argent-tca

Rapport à l’argent & TCA : quels liens ?

Rapport à l’argent & TCA : quels liens ?

Pourquoi vous parler du rapport à l'argent dans votre TCA ?

Je vous explique le contexte du pourquoi j’aborde ce sujet :

Début février, à l’occasion du lancement de mon roman « L’anorexie, mon bouclier mortel », j’ai partagé plusieurs extraits sur Instagram en story. Et j’ai partagé notamment un passage que voici :

livre-histoire-vraie

- Roman autobiographique -

L'anorexie, mon bouclier mortel

Découvre tout mon combat contre les troubles alimentaires dans mon livre témoignage sur l’anorexie. Je te raconte tout mon combat, du moment où je suis tombée dans la maladie jusqu’à ce que j’en sorte totalement.

Sur ce passage, j’ai eu plusieurs messages de personnes qui ont été interpellés par le côté financier, parce qu’ils se sont reconnus. De ce fait, j’ai voulu savoir où se situait la majorité par rapport au côté financier, donc j’ai lancé un sondage. J’ai d’abord demandé « As-tu vu une anxiété croissante liée à l’argent depuis que tu souffres de ton TCA ? » Et j’ai eu 74% de oui.

Et la seconde question était de savoir plus exactement quel rapport vous avez avec l’argent. J’ai eu 37% de personnes qui ont coché la case « J’essaie de ne rien dépenser ». 8% qui ont choisi l’option « Je dépense n’importe comment ». 38% qui m’ont dit « j’oscille entre les deux ». Et du coup, ça nous laisse 17% de personnes qui n’ont pas de relation « malsaine » avec l’argent. 

Mais de ce fait, ça faisait quand même une majorité et j’avais plein de choses à partager à ce sujet parce que je me suis moi-même posé beaucoup de questions.

Mon expérience avec l'argent pendant mon anorexie

Pour parler un peu de mon expérience, j’ai vu personnellement une anxiété croissante liée à l’argent au fil du temps où je sombrais dans la maladie. De base, je suis quelqu’un d’épargnante, mais là, ça prenait des dimensions vraiment presque maladive. J’étais radine maladive, mais surtout en ce qui concerne dépenser pour moi. J’en étais à un point où je me chauffais pas, je restais dans le noir pour pas utiliser d’électricité, j’utilisais peu d’eau chaude… Et tout ça en 2015, donc c’était pas les tarifs qu’on a aujourd’hui. 

Pendant deux ans, je dépensais le moins possible, j’économisais presque au moindre centime… Et du coup j’ai mis pas mal d’argent de côté. Puis, j’ai eu des compulsions alimentaires qui ont pris une « violente » (j’en parle dans mon article sur la faim extrême). Et là, je dépensais sans compter parce que je perdais comme le contrôle de moi-même. Et donc toutes mes économies, elles s’envolaient en quelques minutes dans des compulsions alimentaires. J’en avais super honte d’ailleurs, j’avais cette sensation de gâcher de l’argent. Et avec le temps, et notamment en sortant petit à petit de la restriction, j’ai eu des réflexions sur mon rapport à l’argent. Et je peux même dire que ç’a fait partie de mon processus de guérison (c’est pour ça que quand je dis que la guérison est multidimensionnelles, c’est qu’il y a plein de micro facettes, qui dépendent de l’histoire de chacun évidemment). 

Comme vous avez été plusieurs à me dire que vous avez remarqué que vous étiez ultra-stressé avec l’argent, que vous étiez devenu beaucoup plus radins et trop économes… Je me suis dit que ce serait intéressant de vous partager mes réflexions ! 

Quels liens possible entre rapport à l'argent & TCA ?

Je détiens pas de vérité absolue, c’est vraiment que mon point de vue. D’ailleurs, j’en avais parlé auparavant, ni même avec des professionnels, c’est vraiment issu de mes moments d’introspection. Donc peut-être que vous vous y retrouverez, peut-être que ça vous aidera, peut-être pas… Prenez ce qui vous convient 🙂

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je tiens à dire que mon but ici c’est pas de donner des conseils financiers, c’est plutôt de parler de cette relation entre argent et TCA. Je sais qu’il y a pas mal de choses à dire d’ailleurs sur ce sujet, notamment sur le fait que la guérison peut être coûteuse, elle l’est d’ailleurs. Mais je vais pas parler de ça dans cet article, je vous avais déjà dit d’autres fois qu’il existe les aides d’ALD. Mais vraiment c’est pas le but ici. Et je sais également que les TCA peuvent engendrer des problèmes d’argent, notamment à cause des compulsions. Mais même chose, dans cet article je vais vraiment m’attarder sur la relation restrictive à l’argent.

Je ne pense pas qu’on puisse parler de symptôme, et d’ailleurs on ne peut pas mettre tout sur le dos du TCA. Comme je vous disais à la base je suis une personne économe, épargnante. Et je pense que d’ailleurs j’avais un terrain pour développer du coup de a restriction budgétaire à cause de mes TCA et de mon tempérament épargnant. 

Donc selon mes réflexions, quels sont les liens possibles entre restriction financière et TCA ? 

1 - Anxiété & prévisions pour l'avenir

Lorsqu’on souffre d’un trouble alimentaire, on est souvent très anxieux, sur de nombreux sujets ! (J’ai d’ailleurs fait des livres sur la thématique de l’anxiété dans les TCA). Et quelque part, le fait de garder de l’argent de côté apporte un sentiment de sécurité qui vient répondre à cette anxiété. Souvent les personnes qui souffrent de TCA ont de grandes inquiétudes concernant l’avenir, ils anticipent toujours le futur. Épargner, notamment à un point où ça devient maladif, c’est une façon de répondre à cette peur de l’avenir. 

2 - Mécanisme similaire à la restriction alimentaire

Le fait de se restreindre financièrement, c’est comme la restriction alimentaire. Je ne sais pas si vous aviez déjà ressenti ça, moi c’est quelque chose que j’ai d’autant plus expérimenté en phase de lune de miel, pendant les premiers mois de restriction : le sentiment de maîtrise, de puissance, de supériorité vis-à-vis des autres, d’avoir ce sentiment de mieux faire que les autres. Tout ça, on le retrouve aussi dans le rapport à l’argent : quand tu épargnes et que tu augmentes ton apport financier sur le côté alors que les autres dépensent, selon toi, pour des choses inutiles ; ou pour lesquels, selon toi, ils pourraient se passer. C’est vraiment la même chose avec l’alimentation. Moi je me disais « j’arrive à ne pas manger de sucreries alors qu’eux en prennent. »

Il y a vraiment un lien qu’on peut remarquer souvent entre rapport à l’argent et rapport à son alimentation. Souvent, les personnes qui souffrent de boulimie & hyperphagie vont avoir plutôt tendance à faire des achats compulsifs. Les personnes qui sont dans la restriction pure ont tendance à être dans l’épargne poussée. Et souvent quand tu as de la restriction – compulsion ; tu oscilles parfois entre les deux. Encore une fois, c’est pas une vérité absolue et je serais super intéressée d’avoir retour à ce sujet. 

3 - La relation (compliquée) aux autres

Un autre argument qui pourrait expliquer qu’il y a un lien entre le TCA et l’argent, c’est le fait que souvent, quand on souffre de TCA, on a un rapport compliqué aux autres. Peut-être que tu te trouves toujours moins bien que les autres, en deçà des autres, que tu mérites moins que les autres. Peut-être que tu as peur aussi d’être rejeté par les autres. Moi, c’était mon cas. Et en fait, je préférais dépenser mon argent pour les autres plutôt que pour moi. Par exemple, pour Noël, dès le mois d’Octobre, je me préparais une liste d’idée par personne pour trouver LE cadeau qui plaira à mes proches. Et pour eux, j’étais prête à dépenser, bien plus que pour moi-même. Parce que je me disais qu’au moins ce serait utile.

Donc ça peut s’expliquer par le fait que je m’estimais moins que mes proches (donc problème d’estime de soi). Mais pour moi, il y a aussi le fait de répondre à la peur d’être rejeté, exclus. Je pense qu’inconsciemment, je me disais que si je leur faisais LE cadeau qu’il leur ferait trop plaisir, je serais moins rejeté. C’était aussi une façon de me démarquer, et je pense qu’à travers mon TCA, peut-être que parfois je cherchais à me démarquer parce que j’avais la peur d’être oublié, qu’on ne me porte plus d’attention.

4 - des raisons biologiques ?

Avec un trouble alimentaire restrictif, tu ne réponds pas aux besoins de ton corps. Ton corps te demande à manger, mais tu n’y réponds pas. Il pense donc qu’il est dans un environnement où les denrées alimentaires ne sont pas disponibles, comme lorsque c’était la famine. Ton cerveau se pensant dans un climat de famine, donc un climat de danger puisque le but du corps c’est de te maintenir en bonne santé et en vie, il va donc être dans l’optique de cumuler les ressources nécessaires à sa survie. L’argent fait partie des ressources nécessaires à la survie. C’est que les Hommes ont fait lors des périodes de grandes famines ou de guerres. Moi je me souviens que ma grand-mère m’avait raconté que pendant la guerre mondiale, ses parents cachaient des billets derrières des briques de la maison. Donc en fait, c’est une réponse biologique du corps qui veut garder de l’argent parce qu’il se croit en manque de ressources puisqu’il est restreint sur ses besoins primaires.

Je sais pas si vous avez bien compris cet argument-là, évidemment encore une fois, c’est pas une vérité absolue. Mais moi je la trouve pertinente et très intéressante. Parce que ça veut aussi dire que c’est quelque chose qui se régularise lorsqu’on sort de la restriction, et d’ailleurs, même si je reste une personne économe, je ne suis absolument plus comme avant, je dépense pour moi, je sais me faire plaisir et je ne me restreins plus niveau argent. D’ailleurs, ne plus se restreindre ne veut pas dire que je dépense n’importe comment pour autant. Tout comme ne plus se restreindre en termes d’alimentation ne veut pas dire que vous allez manger n’importe comment.

5 - Entrer dans les cases de la société

Une autre théorie ou possibilité qui explique le lien entre argent et TCA, c’est aussi que, tout comme le fait d’être mince, être économe, c’est quelque chose qui est valorisé dans notre société. Donc encore une fois, être économe est une façon d’entrer dans les cases acceptées et valorisées par la société. 

Après, attention, je ne dis pas qu’il ne faut pas mettre de l’argent de côté. Si vous le pouvez, c’est bien de le faire, de s’assurer une petite sécurité. Mais quand ça va dans l’excès, à l’encontre de votre bien-être, que ça devient une obsession, bah c’est là où c’est problématique. 

6 - Manque d'estime pour soi

Ensuite, j’en ai parlé quand j’ai donné le point sur le rapport aux autres, mais le côté restriction financière peut aussi venir du fait que vous avez tellement peu d’estime pour vous-même, que vous pensez de pas être digne d’avoir du confort chez vous, de vous acheter ce dont vous avez besoin, de vous faire plaisir. 

7 - TOC & obsessions

Dernier point de mes réflexions, c’est que les TCA sont souvent associés à une quête de perfectionnisme et de contrôle. Et souvent, tout ça, ça va vraiment au-delà de la nourriture et du poids. Moi, je me souviens que vraiment je contrôlais toutes les parties de ma vie : professionnels, matériel, administratif, ménage, et évidemment le côté financier. Donc finalement, c’est aussi une extension du TCA qui se manifeste par d’autres TOC, d’autres obsessions qui peuvent mener à des comportements extrêmement économes ou à une réticence à dépenser de l’argent, même pour des besoins de base.

Comment j’ai fait pour faire évoluer ma relation à l’argent ?

Bah, déjà, j’ai pris conscience qu’il y avait un rapport entre ma façon de gérer mon alimentation, soit mon TCA, et ma relation à l’argent.

Donc la première chose, c’est que je vous invite vraiment à vous questionner, et à vous demander : Quelle est votre relation à l’argent ? Qu’est-ce que tu ne t’autorises pas à acheter (au-delà de la nourriture) ? Pourquoi ? Vois-tu un lien entre ta relation à l’argent et ta relation à l’alimentation ? 

Ensuite, moi mon copain m’a beaucoup aidé dans mon rapport à l’argent parce qu’en fait, souvent je lui demandais ce qui lui ferait plaisir comme cadeau, et il me disait souvent qu’en fait, lui, dès qu’il a un besoin ou une envie, il va se l’offrir. Alors, évidemment, c’est pas toujours possible, ça dépend aussi de ce qu’on gagne dans la vie. Donc évidemment, c’est pas non plus à l’infini cette règle qu’il se donnait. Mais rien que le fait de m’avoir dit ça, moi j’ai eu un déclic de me dire « ah ouais? On peut vraiment voir l’argent et les cadeaux comme ça ? ». Parce que moi dans ma tête, les seuls plaisirs que j’avais c’était en décembre (puisque j’ai mon anniversaire & Noël comme tout le monde en décembre), et surtout, c’était les autres qui me faisaient un cadeau. C’était impensable pour moi de me faire un cadeau.

Et il m’a incité à apprendre à me faire des cadeaux. Au début, je culpabilisais de fou ! Presque je me justifiais, je me disais que c’était rentable, que j’allais beaucoup utiliser ce que je m’étais acheté. Ou alors je me disais « bah du coup, je n’achèterais pas ça », vraiment comme avec la nourriture. J’insiste sur le fait que je ne parle pas d’acheter à tout-va, et d’acheter des choses chers. Je me faisais des petits cadeaux comme des stylos, des bougies, des trucs que je trouvais chez action, même des fleurs ! Après parfois c’était plus gros cadeaux. Mais je trouve qu’apprendre à s’offrir des choses pour se faire plaisir c’est important, en tout cas, ça a fait partie de ma guérison. 

Et au-delà du côté cadeau, j’avais du coup un gros stress à compter le moindre centime, ces stress-là sont partis avec la restriction. Mais au-delà de ça, j’ai appris durant ma guérison que j’avais de la valeur, que j’avais besoin de prendre soin de moi, j’ai appris à être davantage bienveillante avec moi-même et de ce fait j’ai arrêté d’être aussi exigeante avec moi-même, de toujours passer les cadeaux des autres avant moi, de m’empêcher de me chauffer, de m’accorder uniquement la plus basse qualité, etc. J’ai vraiment peur que ce soit mal vu cet article, parce que j’ai peur que vous vous dites « bah elle est marrante mais je ne gagne pas bien ma vie, c’est compliqué ». Je sais vraiment. Moi cette année, c’était compliqué financièrement et c’est sûr, j’ai dû faire des concessions mais je savais quand même m’accorder des petits plaisirs ou ne pas être trop dure avec moi-même. C’est vraiment une question d’extrême en fait. Je sais pas si vous voyez ce que je veux dire, j’ai l’impression que c’est peut-être un peu flou.

Surmonter ta peur de prendre du poids avec une approche englobant TOUS les aspects de la guérison

Dimensions…

  • Psychologique,
  • Restructuration cérébrale,
  • Physique,
  • Nutrition,
  • Acceptation corporelle,
  • Reconstruction de ton identité,
  • Anti-compensation…

...pour un chemin de guérison durable et consolidé.

En tout cas, j’espère que cet article vous a plus, et vous a quand même donné quelques réflexions, quelques pistes pour vous-même avancer dans votre rapport à l’argent si c’est quelque chose qui vous questionne. Peut-être que ça vous parlait pas, c’est aussi pour ça que je dis que chaque chemin de guérison est différent puisqu’on a tous nos propres problématiques et histoire, et contexte. Mais c’est vrai que j’avais envie d’en parler depuis longtemps, mais comme c’est un sujet tuchy, je ne l’avais pas fait. Et vous avez été plusieurs à me demander d’en parler, donc c’est chose faite ! 

Tu souhaites recevoir un shot de bienveillance et de motivation pour ta guérison chaque semaine ?

Inscris-toi à ma newsletter pour des conseils exclusifs (PS :  J’ai des cadeaux pour toi 🤗)

Articles récents

2 commentaires

C’est dingue à quel point je me reconnais dans ton témoignage ! Il m’est arrivé aussi pendant mes périodes d’anorexie les plus sévères de ne pas chauffer chez moi, de compter chaque euro et de tout noter dans ma « super » application budget, tentant de dépenser le moins possible, avec cette idée, en arrière plan, de vouloir contrôler aussi le pan financier de ma vie. J’ai encore parfois du mal à dépenser pour moi, à m’octroyer des plaisirs, même peu coûteux, comme si je ne le méritais pas et, au contraire, dépenser davantage pour les autres, pour LEUR faire plaisir à eux. Je gérais d’une main de maître mon budget, cherchant le contrôle à tout prix, comme sur le plan alimentaire. Je me sens moins seule en lisant ton article et je pensais naïvement que les restrictions que je pouvais m’imposer avec l’argent n’avaient aucun lien avec la restriction que je m’imposais aussi sur le plan alimentaire. Comme quoi, les TCA ont de sacrés répercutions dans d’autres domaines, même ceux dont on aurait jamais pensé !

Je ne comprends pas pourquoi mais quel soulagement de lire que je n étais pas là seule à dysfonctionner aussi de ce côté là .
J ai littéralement gelé chez moi pendant l hiver pour ne pas consommer , et je crois comme toi que c est très lié au fonctionnement que l on a avec le tca en mode restrictif.
Pour moi c était là même satisfaction que de ne pas manger , j étais plus fort que les autres et je contrôlais quelque chose de plus…
Bref merci Mathilde pour tout tes articles, je ne sais pas encore si je me considérerais un jour comme guérie mais tu as grandement participé à mon rétablissement (et je partais de loin!)
Ton aide nous est précieuse
Prenez soins de vous
Melany

Laisser un commentaire