Comment gérer les personnes qui suivent un régime durant la guérison d’un trouble de l’alimentation ?

Comment gérer les personnes qui suivent un régime durant la guérison d’un trouble de l’alimentation ?

logo-norainnoflower
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on google

Quand j’étais anorexique, je n’avais plus de vie sociale. Les fois où je voyais ma famille ou mes amis devenaient rares… Lorsque j’étais sur le chemin de la guérison, que j’augmentais ma ration alimentaire, ma vie sociale s’est relancé petit à petit. Cela fait d’ailleurs partie du processus de guérison. Et c’est alors que je me suis confronté à une épreuve de taille : faire face aux conversations parlant de poids et d’alimentation.

Les discussions sur les régimes alimentaires nous impactent tous négativement, avec ou sans trouble alimentaire. Mais si en plus on souffre d’un trouble alimentaire, ces discussions deviennent une vraie épreuve à surmonter et qui nous hantent encore longtemps après que le dialogue ait eu lieu.

Qu’ils soient positifs ou négatifs, les commentaires sur la nourriture ou le corps sont de véritables déclencheurs du trouble alimentaire, pouvant entraîner une rechute. On a tous dans notre entourage quelqu’un qui est obsédé par son poids ou son alimentation. Et même si ces propos ne vous sont pas destinés, ils vous déstabilisent complètement et vous renvoi à des peurs ancrées en vous : celle de grossir, de ne pas bien faire les choses, de mal manger, etc. 

Ce que vous devez savoir pour mieux accepter les commentaires autour de l’alimentation et du poids :

On vit malheureusement dans une société où le régime est mis en avant et la perte de poids est félicitée. Il n’est donc pas étonnant que nous fassions face à des discussions abordant le poids et l’alimentation quotidiennement ! Avant de vous donner des conseils pour gérer ces discussions, il me semble important que vous lisiez ces réflexions pour vous aider à mieux accepter les commentaires négatifs de ceux qui vous entourent.

Personne ne comprend ce que vous vivez

Ce n’est pas pour les excuser, mais la plupart des gens qui vous entourent ne comprennent pas ce que vous vivez. Même ceux qui vous disent qu’ils ont compris. Combien de personnes que je connais sont venues me demander des conseils nutrition et sport pendant que j’étais en guérison, tout simplement parce que je regagnais du poids et que du coup, j’avais l’air « guérie ». S’ils s’imaginaient ce que je vivais, jamais ils ne m’auraient parlé de ces sujets.

Même les membres de votre famille ou vos amis les plus proches ne comprennent pas à quel point il est éprouvant de combattre un trouble alimentaire. Pour eux, les difficultés sont là lorsqu’il y a de la nourriture. Mais même avant les repas, vos pensées vous angoissent. La culpabilité après les repas est paralysante. Et même lorsqu’il n’est pas question d’alimentation, vous êtes en lutte constante contre votre trouble alimentaire. Tout cela, il l’ignore.

Même si leurs conversations déclenchent chez vous des sentiments stressants liés à votre trouble alimentaire, je suis presque certaine qu’ils ne se rendent pas compte de l’impact de leurs propos. Ils n’ont pas conscience à quel point la guérison est difficile. C’est pourquoi il est important de leur expliquer. Je vous parle de cela un peu plus loin dans l’article. 

Beaucoup de personnes sont victimes de l’industrie du régime

L’industrie du régime est malheureusement puissante et ses messages sont répétés et rabâchées des centaines de fois par jour via les publicités, les médias, certains influenceurs et par des milliers d’habitants de cette Terre. C’est pourquoi énormément de monde a subi un lavage du cerveau leur inculquant une véritable culture du régime.

Vous vous demandez pourquoi tous ces gens parlent sans cesse de nourriture et de poids. Parce qu’ils sont biaisés par la culture du régime, consciemment ou inconsciemment, comme vous l’avez sans doute été à un moment donné.

Je trouve cela personnellement malheureux, mais vous ne pourrez pas changer une société entière. Ainsi, tentez de prendre du recul en vous disant que ces personnes sont victimes d’une industrie. Et ce n’est pas parce qu’elles ont une opinion sur l’alimentation et le poids qu’elles ont raison. Bien au contraire. Alors si vous sentez que dans leur discours, elles ont tort, c’est leur problème, pas le vôtre. Vous avez déjà assez de soucis à vous faire avec votre guérison. 

N’acceptez pas tout pour éviter le rejet

L’une de mes plus grandes peurs est le rejet. J’ai depuis longtemps eu cette peur d’être rejeté par les autres. C’est pourquoi j’ai toujours adopté une stratégie du caméléon : celle d’être d’accord avec tout le monde pour me faire accepter. Sauf que dans ce cas-ci, si j’étais d’accord avec des discussions qui m’étaient néfastes, j’allais repartir en arrière renforçant mon trouble alimentaire. Pour me protéger, je n’ai pas eu d’autre choix que d’appliquer des techniques pour lutter contre les conversations négatives.

N’admettez pas tout par peur du rejet. Vous devez accepter que beaucoup de personnes ne comprendront jamais ce que vous vivez et continueront de parler de régime et de poids. Vous devez penser à votre santé, à votre bien-être et pas aux autres. N’allez pas à l’encontre de votre guérison pour faire plaisir aux autres. Car il y a de forte chance que ces autres personnes ne pensent plus à vous une fois rentré chez elles. Tandis que vous, vous allez ressasser ces conversations encore longtemps dans votre tête.

Si ces gens sont néfastes pour vous, alors ils n’ont pas leur place dans votre vie. Vous verrez avec le temps que seules les personnes qui ont envie de vous aider et de vous comprendre resteront à vos côtés. 

Vous ne pouvez pas changer les autres

C’est l’une des leçons que j’ai apprises de mon anorexie, on ne peut pas changer les autres. C’est vraiment difficile d’entendre son amie vous parler de comment elle réussit à sauter son petit-déj ou le sport qu’elle pratique tous les jours pour rentrer dans sa robe. Vous avez envie de la secouer et de lui demander d’arrêter son obsession à son corps qui est nuisible pour vous, mais aussi pour elle. Mais tant qu’elle-même n’en aura pas conscience elle-même, vous allez juste gaspiller de l’énergie et du temps pour quelque chose dont vous êtes impuissante.

Ce n’est pas parce que vous pensez d’une façon que tout le monde doit adopter le même système de croyances. Quand bien même vous auriez raison. Chaque personne est libre de ses choix, de sa façon d’être et de penser.

Mes conseils pour gérer les personnes parlant de poids et de nourriture

Les réflexions que je vous ai partagées peuvent certes vous aider à accepter les commentaires négatifs autour de l’alimentation et du poids. Mais je vous ai également listé 6 conseils plus concrets pour faire face aux personnes obsédées par leur corps et la nourriture :

Avoir conscience du danger de ces personnes durant la guérison

Je le dis souvent, la prise de conscience est une première étape primordiale. Avoir conscience qu’être entouré de personnes parlant de poids et d’alimentation pendant la guérison peut vous être préjudiciable est important. Si vous en avez conscience, vous allez vous préparer à y faire face, notamment avec les conseils qui vont suivre.

Vous combattez un trouble alimentaire. De ce fait, le dernier régime à la mode ne vous est clairement pas adapté. Ne prenez pas en compte les habitudes alimentaires et sportives qu’applique votre entourage. Cela ne vous concerne pas. Et à moins qu’il s’agisse de votre équipe médicale référente qui suit votre état de santé et connaît vos antécédents psychologiques, personne n’est en droit de vous dire ce que vous devez faire. Le pire, c’est que ces gens qui sont actuellement satisfaits des résultats de leur régime draconien ne sont pas à l’abri de développer un trouble alimentaire. Une analyse a été effectuée par des chercheurs et démontre que certaines règles alimentaires des régimes drastiques sont similaires aux astuces qu’on retrouve sur les sites pro-anorexie.

Or, en tant que guerrier qui se bat contre un trouble alimentaire, vous devez éviter tout conseil pouvant déclencher ce trouble. Sinon, malheureusement, vous pourriez bien rechuter

Exprimez ses besoins

Ce n’est pas toujours facile à faire, car vous avez certainement peur de vous retrouver face à un mur d’incompréhension voire à du rejet. Mais c’est pourtant primordial si vous voulez espérer un changement de la part de votre entourage : il s’agit d’exprimer vos besoins.

Comme je vous le précisais un peu plus haut, les autres ne s’imaginent pas ce que vous vivez. Il est donc important de leur expliquer afin qu’ils puissent davantage vous comprendre et ainsi adopter le bon comportement. Surtout s’il s’agit de vos parents, frère et sœur ou ami que vous voyez très souvent. Il vaut mieux leur exprimer plutôt que d’endurer leur discours prônant des régimes amaigrissants à tout bout de champ. Voici une méthode efficace pour formuler vos besoins :

  • Donner des exemples concrets : donner des phrases que cette personne vous a déjà dites. Par exemple, dites-lui : « Lorsqu’on mange ensemble, tu commentes toujours ton assiette en disant que ça va te faire grossir ou que tu vas devoir faire une bonne séance de sport après ».
  • Dites-lui ensuite vos ressentis vis-à-vis de ses propos. Si l’on continue avec le même exemple, cela donnerait : « Moi lorsque tu dis ça, je ne peux pas m’empêcher de culpabiliser, car je n’ai pas le droit de faire du sport. Ou pire, cela me déclenche une envie de faire du sport alors que c’est contre-indiqué par mon médecin »
  • Affirmez alors ce que vous voulez. « J’ai vraiment besoin qu’on ne parle pas d’alimentation ni de poids. Même si cela ne me concerne pas et que tes commentaires te sont adressés, il est préférable de ne pas en parler du tout. Ce sont des déclencheurs qui peuvent me faire rechuter. C’est déjà très complexe pour moi de manger et de ne plus faire de sport »
  • Soulignez enfin les effets positifs qu’il y aura d’appliquer ce que vous demandez. « Si l’on n’en parle pas, ce sera plus simple pour moi de manger sans culpabiliser et d’accepter mon repas. Cela me permettra de guérir sans avoir des difficultés supplémentaires. Et puis on pourra discuter de choses qui seront plus joyeuses pour toi comme pour moi. »

Sachez que vous allez devoir exprimer plusieurs fois vos besoins. Les conversations sur les régimes sont tellement banalisées que vos proches ne s’aperçoivent même plus qu’ils en parlent. N’imaginez pas qu’ils le font exprès. C’est ce que je pensais. Mais en leur disant, je me suis rendu compte que vraiment ils n’avaient pas conscience de leurs propos.

N’ayez pas peur de gêner en exprimant vos ressentis. Voyez cela comme une façon pour vous d’expliquer à votre entourage comment gérer votre maladie et vous protéger.

Vous pouvez par exemple dire « Je le rappelle, je préfère qu’on ne parle pas de nourriture ou de corps s’il vous plaît ». Puis vous redirigez vers un sujet qui n’a aucun rapport avec ces deux thématiques.

Filtrez les informations négatives

Parfois, vous vous retrouvez engagez dans une conversation sur les régimes avec des personnes que vous ne connaissez à peine. C’est donc plus compliqué d’exprimer ses besoins. Vous n’avez peut-être pas envie de commencer à raconter vos soucis avec l’alimentation. Sachez quand même que vous n’êtes pas obligé de vous justifier. Vous pouvez tout simplement dire que vous ne préférez pas aborder ces sujets.

Mais si vous choisissez de ne rien dire, alors vous allez devoir apprendre à filtrer les informations que vous ne voulez pas entendre.

Pour cela, vous allez devoir vous déconnecter de la discussion, et ne plus vraiment y participer, ni même écouter. Vous allez utiliser la restructuration cognitive. C’est-à-dire que vous allez vous défocaliser de la conversation pour refocaliser votre attention sur autre chose. Il s’agit d’une stratégie de pleine conscience, car vous allez vous concentrer sur des éléments et/ou ressentis dans l’instant présent.

Je vous propose un exercice qui s’appelle le « 5-4-3-2-1 » :

Dans votre tête, nommez :

  • 5 choses que vous voyez
  • 4 choses que vous entendez
  • 3 choses que vous ressentez
  • 3 choses que vous pouvez sentir
  • 1 chose que vous pourriez goûter dans la pièce où vous vous trouvez

C’est un exemple d’exercice qui vous permet de vous recentrer sur l’instant présent. Vous allez ainsi quitter la conversation tout en restant présente physiquement. Vous pouvez retrouver d’autres exercices en téléchargeant ma nouvelle ressource sur les techniques de détente.  

Si vous n’aimez pas ces exercices de pleines consciences, vous pouvez à la place vous répéter en boucle des affirmations de ce style : « Ce qui est valable pour eux ne l’est pas pour moi », « Ce n’est pas parce qu’elle a une opinion qu’elle a raison », « Ces personnes sont biaisées par l’industrie du régime », etc.

Vous pouvez également vous rappeler les raisons pour lesquelles vous souhaitez guérir. Je vous en ai fait une liste de 50 raisons que vous pouvez télécharger dans l’onglet Ressource de mon blog.

S’éloigner de ces personnes

Dans certains cas, vous avez beau répéter vos besoins, votre entourage ne le respecte pas. Vous avez également essayé de vous défocaliser de ces conversations, mais cela ne fonctionne pas totalement et vous ressentez toujours des déclencheurs vous replongeant dans votre trouble alimentaire.

Ainsi, parfois il est nécessaire de faire des choix qui peuvent s’avérer difficiles. Il s’agit de s’éloigner de certaines personnes qui entravent à votre guérison.

Mais si vous n’êtes pas prêt à vous séparer de certaines personnes, vous pouvez réaliser des activités avec elles sur lesquelles vous avez un certain « contrôle ». Par exemple, si vous proposez de faire un cinéma avec elles, vous allez davantage parler du film plutôt que de nourriture. Parallèlement, évitez d’aller manger au restaurant ou d’aller faire du shopping avec elles. Ce sont des occasions où elles pourront discuter d’alimentation ou de la façon dont elles ne sentent pas bien dans leur corps.

Ensuite, vous pouvez d’abord commencer par vous éloigner des conversations perturbantes avant de vous isoler de ces personnes. Par exemple, lorsqu’elles abordent les sujets négatifs, profitez-en pour vous éclipser aux toilettes ou pour passer un coup de téléphone.

Enfin, si vous avez une personne dans votre vie qui est trop présente et qui aborde sans cesse tous ces sujets de conversations néfastes, alors vous pourrez penser à vous séparer d’elle. Pour ma part, je me souviens qu’au début de ma guérison, je n’exprimais pas mes besoins. Et cela me rongeait de l’intérieur même des heures après, j’en pleurais, je culpabilisais. Puis j’ai décidé d’en parler. J’ai des amis qui persévéraient d’aborder ses sujets sans même s’en rendre compte. J’ai fini par envoyer un long message leur disant que cela avait tendance à me faire rechuter. Et que si cela continuait, pour me préserver, je me verrais contrainte de me séparer d’elles, au moins pour un temps. Cela a été efficace. Elles ont fait très attention à ne plus parler de ces sujets qui fâchent et j’ai pu les garder dans ma vie. 

Dites-vous bien que rien n’est définitif. Vous pouvez vous éloigner de certaines personnes temporairement. C’est pour votre bien, pour vous protéger. Votre santé et votre guérison passent avant tout.

S’entourer de personnes positives

Le fait de devoir vous séparer temporairement de certaines personnes ne signifie pas que vous devez rester seule. Non, et au contraire ! Je trouver personnellement que la vie sociale est l’un des médicaments pour se sortir de son trouble alimentaire (avec la nourriture et le repos).

Vous allez devoir vous rapprocher des personnes qui ont une influence positive sur vous. Lorsque j’étais dans ma phase de guérison et que je parlais de ma maladie, je sentais bien les personnes qui comprenaient ce que je vivais et celles qui ne comprenaient rien. Je me rappelle parfois de certaines personnes qui me disaient « Ah je comprends ! Moi c’est pareil j’arrive pas à m’arrêter de manger quand je prends un carré de chocolat ». Oui, bah non, ce n’est absolument pas pareil… Bref !

Alors, je mangeais plus fréquemment avec ma sœur qui ne parlait jamais des sujets autour de l’alimentation ou du corps. Je vous en parlais dans l’article sur les comparaisons sociales durant la guérison, mais il est préférable également de cesser de suivre des personnes néfastes sur les réseaux sociaux. Ainsi, lorsque j’ai réalisé cela, j’ai commencé à suivre des comptes positifs, non liés au régime alimentaire. Je me suis comme créé une bulle anti-régime pour me protéger de la culture de l’alimentation. J’écoutais par exemple les InPower podcasts de Mybetterself qui sont très inspirants. J’ai lu les livres de Laurent Gounelle qui sont une véritable source de motivation délivrant des messages forts sur la vie. Entourez-vous au maximum de tout ce qui vous fait du bien et qui n’a pas de rapport avec l’alimentation et le corps.

Tentez d’inculquer chez ces personnes une culture « anti-régimes »

Ce dernier conseil n’est pas un conseil à forcément appliquer. Cela dépend des choix de chacun. Il s’agit de choisir de rester engager dans les conversations et de tenter de persuader votre entourage d’adhérer à une culture « anti-régime ». Cela sous-entend que ces personnes parleront davantage positivement du corps au lieu d’aborder les sujets de poids et de régime.

Vous pouvez choisir de vous engager dans cette lutte anti-régime. Mais personnellement, je ne vous le conseille pas. Ce n’est pas votre travail de convaincre les autres. De plus, la plupart des gens ont des idées bien arrêtées, et parce qu’ils voient que tout le monde agit de cette façon, ils préfèrent rejoindre la majorité. Ainsi, vous allez utiliser du temps et de l’énergie pour rien. Vous engager dans un débat du pour et contre la culture de l’alimentation pourrait vous faire plus de mal que de bien.

Par ailleurs, en ne répondant pas à leur conversation sur le poids et l’alimentation, votre entourage se rendra compte que vous n’êtes pas réceptif à ces sujets. Ils verront que vous sortez de votre trouble aliment, que vous évoluez positivement sans suivre les diktats de la société. Vous partagerez donc un message subliminal préconisant qu’on puisse être heureux sans suivre la culture de la minceur

Pour conclure, n’oubliez pas de fixer vos propres limites. Mais sachez que les gens ne changent pas du jour au lendemain et que vous pourriez être contraint de vous séparer de certaines personnes temporairement pour vous protéger. Malheureusement, vous allez être constamment face à des signaux prônant les régimes minceur. Cela fait partie de notre société actuelle. Mais vous observerez qu’au plus vous ferez face à ce genre de message, au plus vous serez renforcé pour les affronter.

De même, au plus vous cheminez vers la guérison, au moins ces messages auront d’impact sur vous. Me concernant, pendant longtemps ce type de conversation me rongeait, et ce jusqu’à récemment. Depuis le déconfinement, j’ai revu certains amis qui parlent sans cesse de ces sujets. Et je me suis rendu compte que cela m’impacte beaucoup moins qu’avant le confinement. Je sais donc que j’ai encore avancé personnellement.

Articles récents

1 commentaire

Coucou, merci beaucoup pour ce post. Ma sœur souhaite perdre du poids et ça me mets vraiment mal à l’aise quand elle fait des commentaires sur la nourriture, surtout quand elle mange un plat différent exprès. Peut-être qu’avec ce post j’aurais le courage de lui en parler, sinon ça me donnera du courage pour en parler avec d’autres personnes.
Merci
Bonne journée 🙂

Laisser un commentaire