l’hôpital de jour. Ce n’est pas forcément simple. Je trouve, par mon expérience, que la sophrologie demande de la patience et de la répétition.  Certains exercices m’ont sincèrement aidé de façon générale à me déstresser, surtout au moment des séances. Mais après, j’avais appris des exercices que je pratiquais chez moi, notamment lorsque j’avais des crises d’angoisses, ruminations, idées noires, etc. 

Donc oui, la sophrologie m’a aidé. C’était un petit + sur mon chemin de guérison. Mais de toute façon, je trouve que la pratique d’exercices de respiration / relaxation est presque indispensable pour t’aider. Avec sophrologue ou seul. Mais parce que le stress est quand même souvent omniprésent. Et je sais que parfois ça soule de faire ce genre d’exercice, surtout qu’on n’en ressent pas les bénéfices immédiats, mais vraiment, c’est des petits + qui peuvent faire la différence. 

Homéopathe

J’ai aussi été voir une homéopathe. Là après, c’est à chacun de voir à quel point il croit en cette médecin. Je pense que dans certains cas c’est vraiment approprié, et dans d’autres cas peut-être moins. J’ai été voir une homéopathe pour m’aider à avoir un traitement de fond “naturel” pour gérer mes angoisses. Mais en fait, je ne pense pas que ça m’a aidé. Après j’ai peut-être pas pris assez longtemps les gélules prescrites. L’homéopathe que j’ai été voir était très reconnue donc je ne doute absolument pas de ses compétences. Néanmoins, pour être complètement honnête, je l’ai connu dans l’un des moments “apogées” de ma maladie. Et je voyais ces gélules comme du sucre et j’avais très peur de l’apport calorique. C’est débile parce que j’ai su bien plus tard que c’est dérisoire et surtout, c’était pour ma santé. Mais tu sais très bien que la maladie nous fait faire des choses insensées.

L’homéopathe va plutôt venir travailler sur les symptômes anxieux que sur les causes du TCA.

Kinésithérapeute / Ostéopathe

tca-qui-consulter

J’ai regroupé les 2 ensemble parce que parfois certain praticien ont les 2 casquettes. Ici on est plutôt dans le cadre d’une thérapie corporelle. Le but d’aller voir un kiné et/ou ostéopathe dans le cadre des TCA c’est de prendre conscience de son corps, de renouer avec les sensations corporelles de son corps. Voilà ça, c’est dans la théorie.

Dans la pratique, je vais te parler de mon expérience avec ça puisque j’ai aussi vu un kiné. Je te dis souvent que le corps est très bien fait. Et que ton corps est ton allié dans ta guérison, qu’il te veut du bien. Je pense sincèrement que n’importe quel problème psychologique se retranscrit dans ton corps. Et en fait, si tu as des tensions spécifiques, peut-être eu un traumatisme sans forcément qu’il y ait eu un contact avec ton corps, et bien ça peut créer des blocages dans ton corps. Et le kiné, et notamment l’osthéo, je pense, peut vraiment t’aider à ça. 

Moi, au tout début où je suis tombée dans l’anorexie, j’ai eu une vingtaine de séances avec une kiné pour juste me masser, me détendre. Encore une fois, avoir des pratiques pour te détendre c’est un vrai atout dans ta guérison. Ce n’est pas forcément quelque chose que les kinés aiment de “seulement masser” mais là, tu en as besoin. Et ils le savent, ils le sentent que c’est tendu. Pour le coup, la kinésithérapie, c’est très bien pris en charge par la sécurité sociale. Je n’aime pas trop dire ça parce qu’on va penser que c’est de l’abus, mais vraiment ça m’a fait beaucoup de bien. 

Et après, j’ai toujours eu de la kiné et je suis très chanceuse, mais ma sœur est kiné / osthéo et du coup, elle m’a très souvent fait des massages crâniens et ouaaaaah, ça m’a fait TELLEMENT de bien. 

Hypnothérapeute

Ici je mets en garde de recourir à un hypnothérapeute qui vous a été recommandé. Car malheureusement, il existe beaucoup de charlatan et ça peut donc faire bien pire qu’autre chose. Vraiment ! 

L’hypnose a pour but également d’agir sur le côté anxiété, peur et d’aider notamment pour certains traumatismes. Il peut donc travailler sur les symptômes du TCA comme sur les causes. 

Tout le monde n’est pas réceptif à l’hypnose. Alors, il y a une différence entre hypnose thérapeutique et hypnose de spectacle. Pour moi tu n’es pas inconsciente en hypnose thérapeutique. Mais après, moi je pense que je n’étais pas super réceptive. Cela demande peut-être un certain lâcher-prise que je n’arrivais pas à avoir. J’ai dû faire 3 séances.

Et c’est vrai que maintenant que je connais l’EMDR, je n’irai pas vers l’hypnose pour gérer un traumatisme. Dans le sens où le cerveau, s’il garde quelque chose dans l’inconscient, c’est pour te protéger. Et parfois, on n’est pas prêt à voir certaines choses. Et ça peut te plonger dans un état dépressif grave d’être confronté à des souvenirs que tu n’étais pas prêt de voir. Après ça reste mon avis personnel et je pense que l’hypnose a pu faire ses preuves pour d’autres personnes. 

Et je pense notamment pour les personnes qui souffrent de boulimie ou hyperphagie et connaissent des phases de frénésies importantes où un sentiment de perte de contrôle subsiste.

Acupuncteur

Même mise en garde que pour l’hypnothérapeute, choisissez un acupuncteur qui est reconnu pour éviter les charlatans parce que l’acupuncture demande tout de même une très grande connaissance et précision où il ne faut pas faire n’importe quoi. 

Les médecines chinoises ont des interprétations à leur façon des troubles alimentaires. Je ne suis pas du tout fermé à ça, au contraire. Mais peut-être que tout le monde n’y croit pas. Je n’ai une connaissance fine en acupuncture mais en gros l’idée est de rééquilibrer certaines énergies dans le corps. 

acupuncture trouble alimentaire

Honnêtement, je ne m’aventure pas plus sur ce sujet pour le moment. Mais je ferai peut-être davantage de recherches ultérieurement. 

En tout cas, j’ai testé 1 séance. Et ça m’a fait du bien sur le moment-même, cette dame était très reconnue pour son efficacité. Par contre, elle m’a donné des conseils très très mauvais vis-à-vis des TCA. Elle m’a dit que je devais calculer avec des pourcentages mes macro-nutriments pour arrêter ma faim extrême. Et c’était à une période où j’étais perdue, je ne comprenais pas cette faim extrême, ça a généré en moi beaucoup de culpabilité. Bref, je n’y suis pas retournée. Mais tu vois, c’est pour te montrer que l’on tombe parfois sur des personnes pas forcément mal intentionnées mais qui donnent des conseils bien plus destructeurs qu’aidant. Et en fait, c’est presque impossible de ne pas tomber sur au moins une personne comme ça dans son parcours. Moi je ne te l’ai pas toujours dit, mais j’en ai eu plusieurs (infirmière à l’hôpital, psychologue en cabinet, médecin généraliste…)

Encre une fois, il me semble que pour les personnes boulimique ou hyperphagique, l’acupuncture est d’autant plus une aide appropriée, notamment pour les périodes de compulsions alimentaires.

Psychomotricien

La psychomotricité repose sur la médiation corporelle, les émotions et les pensées. L’objectif du psychomotricien est, en gros, de permettre au patient de trouver un équilibre entre son mental et son corps, d’être plus à l’aise avec ses émotions et son environnement. Il permet d’aider à prendre conscience de son corps, à travailler sur l’image corporelle et notamment sur la dysmorphophobie. Cela peut passer par des exercices d’identification des émotions, des exercices de respirations, de relaxation, de la gym douce, des exercices théâtrales, etc.

Personnellement, je n’ai jamais testé mais tout simplement parce que je ne pensais pas qu’un psychomotricien pouvait prendre ne charge les troubles alimentaires. Mais je trouve ça très intéressant. Par contre, je pense qu’il faut vraiment que le praticien ait une expérience avec d’autres patients souffrant de TCA. 

Naturopathe

Je n’ai personnellement pas recouru à la naturopathie mais je sais que l’accompagnement TCA existe dans cette branche. Encore une fois, je pense que c’est important que la personne ait une spécialisation ou qu’elle soit très familière aux troubles alimentaires. Lorsque c’est le cas, elle peut conseiller des plantes, fleurs de Bach et huiles essentielles pouvant t’aider dans certaines angoisses. Je sais que certain naturopathe propose aussi un accompagnement avec des exercices pour se réapproprier son corps, des exercices de relaxation, voire des exercices pour retravailler ses croyances erronées sur l’alimentation.

Et les associations dans tout ça ?

On les oublie parfois, et malheureusement, je trouve presque qu’il n’en existe pas assez car certaines régions de France n’en ont pas. Mais les associations peuvent également apporter leur soutien de façons différentes : 

  • Te permettre de rencontrer des personnes qui sont passées par là
  • Organiser des groupes de parole / de soutien (pour les patients comme pour les proches)
  • Te proposer une ligne d’écoute sur des larges plages horaires 
  • Te mettre en relation avec des professionnels reconnus dans les TCA

Je te laisse regarder sur la page où je recense les associations de troubles alimentaires que je connais.

L’Ald : t’aider à financer ta thérapie

Je sais que financièrement ce n’est pas toujours facile de financer une thérapie. Peut-être que tu connais l’ALD. Si tu ne connais pas, il s’agit d’une Affection à Longue Durée qui peut être défini pour plusieurs années (aucun impact). Mais cela te permet d’avoir une prise en charge à 100% de tes soins de santé en rapport avec les TCA : consultation de médecins traitants, médicaments si tu en as en lien, consultations de psychiatre, etc.

Il faut que tu en fasses la demande auprès de ton médecin traitant. Ce n’est pas payant, c’est gratuit.

Malheureusement, les médecines douces ne sont pas prises en charge par l’ALD. Mais en fait, pour tout médecin où il te demande la carte vitale (et que c’est en lien avec ton TCA), c’est pris à 100% en charge. Donc vraiment, c’est un vrai + ! 

D’autre part, je sais que certaines mutuelles remboursent mieux les médecines douces donc si tu en as souvent, ça vaut peut-être le coup de choisir ta mutuelle en fonction de ce critère. 

À quelle fréquence faut-il consulter ?

Je dirais que ça dépend de beaucoup de choses : si tu es étudiant, en activité professionnelle, en mi-temps thérapeutique… Soit du temps que tu as. Même si on peut toujours trouver le temps… 

Et ça dépend d’où tu en es dans ton parcours de guérison. 

Cela dépend aussi, on ne va pas se le cacher, de tes finances.

Toutes les 2 semaines me semble presque un minimum. Lorsque j’étais dans les stades les plus graves de la maladie (je ne parle pas en termes de poids, mais dans ma tête), je voyais toutes les semaines : psychiatre et/ou psychologue + autre thérapie (donc sophrologue ou kinésiologue). Après, au fil du temps, j’ai espacé. Aujourd’hui, je n’ai plus de TCA, mais je travaille encore sur des blessures d’enfance on va dire et je vois mon psy toutes les 3 semaines à peu près.

Voilà, je pense que cet article est très complet car j’ai essayé d’englober énormément de thérapeutes possibles. En écrivant cet article, je me suis rendue compte que j’en ai testé beaucoup en fait ! Mais il existe certainement d’autres praticiens qui prennent en charge les TCA et que je n’ai pas cité ici.

N’hésite pas à partager ton parcours de soin en commentaire ou à prendre contact avec moi si tu souhaites témoigner d’une expérience que tu as eu avec un praticien en particulier. Cela peut être vraiment intéressant de partager cela (si tu es d’accord) avec les autres !

Tu souhaites recevoir un shot de bienveillance et de motivation pour ta guérison chaque semaine ?

Inscris-toi à ma newsletter pour des conseils exclusifs (PS :  J’ai des cadeaux pour toi 🤗)

Articles récents

1 commentaire

Mon médecin généraliste qui malgré mon poids et mon hyperactivité m’a sorti « Un vrai exemple de nutrition, il faudrait juste augmenter un peu les quantités » et qui a placé le rendez-vous suivant 1 mois plus tard où j’ai encore perdu plus. Elle a même sorti devant ma mère qu’elle devrait prendre exemple sur moi quand ma mère a parlé de son désir de perdre quelques kilos….
Actuellement je suis suivie par une psy, pas spécialisée dans les TCAs mais je trouve qu’on fonctionne bien ensemble et que lentement je suis en train de m’en sortir.

Laisser un commentaire