guerir-anorexie-10-etapes

Guérir de l’anorexie : 10 étapes par lesquelles j’ai dû passer

Guérir de l’anorexie : 10 étapes par lesquelles j’ai dû passer

Par quelles étapes passe-t-on pour sortir de son trouble alimentaire ? Dans le titre de l’article, je te parle de “guérir de l’anorexie” car je vais te présenter ici les étapes par lesquelles moi je suis passée pour sortir de l’anorexie

Évidemment, ce n’est pas un guide à suivre à la lettre. Cet article de blog se base sur mon expérience, mon histoire. Et si tu me lis depuis un moment, tu sais que je dis souvent que chaque personne est différente et vit son trouble alimentaire à sa façon. Il n’y a pas de bonne ou mauvaise façon de faire. 

De ce fait, peut-être qu’il y a certaines étapes où tu ne vas pas du tout te reconnaître ou alors des étapes que tu vis et que je n’ai pas inscrites. C’est pas grave si c’est le cas.

Tu ne vas pas forcément identifier si tu es dans telle ou telle étape en me lisant. C’est-à-dire que moi, j’écris cet article avec une énorme prise de recul. Et lorsque j’étais dans la maladie, je n’avais pas conscience de ces étapes. 

De même, l’ordre chronologique n’est pas à “respecter” étape après étape. C’est-à-dire que c’est possible que tu reviennes à une étape d’avant puis, que tu en sautes une pour finalement revenir dessus plus tard. Ce n’est pas “une fois que tu as terminé une étape, tu n’en entends plus jamais parler”. D’ailleurs, les rechutes font parties du process. Et ce n’est pas négatif. Je peux te dire que de chaque rechute, j’ai appris des choses et c’est aussi ce qui m’a permis de me sortir totalement de mes TCA : Un pas en arrière pour 2 pas en avant

Enfin, avant de lire les différentes étapes, il faut que tu gardes en tête qu’il s’agit d’un condensé. Je vais donc à l’essentiel en te présentant 10 grandes étapes que j’ai identifiées. Pour l’entièreté de mon parcours de guérison, ce sera dans mon livre que tu pourras le lire en détail haha.

Allez, on est parti !

10 étapes du chemin de guérison des troubles alimentaires

#1 - “Je vais bien “

Voire même « Je ne me suis jamais sentie aussi bien ». C’est ce qu’on appelle la phase de Lune de miel. C’est lorsque les effets négatifs du trouble alimentaire ne se font pas encore sentir. Tu peux quand même te sentir mal dans ta peau, mais tu as le sentiment d’être « en contrôle », de « bien faire les choses ». Tu as la sensation d’avoir peut-être plus confiance en toi. Peut-être que tu as des compliments de la part de tes proches, notamment si tu as une perte de poids (Fichue culture du régime…). Donc de ce fait, les effets positifs semblent prendre le dessus sur les impacts négatifs. Tu penses aussi pouvoir arrêter tes comportements de restriction / compensation quand tu veux. Et pour toi, ce n’est pas une maladie, il n’y a même pas forcément de problème.

#2 - "Peut-être que quelque chose ne va pas"

Tu commences à te dire que peut-être, il y a un problème.

Des premiers symptômes commencent à te signaler que tout n’est pas « normal » : maux de tête, fatigue, difficulté de concentration…

Et puis cette culpabilité qui prend de plus en plus de place. Tu réalises que finalement, tu ne pourrais peut-être pas arrêter tout ça comme tu le voudrais.

Mais tu gardes un gros sentiment d’illégitimité. Tu sens que ça ne va pas, mais tu n’accordes pas la gravité nécessaire au problème. 

#3 - "Il y a un problème, mais je n'ai pas besoin d'aide"

Tu sais maintenant qu’il s’agit d’un trouble, que c’est un trouble alimentaire (même si tu te sens encore souvent illégitime). Mais tu ne veux pas demander de l’aide, tu penses ne pas en avoir besoin. Pour toi, c’est pas encore trop grave ou du moins, tu vas gérer ça tout seul⸱e. 

Peut-être que tu as commencé à en parler autour de toi, mais toujours en rassurant les autres. Tu sais qu’il y a un problème, tu vas devoir le régler mais ça reste un sujet de second plan.

De plus, ton trouble alimentaire te fait croire qu’il t’apporte du contrôle, qu’il t’aide. Tu n’as donc pas comme premier objectif de te battre contre ton trouble alimentaire puisqu’il te fait croire qu’il est pour toi un atout.

Surmonter ta peur de prendre du poids avec une approche englobant TOUS les aspects de la guérison

Dimensions…

  • Psychologique,
  • Restructuration cérébrale,
  • Physique,
  • Nutrition,
  • Acceptation corporelle,
  • Reconstruction de ton identité,
  • Anti-compensation…

...pour un chemin de guérison durable et consolidé.

#4 - "En fait, je ne sais pas si je pourrais continuer de vivre comme ça"...

etapes-guerison-tca

Tu prends conscience que ton trouble alimentaire te vole trop de moment dans ta vie, qu’il t’empêche de profiter pleinement.

En fait, tu découvres réellement ce qu’est un trouble alimentaire. Je veux dire au-delà de l’aspect physique ou alimentaire. Tu prends conscience de la charge mentale que c’est, de tous les autres symptômes autour (je les ai répertoriés dans cet article avec les symptômes des TCA)

Tu es épuisé⸱e, plongé⸱e dans un brouillard permanent. Mais tu es perdu⸱e entre ce que ton trouble alimentaire te promet (sécurité, bien-être, être aimé, être une personne « bien »…) et ce que la guérison te permettrait (liberté, retrouver une vie sociale, apaisement mentale, vivre et pas survivre…).

Note : ce que te promet ton trouble alimentaire, c’est des mensonges. Par contre, ce qu’il te promet, en réalité, c’est le chemin de la guérison qui pourra te l’apporter.

Même si d’autres le savent, tu te sens seul⸱e, incompris⸱e.

Tu as peur de ne pas réussir à guérir si tu commences la bataille, et d’ailleurs tu ne sais peut-être pas par où commencer. Tu te dis qu’il y a tellement de chose qui ne vont pas. Tu as la sensation d’être pris dans un cercle infernal que tu ne parviens pas à arrêter par toi-même, seul⸱e.

#5 - "Mais qui serais-je sans mon tca ? j'ai besoin de lui !"

Tu veux guérir, tu le sais que tu vas devoir te battre. Tu as envie de le faire mais il y a beaucoup d’obstacles, de peurs qui viennent se mêler dans ce combat et qui représentent des freins. Tu es tiraillé parce que tu as envie de t’en sortir mais tu as peur de ne plus savoir vivre sans ton trouble alimentaire. Il fait tellement partie de ta vie que tu as peur du vide que ça pourrait laisser.

« À quoi je vais penser ? Et les autres vont être différents avec moi si je guéris ? Je vais perdre le contrôler de ma vie ? Comment savoir comment manger « normalement » à nouveau ? Je suis perdu⸱e »

Ton trouble alimentaire représente à la fois un lieu de sécurité, un cocon et en même temps une prison, un lieu de torture. 

#6 - "Je vais me battre pour guérir”

Tu sais que ce lieu de sécurité / de confort est un leurre. Tu as conscience que ton TCA t’apporte plus de mal qu’autre chose et ce n’est pas possible de vivre avec. 

Tu sais aussi que des personnes s’en sont sortie.

Donc tu sais que c’est possible de s’en sortir même si tu as peur de ne pas y arriver.

Alors tu veux t’en sortir, même si tu as toujours ces peurs de guérir, tu mets en place des actions pour ta guérison. Tu cherches à t’entourer, tu veux plus que tout que cette maladie sorte de ta vie. Cela devient ton objectif premier même si certains jours tu as la sensation de ne pas te battre et de ne plus avoir l’énergie de t’en sortir. Tu continues de vouloir te battre.

battre-contre-tca

#7 - "Non, je ne peux pas guérir"

Pendant un certain temps, tu oscilles entre l’étape 5 et 6. Tu veux guérir plus que tout mais tu as peur de guérir, tu as peur de ta vie sans la maladie.

Certain jour, tu crois vraiment en ta guérison, tu parviens à faire des petits pas en ce sens.

D’autres jours, tu n’y crois plus, tu as l’impression de constamment laisser la maladie gagner. Tu te demandes si c’est vraiment possible de s’en sortir…

Et là, on a une longue phase de haut, de bas… Des hauts qui semblent minimes comparés à des bas qui semblent très lourds. Mais tout ça fait partie du process, même dans les bas les plus profonds (et surtout avec ces bas là d’ailleurs) tu AVANCES. (Même si je t’assure, tu n’en as pas conscience à ces moments-là). 

#8 - "Si, je peux guérir et je vais continuer de me battre"

Avec tous ces hauts et ces bas, tu avances dans ton parcours de guérison (même si tu n’en as pas forcément conscience) : tu connais mieux tes déclencheurs, tu sais mieux comment contrer la maladie. Tu apprends à gérer la culpabilité même si c’est difficile. Tu apprends à te reconstruire indépendamment de la maladie. C’est une période très très difficile : beaucoup de pleurs, de peurs, un sentiment permanent de « mal faire les choses ». Tu te sens perdu⸱e mais ton but premier reste ta guérison, ta vie.

#9 - "Tu guéris"

Tu sens que tu as avancé : il y a certaine façon de pensées, certains mécanismes, certaines actions de restriction & compensation qui sont plus faibles qu’avant. Tu es davantage bienveillant⸱e avec toi-même. Certains aspects de la maladie peuvent te manquer, mais tu sais que c’est un leurre, que la maladie, c’est de la survie, pas la vie.

Il y a encore des jours difficiles, sombres, d’autres difficultés (le regard des autres vis-à-vis de ton corps qui évolue, la difficulté de construire ta nouvelle identité indépendamment de la maladie, etc.). Mais tu as maintenant de nombreux outils pour t’aider et tu continues de les développer. Quand je te parle d’outil, c’est des choses que tu as apprises en thérapie mais aussi que tu as appris avec le temps, en te connaissant. Des choses qui te font du bien, qui t’aident dans ta vie d’une façon générale pour prendre soin de ta santé mentale. Je t’ai d’ailleurs partagé les 16 outils qui m’ont aidé à guérir de l’anorexie ici. 

#10 - "Tu es guéri"

Tu es à la fin de ton parcours contre le TCA. Tu as peut-être toujours des choses psychologiques à régler (ex : anxiété, trauma…). Mais tu n’as plus de comportement destructeur (restriction/compensation) envers toi-même. Tu n’acceptes pas forcément ton corps à 100% mais tu ne le punis plus. Tu es davantage bienveillant⸱e avec toi-même, tu sais prendre soin de toi, respecter les besoins de ton corps. Tu continues de mettre en place des petites choses pour prendre soin de ta santé mentale.

Par cette dernière étape, je t’expose ce qu’est pour moi une vraie guérison (et pas une “quasi-guérison” dans laquelle beaucoup de personnes se retrouvent bloquées). Pour moi, la guérison ce n’est pas ne plus avoir de problème dans sa vie. Tout le monde a des problèmes ! Pour moi, la guérison d’un trouble de l’alimentation n’est pas qu’une question de nourriture et de rapport au corps. Du moins, la guérison c’est ne plus avoir de comportements destructeurs associés aux repas & au corps.

guérison-tca

La guérison totale est possible

Laissez-moi t’expliquer :

Pour moi, la vraie guérison vis-à-vis des repas c’est :

✅ Plus de restrictions ni de compensation

✅ Se faire plaisir sans culpabilité

✅ Répondre aux besoins de son corps (et savoir se faire plaisir sans se punir)

✅ Arrêtez de catégoriser les aliments comme bons/mauvais

✅ Ne pas ruminer après avoir mangé, juste passer à autre chose

✅ Ne plus anticiper ou compenser des repas “plus riches” 

✅ Déconstruire toutes vos fausses croyances sur la nutrition

 

Pour moi, la vraie guérison vis-à-vis de son rapport au corps, c’est :

✅ Pas nécessairement s’accepter à 100%. Très peu de gens aiment leur corps à 100 %. Personnellement, j’apprends encore à aimer mon corps.

✅ Ne plus avoir de comportement de punition (exercice physique, hyperactivité, restrictions) parce que tu n’aimes pas ton corps

✅ Prendre soin de toi et respecter les besoins de ton corps

✅ Revoir tes idéaux de beauté et déconstruire tes idées sur l’idéal de la minceur, la perte de poids, etc.



Cela m’a pris du temps, j’étais bien restée pendant 2 ans dans une quasi-guérison. C’est aussi pour ça que pendant 17 mois, je n’avais plus communiqué sur Norainnoflower. Parce que je voulais m’en sortir TOTALEMENT, avoir une coupure pour apporter une aide qui est SAINE. 

Et je t’assure que c’est possible d’avoir un rapport sain à la nourriture, à son corps et de savoir prendre soin de sa santé mentale. Je te le dis, car j’entends trop souvent “c’est une maladie qui reste en fond, toute la vie”. J’ai longtemps cru ça et c’est pour ça que je ne cherchais pas à sortir de ma quasi-guérison parce que je me disais que c’était normal. Mais oui, c’est possible de connaître la VRAIE liberté ! Je n’ai aucun intérêt à te mentir 🙂 

Tu souhaites recevoir un shot de bienveillance et de motivation pour ta guérison chaque semaine ?

Inscris-toi à ma newsletter pour des conseils exclusifs (PS :  J’ai des cadeaux pour toi 🤗)

Articles récents

Laisser un commentaire